Sid FLEISCHMAN SIDFLEISCHMAN

SID FLEISCHMAN

Jack Chercheur D’or


Aux éditions HACHETTE


Visitez leur site

101

Lectures depuis
Le mercredi 19 Decembre 2018
101_1

Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

By the Great Horn Spoon – 1963. Texte français d’Olivier Séchan. Illustrations de François Batet. Collection Bibliothèque Verte N°286. Editions Hachette. Parution 4e trimestre 1965. 254 pages.

Un auteur de la Série Noire en Bibliothèque Verte, vive le mélange des genres !

Les finances de tante Arabelle étant au plus bas, le jeune Jack, 12 ans, a décidé de se rendre en Californie, cédant à la nouvelle mode de la ruée vers l’or.

Et c’est ainsi que le 27 janvier 1849 il embarque à bord du Lady Wilma en compagnie de Pinkerton, le fidèle valet de chambre, laissant à Boston tante Arabelle et ses deux jeunes sœurs Constance et Sarah. Jack et Pinkerton sont des passagers clandestins et se sont réfugiés dans la calle, dans deux tonneaux, parmi des semences de pomme-de-terre et des plants de vigne que les heureux propriétaires comptent bien faire fructifier à leur arrivée en Californie. Mais le navire recèle également des barils de poisson fumé, du bois de charpente et des briques destinés à la construction d’habitations. A bord 186 migrants, beaucoup moins que ceux qui attendent un embarquement sur les quais de Boston.

Jack est un gamin déluré, tandis que Pinkerton est assez rigide dans son maintien, vêtu d’une redingote noire, affublé d’un chapeau rond et portant ostensiblement au creux du bras un parapluie. Mais Pinkerton est un homme affable et aussitôt le voilier à aube voguant en pleine mer, il décide d’aller présenter ses hommages au capitaine, le redoutable et redouté Taureau furieux des mers. Naturellement le capitaine est furieux mais accepte la proposition de Pinkerton de charrier le charbon dans la chaufferie. Comme il fait froid, n’oublions pas qu’ils sont partis fin janvier, au moins ils seront au chaud.

Bientôt, en descendant vers les Tropiques et l’Equateur, la chaleur commence à devenir insupportable. Pinkerton ne manque jamais de ressources mais avec tact affirme que la solution d’un problème lui a été soufflée par Jack ou un autre interlocuteur. C’est ainsi que le voyage va durer cinq mois et connaître de nombreuses péripéties amusantes ou frôlant la catastrophe. Et Jack se verra attribuer le rôle de mousse, s’exerçant à monter dans les vergues, ce qui lui permettra de se muscler avantageusement.

Parmi les passagers, ils vont faire la connaissance d’un vétérinaire avec un pilon de bois à la place d’une jambe qui se dit possesseur d’une carte au trésor, d’un juge guère sympathique, et d’autres personnages plus ou moins intéressants. Ils vont aider les propriétaires des pieds de vigne et des semences de pomme-de-terre à ne pas perdre leur cargaison, à franchir le Cap Horn alors que la Lady Wilma fait la course avec un autre bâtiment, donner la solution pour pallier le manque de charbon, et autres épisodes marquants avant d’arriver enfin à San Francisco, dont le recueillement de chats dans un port du Pérou.

Mais leur mission ne fait que commencer. Il leur faut s’équiper en véritables prospecteurs, acquérir et maîtriser un âne qui se prend pour un mulet, apprendre à se servir d’une battée, à se rendre propriétaire d’un claim, se débarrasser de malfaisants, Pinkerton acquérant de ce fait le sobriquet de Bras-de-fer, retrouver incidemment la carte au trésor… Mais auparavant ils doivent se constituer un petit pécule pour mener à bien leur expédition. Pinkerton trouve la solution en rasant gratis un prospecteur, recueillant dans les poils de sa barbe fournie des paillettes d’or.


Un roman d’aventures distrayant et instructif, dans la lignée des romans de la fin du XIXe siècle, début XXe, dans lesquels les héros étaient des enfants débrouillards affrontant mille dangers. Pinkerton, le valet de chambre, ressemble quelque peu à Jeeves, le majordome créé par P.G. Wodehouse, flegmatique et toujours plein de ressources, fidèle à son jeune maître et secrètement amoureux de tante Arabelle.

La débrouillardise, la réflexion, le sens de l’analyse, le respect des autres, la volonté de réussir sont les thèmes porteurs de ce roman qui pour autant ne se noie pas dans un moralisme naïf. Et toujours un humour présent décompressant les divers épisodes tragicomiques auxquels les protagonistes sont confrontés.

Le titre français est banal et la mention texte français d’Olivier Séchan me laisse dubitatif, laissant penser à une traduction édulcorée du texte original.

La Série Noire a publié d’A(lbert) S(diney) Fleischman trois titres qui sont : Gardez-vous à gauche (SN 949), Sans atouts (SN 956) et Périls au paradis (SN 976) tandis que le Fleuve Noir a publié dans sa collection Espionnage Train d’enfer (Esp. 71).







PAUL MAUGENDRE

livrenpoche
Chercher Sid FLEISCHMAN



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar