Un Plat Qui Se Mange Froid VANCE92

JACK VANCE

Un Plat Qui Se Mange Froid


Aux éditions PRESSE POCKET


Visitez leur site

801

Lectures depuis
Le mercredi 15 Aout 2013

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
un plat qui se mange froid

sur
Amazone

fleche
fleche

Jack VANCE




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

En Californie, le comté rural de San Rodrigo se trouve à vingt milles du Pacifique, et à une grosse cinquantaine de San Francisco. C'est à Pleasant Grove, treize mille âmes, que l'on trouve le tribunal et le QG de la police. Le vieux shérif Cucchinello est décédé depuis peu. Il était un peu corrompu, pas vraiment efficace. Son adjoint Joe Bain a été nommé par intérim, jusqu'au élections à venir dans quelques semaines. Ex-militaire ayant suivi des cours de criminologie, c'est un homme droit, loin des méthodes de Cucchinello. Sa femme l'a quitté il y a longtemps. Avec sa mère, Joe a élevé sa fille Miranda, aujourd'hui ado. S'il envisage de se présenter comme nouveau shérif, c'est plutôt son adversaire qui semble en bonne position. Lee Gervase, avocat sans clientèle, est soutenu par le Messenger, journal d'Howard Griselda. Son thème de campagne, c'est la modernisation de ce comté, encore trop campagnard. Le seul argument de Joe Bain est qu'il connaît bien son boulot.

Seize ans plus tôt, un odieux meurtre fut commis à Marblestone, dans la Fox Valley, dont est originaire Joe. Le 22 mai, la jeune Tissie (Teresa) McAllister fut violée et assassinée. Le coupable fut vite désigné. Fils de fermiers locaux, Ausley Wyett avait tout juste vingt-et-un ans. À son procès, cinq témoignages furent particulièrement accablants. Comme Wyett passait pour un peu simplet, on ne le condamna qu'à la perpétuité. On l'a enfermé durant seize années à la prison de San Quentin. Libéré voilà quelques jours, Ausley est revenu vivre dans la ferme de ses défunts parents. Ce qui contrarie la population d'ici, qui le tient toujours pour un criminel. Surtout, il adressé des courriers à ses cinq accusateurs. Quand certains d'eux s'en plaignent, Joe Bain ne peut que constater qu'il n'y a pas de menaces dans ces lettres. Les ex-témoins hostiles le trouvent bien trop complaisant. Néanmoins, Joe conseille à Ausley de se tenir tranquille, de ne provoquer personne.

Hélas, les décès suspects vont se succéder. Joe est témoin de celui du vieux Bus Hacker, chauffeur de bus retraité, victime d'une attaque cardiaque. Peu après, sa maison va être incendiée, mais Joe récupère les documents de son coffre-fort. Puis c'est Blankenship qui s'empoisonne en mangeant des champignons. Joe recommande la prudence aux trois autres ex-témoins hostiles. Les réactions de Willis Neff et de Cole Destin sont agressives, Oliver Viera se montre plus conciliant. Joe risque même une plainte contre lui. Sa secrétaire ne l'aidera pas : Mrs Rostvolt préfère Lee Gervase comme futur shérif. Quand l'irascible Neff est victime d'un accident de chasse dans un comté éloigné, Ausley Wyett se rapproche de sa fille Ellie. Il a toujours un alibi, mais reste suspect pour beaucoup de gens. Un accident sur une échelle va faire une quatrième victime. Une lettre posthume de Bus Hacker expliquerait bien des mystères...

Certes, ce titre est moins original que le merveilleux “Méchant garçon”. Toutefois, il ne faudrait pas minorer les très grandes qualités de cette histoire. C'est une intrigue dans les règles de l'art que concocta Jack Vance, un roman noir d'enquête tel qu'on doit l'écrire. Une vieille affaire ressurgit, des citoyens pas si honnêtes assassinés, un suspect principal, un policier à la compétence confirmée, ce sont là des bases solides pour un suspense de bon niveau. S'y ajoute une rivalité électorale, qui sert de moteur au shérif intérimaire afin de prouver sa valeur. Dans la meilleure tradition du roman noir, pour l'essentiel Joe Bain est seul face à la situation, le district attorney Paul Wentzman ne l'épaulant que sur la fin.

Décors et contexte ne sont pas sans importance. Cet imaginaire comté de San Rodrigo ressemblerait à la San Joaquin Valley, où Jack Vance vécut son enfance. Les descriptions sont réalistes et fines, montrant l'attachement des personnages (et de l'auteur) à cette belle région. Bien que l'intrigue se passe dans la décennie 1960, on a le sentiment que ça reste un portrait de l'Amérique “contemporaine”. Fêtes paroissiales, bistrots fréquentés uniquement par des habitués, meetings campagnards, rancœurs locales : on est certain que ces comtés ruraux existent encore, en version plus actuelle bien sûr. La traduction par Jacqueline Lenclud est très soignée, ce qui participe à cette tonalité d'aujourd'hui. Joe Bain est aussi le héros d'un second roman, “Charmants voisins”. Une version du projet d'une troisième enquête inédite (largement avancée) a été publiée dans un ouvrage de Jerry Hewett et Daryl F. Mallett en 1994, mais n'est pas paru en France, semble-t-il. “Un plat qui se mange froid” démontre que Jack Vance fut aussi un excellent auteur de polars.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Un Plat Qui Se Mange Froid

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

The fox valley murders - 1966. Traduction de Jacqueline Lenclud. Collection Pocket Noir N°3728. Parution janvier 1992. 250 pages.

Hommage à Jack Vance né le 28 août 1916.

Seize années passées en prison, surtout si c'est pour rien, il y a de quoi aigrir un homme.

Ausley Wyett, accusé de viol et de meurtre sur la personne de la jeune Tissie, a toujours clamé son innocence. Pourtant il est allé en prison, les déclarations des témoins ne laissant aucun doute aux jurés.

Sa peine purgée, Ausley revient chez lui dans le comté de Rodrigo, en Californie, mais tous se souviennent encore de cette affaire lamentable. Et son retour est accueilli de façon mitigée. Certains réprouvent même cette attitude jugée inconvenante, pour ne pas dire provocante.

D'autant que des incidents se produisent qui ravivent la mémoire des témoins mais également de toute la population du comté.

Quelqu'un a versé de l'eau dans le réservoir à essence du vieux break de Bus Hacker. Ausley est immédiatement accusé d'avoir réalisé cette mauvaise plaisanterie.

Les cinq témoins à charge du procès reçoivent une lettre d'Ausley leur demandant comment ils pensent réparer les dommages qu'il a subis.

Si les petites tracasseries s'arrêtaient là, il n'y aurait pas grand chose à dire, mais des décès suspects enveniment l'atmosphère.

Pour Joé Bain, shérif intérimaire en remplacement du vieux Conch, voilà une belle occasion de démontrer ses capacités. Le pain sur la planche ne manque pas, et s'il veut être élu shérif titulaire aux prochaines élections, les faux pas lui sont interdits.

L'avocat Lee Gervase est lui aussi prétendant à ce poste, soutenu par quelques notabilités du coin. Il ne s'embarrasse pas de scrupules pour dénoncer des magouilles, des prévarications, supposées ou réelles.

Jack Vance est surtout connu en France pour ses romans de science-fiction, dont près de trente titres ont été édités chez Pocket et d'autres éditeurs.

Mais il ne faut pas oublier pour autant ses romans policiers de très belle facture, dont Méchant garçon ou Méchante fille réédition de Professeur Poltron.

Dans Un plat qui se mange froid, Jack Vance, tout en construisant un roman à la trame rigoureuse, nous offre une pinte de bonne humeur. Une nouvelle facette de son talent multiple.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
jack vance



Baroudeur

Charmants Voisins

Lily Street

Méchant Garçon

Professeur Poltron

livrenpoche
Chercher jack vance



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
4.97 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar