Meurtre à Aimé-giral WARD9

PHILIPPE WARD

Meurtre à Aimé-giral


Aux éditions MARE NOSTRUME


Visitez leur site

997

Lectures depuis
Le samedi 7 Mai 2006

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
meurtre à aimé-giral

sur
Amazone

fleche
fleche

Philippe WARD




Une lecture de
COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE
Un meurtre dans les locaux de l'USAP ? En son temps, le romancier Pascal Dessaint avait écrit un roman policier sur le Stade Toulousain. Voici maintenant que l'auteur ariégeois Philippe Ward, mais supporter catalan, publie un Meurtre à Aimé Giral qui relate l¹assassinat d'un bureaucrate trop zélé dans ce lieu même où les rugbymen de l'USAP se couvrent de gloire. Le prologue au suspense très hitchcockien nous rappelle opportunément la signification du célèbre sigle (Union Sportive des Arlequins de Perpignan) puisqu'un étrange Arlequin se faufile dans les couloirs d'Aimé Giral pour une mystérieuse vengeance qui tiendra en haleine le lecteur jusqu'au bout. L'auteur mélange judicieusement le vrai et le faux. En effet, l'action se situe en temps réel entre les premiers matchs de la saison 2005/2006 et le terrible USAP/BO qui vit les Basques l'emporter sous la neige en terres catalanes. Les événements sportifs et criminels qui rythment l'enquête d'une capitaine de police très attachante sont rigoureusement exacts, jusqu'au menu que l'on peut grignoter au restaurant du stade. Ward mêle ainsi réalité et fiction et finit par faire douter le lecteur : le président Dagrenat a-t-il réellement participé à l'enquête sur l'Arlequin meurtrier ? L'ancien international Imbernon a-t-il effectivement collaboré avec l'héroïne ? Pas un crampon, pas une pénalité réussie ou ratée ne manquent à l'appel de ce roman policier très réussi d'une véracité incroyable qui ravira les supporters de l'USAP et les autres. Notons un pari très amusant de l'auteur : en épilogue, longtemps après la résolution du meurtre, l'enquêtrice assiste à la finale du Championnat de France de rugby entre le Stade Français et l'USAP. Que croyez-vous qu'il arriva ? Comme chantaient les Frères Jacques : C'est l'équipe de Perpignan, bien évidemment, qui l'emporta.... Ça c'est le rugby ! éditions.

Une autre lecture du

Meurtre à Aimé-giral

de
L A

L A
Michel Albans n'a joué au rugby qu'une saison, c'était il y a fort longtemps, juste avant que sa mère ne s'aperçoive que ce noble sport était brutal et un poil vulgaire. Mais cela ne l'empêche pas d'avoir gardé la passion du rugby chevillée au corps. Aussi, depuis six ans, depuis qu'il est directeur financier adjoint à l'USAP, il est le plus satisfait des hommes.
USAP : Union Sportive des Arlequins de Perpignan…
Les arlequins… Michel Albans aurait dû se méfier de ces étranges bouffons. Cela lui aurait permis de réagir plus prestement lorsque, le soir venu, un arlequin a franchi la porte de son bureau. Il aurait, peut-être, évité les deux balles que celui-ci lui a collées dans le buffet !
Dans ce que certains nomment la capitale de la Catalogne Nord, le meurtre de Michel Albans fait grand bruit et ceci d'autant plus qu'il survient au même moment qu'une autre affaire fort inquiétante : cinq crânes humains dans un jardin du quartier du Bas-Vernet ont été mis à jour
Nuria, chef de groupe judiciaire de la Sûreté, est déchargée de l'affaire des cinq crânes pour se consacrer au meurtre de Michel Albans.
Le dossier qu'elle découvre, auprès du cadavre, l'aiguille immédiatement vers une piste transfrontalière. Michel Albans n'aurait-il été que l'homme de paille d'un certain Pau Cuervo, un homme d'affaire barcelonais qui pense qu'il convient de réunifier la Catalogne et que le sport en tant que vecteur de pénétration économique en sera l'instrument.
Le meurtre serait la conséquence de la tentative de rachat du club par cet individu… A moins qu'il ne faille en chercher les mobiles dans la vie privée de Michel Albans. Son homosexualité refoulée pourrait expliquer bien des choses.
A moins…

Les amateurs de rugby et de polar se réjouiront de ce petit opuscule visiblement écrit par un passionné, aussi bien de rugby que de polar. Les adulateurs du rugby y trouveront, probablement, certaines des préoccupations qui agitent les clubs de supporters, quant aux amateurs de polars ils seront comblés. Construit à la manière des meilleurs procéduraux 'Meurtre à Aimé-Giral', après un détour dans le monde de la finance, plonge dans la noirceur la plus sordide.

Une autre lecture du

Meurtre à Aimé-giral

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Les Polars Catalans. Parution juin 2006. 168 pages. 11,00€.

Dans l'antre du rugby catalan !

Ce n'est pas pour effectuer des heures supplémentaires, mais bien parce qu'il travaille sur un dossier secret que Michel Albans reste tard le soir dans son bureau.

Il est le directeur financier adjoint de l'USAP, l'Union Sportive des Arlequins de Perpignan, et c'est un homme calme, rangé, célibataire, vivant chez sa mère. Alors qu'il planche sur son projet, regardant de temps à autre une photographie représentant deux sportifs portant fièrement le Boucler de Brennus, un trophée obtenu par le club pour la dernière fois en 1955, il entend des pas dans le couloir puis un intrus s'introduit dans la pièce. Il est déguisé en Arlequin, le visage grimé sang et or. Il tient un revolver. L'arme n'est pas factice, et Michel Albans décède.

Nuria Puigbert, la quarantaine, veuve, mère d'un garçon de quinze ans, lieutenant de police à Perpignan, est confrontée à quelques crânes découverts dans un champ par un jardinier. Mais le commissaire Dounyach préfère qu'elle se penche sur le meurtre d'Albans, pour une bonne, ou mauvaise raison. Et peut-être que la résolution de cette affaire pourrait lui permettre d'accéder, enfin, au grade de capitaine, car malgré ses années de présence dans la capitale et ses bonnes notes, elle stagne dans la hiérarchie. Et comme en province, il est plus difficile de se faire remarquer...

Donc si Dounyach lui confie cette enquête, c'est parce que son père est le président du clubs de supporters le plus influent, et parce que son fils à quinze ans est un joueur prometteur. Et donc qu'elle pourra s'introduire plus facilement auprès des dirigeants et des joueurs, poser ses questions, analyser les réponses.

Elle se focalise autour du travail effectué au sein du club par le défunt, mais rencontre également quelques personnes dont sa mère, véritable castratrice, qui ne semble pas affectée par la disparition de son fils unique. Son mari l'a abandonnée alors que Michel Albans n'avait que trois ans pour suivre une femme jusqu'en Argentine, ne lui donnant pas de nouvelles. Elle a dû élever seule son gamin qui à un peu plus de quarante ans était toujours dépendant. Elle l'avait brimér dans son parcours sportif et après avoir travaillé à gauche et à droite, il avait eu l'opportunité de devenir adjoint au directeur financier, n'encourant aucun reproche. Mais il ne découche jamais, respectant lors de ses rares sorties l'heure de minuit, voire une heure du matin, n'ayant aucune relation féminine.

Mais des rumeurs, de toutes petites rumeurs de celles que l'on échange entre deux placards en faisant bien attention à ce que personne écoute, font état d'une homosexualité. Personne n'a de preuves, mais quand même. Il aurait été vu à plusieurs reprises, depuis peu de temps, dans un gai bar gay, dans une localité près de Perpignan.

Une troisième possibilité s'offre à Nuria lorsqu'elle découvre le dossier établi par Michel Albans et qu'elle confie le tout à un expert financier de la police.

Une plongée romanesque dans l'univers rugbystique, voici ce que nous propose Philippe Ward, qui anticipait allègrement la fin de saison 2005-2006 du championnat.

Amoureux du jeu à l'ancienne, alors que les joueurs, les clubs évoluaient sous un régime d'Amateurs, il dénonce sans le dire, sans l'avouer le professionnalisme malsain qui gangrène le sport en général, l'argent régissant tout, occultant justement l'aspect sportif.

Mais il évoque également les drames familiaux, les interférences sexuelles, sans s'appesantir, avec pudeur. Nuria en femme volontaire qui vit seule avec son fils, promis à un bel avenir, songe justement à son devenir, aussi bien en tant que joueur mais surtout à ses études. Peut-il concilier les deux. Evidemment son père est pour, l'entraîneur de Jordi également, même le patron du club. Et c'est dans cette ambiance vouée au ballon ovale qu'elle doit mener son enquête.

Il y a aussi l'histoire des crânes, mais elle n'en fait pas une prise de tête, même si son patron souhaite, espère, exige des résultats rapides. Et une autre affaire de vraies fausses carte d'identité universitaires s'immisce dans son quotidien et il est difficile de mener de front plusieurs affaires. Heureusement elle peut compter sur son collègue attitré, et sur l'entraîneur de Jordi, toujours présent lorsqu'un coup de blues la submerge, lorsqu'elle pense, souvent, à son époux défunt qui lui manque.

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/article-philippe-ward-16-rue-du-repos-103240716.html

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/article-sylvie-miller-philippe-ward-noir-duo-124144428.html

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2014/12/sylvie-miller-philippe-ward-lasser-mystere-en-atlantide.html

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
philippe ward



16, Rue Du Repos

Danse Avec Le Taureau

Mascarades

livrenpoche
Chercher philippe ward



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
5.28 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar