Jean-Paul  NOZIERE  JEAN-PAUL_NOZIERE_

JEAN-PAUL NOZIERE

Les Assassins Du Cercle Rouge


Aux éditions FLAMMARION


Visitez leur site

1478

Lectures depuis
Le mercredi 18 Aout 2011
35_1

Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

Ils ont quinze ans, ou presque, ils sont inséparables depuis leur toute jeune enfance et même avant, ils partagent le même banc à l’école, et par effet de mimétisme, ils se ressemblent jusque dans leur façon de s’habiller. Ils, ce sont Charlotte et Simon.

Ne sachant trop quoi faire en cet après-midi du début des vacances de la Toussaint, ils décident d’assister à une vente aux enchères assez particulières. Le mobilier d’un homme, Gert Fröbe, qui a été assassiné peu de temps auparavant, doit être dispersé et c’est l’occasion rêvée pour les deux gamins de visiter la maison du meurtre. Charlotte et Simon s’introduisent dans la demeure. Une vitrine recèle une véritable collection de décorations, d’insignes, de fanions, d’origine allemande, remontant à la période nazie.

Etrange vente aux enchères qui se déroule à l’extérieur. L’huissier propose un meuble et l’un des acheteurs éventuels parmi la quinzaine de participants n’offre qu’un montant dérisoire. Personne ne surenchérit, à la grande surprise de l’huissier et des jeunes adolescents. Et ainsi de suite pour les autres objets qui trouvent preneurs sans que la foire d’empoigne habituelle à ce genre de liquidation mercantile se déchaîne. Tandis que Silmon reste afin d’assister à cette mascarade, se proposant de s’amuser en s’invitant dans les débats lors de la vente des décorations, Charlotte retourne dans la maison.

Sur le mur d’une des pièces du sous-sol elle lit une inscription pour le moins énigmatique.

Faites sortir les rats des villes.

Patiente, demain est à toi.

Ogonok

Mais surtout elle est interloquée lorsqu’elle se trouve nez à nez avec un inconnu qui tente de la rassurer et lui confie une pochette noire qu’il a extraite du foyer d’une des chaudières. Il récupérera l’objet plus tard lui affirme-t il. Mais lorsque Charlotte rejoint Simon dans la cour, un cri jaillit de la maison. L’homme vient d’être assassiné.

Si Simon désire confier l’enveloppe, qui est scellée, à la police, Charlotte préfère s’intéresser d’abord au contenu. Celui-ci contient un carnet et des feuillets, traduits en anglais, en russe et en français. Le carnet et les traductions portent le sceau du Berlin Document Center. Mais surtout, et ça Charlotte l’a compris tandis que Simon pataugeait, c’est qu’il y est question d’or. D’or enfoui quelque part, non loin de chez eux dans la forêt. Alors, au lieu d’informer la police, nos intrépides futurs et jeunes aventuriers décident d’envoyer une partie des documents à la presse. Et tout contents ils se rendent à la salle de jeux où, stupeur, Charlotte est abordée par l’un des acheteurs présents lors de la vente aux enchères. Un dénommé Chico qui souffle à Charlotte : Ogonok s’intéresse à ton joli minois, ma belle. Tu as toutes les raisons de trembler.

Effectivement Charlotte et Simon se sont mis dans un drôle de pétrin. Ils ignorent que des membres du réseau Ogonok, originaire du Paraguay et d’obédience nazie, sont également à la recherche d’un trésor allemand. Ils ont aménagé une partie de la forêt comme terrain de survie, loué à des amateurs d’airsoft le week-end, et que le précieux carnet et les renseignements qu’ils contiennent leur étaient indispensables afin de découvrir l’emplacement de la cachette. Et pour cela, ils sont prêts à tout.

Théoriquement destiné aux enfants de plus de neuf ans, ce court roman peut-être lu avec plaisir par les adolescents et les adultes qui retrouveront les ingrédients d’une chasse au trésor implacable. La résurgence d’un fanatisme nazi n’est pas un leurre, une chimère, mais une réalité bien concrète qui se confirme de jour en jour, comme nous le prouvent certaines scènes récentes. Et les Assassins du Cercle rouge ne sont, hélas, pas une véritable invention de l’auteur, du moins certains faits et événements appartenant à l’Histoire ou issus de notre quotidien sont là pour en témoigner.

Clin d’œil ou réminiscences littéraires et cinématographiques inconscientes, les patronymes de certains personnages renvoient à des personnes célèbres. Par exemple Charles Palance, grand, très maigre, la figure tout en os, nous fait penser à Jack Palance, le célèbre acteur de cinéma, Christian Fletchère, le plus renommé des mutins du Bounty, et quelques autres.

Ce roman a paru en 1990 sous le titre Le Ventre du Bouddha aux éditions Hachette.







PAUL MAUGENDRE
35_2

livrenpoche
Chercher Jean-Paul NOZIERE



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar