Des Rats Et Des Hommes TOPIN79

TITO TOPIN

Des Rats Et Des Hommes


Aux éditions RIVAGES NOIRS

1432

Lectures depuis
Le jeudi 11 Mars 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
des rats et des hommes

sur
Amazone

fleche
fleche

Tito TOPIN




Une lecture de
L A

L A

Paris, la grève est totale et illimitée, plus aucune poubelle n’est collectée. La puanteur a envahi la ville où l’on ne  se déplace plus qu’entre des murs d’immondices.
Et c’est au milieu de ce décor de fin du monde, alors que les rats se livrent à une guerre totale pour le contrôle des égouts, des rues et ruelles que sa route croise la sienne. Olga, une femme de l’Est, échouée dans cette capitale sans avenir où les chiffres du chômage sont directement indexés sur la puanteur et la richesse.

Mais qui est-il ? D’où vient-il et que fait-il ?

Ancien des causes du peuple, ballotté par les reniements des uns et des autres, trafiquant d’armes là où les causes se marchandent, retiré des affaires et toujours en colère, buveur de whisky, veuf et père de deux enfants égarés de la vie. Kubitschek est un joueur, un vrai, un de ceux qui trichent et qui gagnent, car on ne peut pas toujours perdre.
Et c’est ce soir-là, le soir où il la rencontre que sous une cagouille de truand il reconnaît un ancien complice des causes perdues, passé avec armes, bagages et dénonciations du côté de l’ex-ennemi.
Kubitschek n’a pas d’autres choix que de lui présenter l’addition, au plus vite, avant que le cancer ne l’emporte… de lui présenter toutes les additions y compris celles qui révèlent de la sphère privée.

Et pendant ce temps-là les affaires prospèrent, puisqu’au détour de la dératisation ce sont des plans de réaménagement du territoire qui sont en marche.

« Des rats et des hommes » aurait pu s’intituler Bilan sans Perspectives tant est noire et pessimiste la morale qui se dégage de ce dernier opus de Tito Topin. Noire, pessimiste et cynique… à l’image de ce début de siècle où la débandade des idéaux tient lieu d’avenir et où la vie humaine ne semble pas valoir tripette.



Une autre lecture du

Des Rats Et Des Hommes

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Paris est envahi par les rats. La puanteur sévit partout. Les poubelles débordent et s’amassent. On parle de vingt-six tonnes de déchets. Grèves et manifs d’idéalistes contre la pauvreté ajoutent à la confusion. Avec ses airs rupins et sa Bentley, Kubitschek n’est pas aussi indifférent qu’il parait à cette ambiance. Son employée de maison âgée Farida ouvre trop les fenêtres de l’appartement, ce qui laisse entrer les odeurs, tandis que son fils et sa fille sont solidaires des manifs. À soixante-sept ans, encore massif physiquement mais malade, Kubitschek n’est pas le bourgeois qu’on imagine. Ancien gaucho-anar, dénoncé par des “amis”, il fit un peu de prison suite à une opération foireuse. Puis ce baroudeur se livra à de juteux trafics, hors du territoire français. Aujourd’hui, il garde la passion du jeu, la roulette du cercle Rick’s lui étant souvent favorable.

Si Kubitschek prend sous sa protection la jeune pute albanaise Olga, c’est parce qu’elle a le même prénom que sa défunte épouse. Tous deux passent la soirée au Rick’s, quand se produit un violent braquage. Pas de quoi effrayer un homme tel que Kubitschek. Non seulement il résiste, mais il reconnaît la voix du chef des braqueurs, Georges Canetti. Georges et son frère Alex sont ceux qui les ont dénoncés, bien des années plus tôt. Flic très douteux, le commissaire Boniface suspecte Kubitschek d’être l’organisateur du vol. Du bluff, Kubitschek le sait. Il négocie afin que le policier ne l’empêche pas de se venger de Canetti. Son vieux copain Machado fut un tueur efficace, mais c’est à l’hôpital que Kubitschek le retrouve. Il s’adresse alors à Gianni, le fils de son défunt ami Ambrosino, jeune garagiste fauché affligé d’une mère péniblement acariâtre.

Bien que diminué, Machado rejoint Kubitschek et Gianni pour mener à bien leur vengeance. Le trio dispose des puissantes armes d’Ambrosino-père et d’une Pontiac plutôt voyante. Pas grave : “On ne demande pas à un feu d’artifice d’être discret” dit Kubitschek qui, ayant renoncé à se soigner, avoue qu’il éprouve “une sauvage envie de crever.” Pendant ce temps, Boniface et ses collègues flics de haut rang, discutent de leurs petites combines autour d’un pique-nique, loin des manifs et de la puanteur. Si sa famille de pleurnichards n’intéresse plus guère Kubitschek, il n’est pas insensible aux cas de Farida et de la jeune Olga. Ceux dont il doit s’occuper maintenant, ce sont Georges et son frère Alex. Il est conscient que, face à cette crapule de Boniface, il va devoir ruser pour trouver Georges…

Si le titre parodie celui du roman de John Steinbeck “Des souris et des hommes”, dans cette histoire, il est bien question de toutes sortes de rats. “L’homme a réalisé son rêve, il a enfin son clone. Il n’est pas parfait, il ne lui ressemble pas physiquement, il a un museau trop long, une queue poilue, mais il se comporte de la même façon idiote que lui […] On nous a rebattu les oreilles en nous faisant croire que nous sommes des êtres supérieurs, mais ça ne va pas durer, les rats sont en train de nous piquer la place.” On croise ici quelques humains moins respectables encore que des rats. Tel le fils de Kubitschek (“Tu n’a jamais su te servir d’un ouvre-boîte, et tu voudrais te servir d’une arme ?”) qui fréquente des militants bien peu convaincants (“La question de qui c’est tout le monde n’est pas à l’ordre du jour, dit le Grand Ordonnateur en tapant du poing sur la table”). Les comparses de Kubitschek, et leurs adversaires, n’apparaissent pas plus reluisants. Truands vieillissants et flics véreux sont au rendez-vous, et ça va saigner ! Même Farida et Olga n’échappent pas aux portraits ironiques, avec un peu plus de tendresse toutefois (“Tu fais partie de la grande famille des imbéciles heureuses. Continue, ne change rien”). Décrit avec mordant, le contexte d’une France en plein marasme est compensé par la tonalité enjouée, et des scènes extrêmement drôles. L’écriture de Tito Topin est fluide, narquoise, d’une belle vivacité. On se laisse volontiers séduire par les mésaventures de ses personnages. Bien peu d’entre eux en réchapperont, on s’en doute.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
tito topin



55 De Fievre

Bentch Blues

Bentch Et Cie

Cool, Bentch

De Gaulle N’est Pas Un Auteur De Polar

L'exil Des Mécréants

Libyan Exodus

Métamorphose Des Cendres

Parfois Je Me Sens Comme Un Enfant Sans Mère

Photo Finish

Shanghai Skipper

Sur Un Air De Navarro

Un été 22

livrenpoche
Chercher tito topin



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar