Le Crime était Déjà écrit TIXIER60

JEAN MAX TIXIER

Le Crime était Déjà écrit


Aux éditions PRESSES DE LA CITE


Visitez leur site

444

Lectures depuis
Le dimanche 21 Septembre 2009

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
le crime était déjà écrit

sur
Amazone

fleche
fleche

Jean max TIXIER




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Il n’y a rien de pire pour un écrivain, surtout lorsqu’il a connu le succès, de se trouver confronté au syndrome de la page blanche. Depuis quelques années, Michel Ravel a beau promettre à son éditeur un manuscrit, rien ne sort de sa plume. Pas la moindre idée à extirper de sa cervelle. Ce qui entraîne inévitablement non seulement une frustration mais aussi un manque à gagner. Il n’est pas sur la paille, mais quand même, il faut penser à ses arrières. Sa femme Catherine, issue d’un milieu aisé, peut assumer les dépenses, seulement si l’on ne peut dire qu’elle dilapide l’argent du ménage, elle se paye parfois de petites folies sans compter. Heureusement elle l’aime son mari, même si après vingt ans de mariage le couple se délite, les problèmes financiers n’arrangeant rien. De plus l’amitié entre Michel Ravel et Stephen Barth, autre poulain de son éditeur, a volé en éclats le jour où celui-ci s’est aperçu que Ravel lui avait “ emprunté ” une idée pour écrire un livre qui avait connu les faveurs du public. Alors que les nuages s’amoncellent sur l’avenir littéraire de Ravel, son éditeur lui propose de retravailler le manuscrit d’un homme politique, afin de relancer sa carrière. Ravel n’est pas chaud, mais faute de grives on mange des merles comme dit le proverbe. Et lorsqu’il rentre de Paris afin de regagner sa luxueuse villa près de Marseille, le cœur lourd de servir en quelque sorte de nègre, sa femme lui tend la perche en lui fournissant une histoire, vraie, qu’il pourrait arranger à sa façon. Bien avant qu’elle le connaisse, elle avait vécu une histoire d’amour avec un truand d’origine sicilienne, Stéphano Brigante, un nom prédestiné. Mai 68 avait laissé des traces et elle aspirait à rompre avec sa vie de petite bourgeoise. Mais Stéphano s’était rendu coupable de meurtre envers un entrepreneur marseillais qui grenouillait en toute impunité et grugeait tout le monde, même ses comparses. Catherine sert  donc à son mari un scénario, qu’elle édulcore légèrement, clés en main, avec coupures de journaux et autres documents. Le rebond tant attendu se produit.

Si l'intrigue est captivante, et l’épilogue amoral, l’intérêt du roman réside ailleurs. Dans les affres d’un écrivain en mal d’inspiration , comment celui-ci lorsqu’il est en verve peut se glisser dans la peau du personnage qu’il a créé : “Quand il était en forme, Michel accomplissait des miracles. Il savait se glisser dans la peau d’un personnage, découvrir ses ressorts les plus secrets, pénétrer sans effraction jusqu’au fond de son âme. Tout écrivain est une éponge doublée d’un caméléon ”. Mais aussi l’asthénie ressentie par l’écrivain lorsqu’il a terminé son ouvrage et l’a remis à son éditeur : “Cela le plongea dans un état fluctuant et dépressif. Il se félicitait d’avoir réussi, sans être tout à fait satisfait. Pendant quelques jours, quelques semaines, il se mettrait au vert. Il tâcherait de ne plus y penser. Il expédierait son manuscrit. La poste le lui arracherait des mains . Mais quant est-il de la femme de l’écrivain ? “ L’existence auprès d’un écrivain n’était pas de tout repos ”. Et les sujets abordés sont-ils le bon choix pour appâter le lecteur ? : “Son précédent roman, publié trois ans auparavant, n’avait rencontré qu’un succès d’estime. Il traitait des problèmes engendrés par la prolifération des sectes, dont certaines se révélaient très dangereuses ”. Des petites phrases qui souvent font mouche et griffent au passage, ainsi ce petit extrait concernant le regroupement forcené des éditeurs en de grosses entreprises qui vendent du papier et non du plaisir face aux petits éditeurs qui eux exercent leur métier par passion : “Soutenu par sa passion, François Duparc accomplissait des miracles pour sauvegarder l’indépendance de sa maison. Il luttait contre la politique de rachat mené par de grands groupes diversifiés. Il avait décliné plusieurs propositions alléchantes, de peur de voir saccager son œuvre. Les gestionnaires, obnubilés par les dividendes dus à leurs actionnaires, eussent détruit son catalogue en peu de temps et ruiné sa réputation. François Duparc n’ignorait pas le sort réservé à ceux de ses confrères qui avaient cédé aux chants des sirènes. Les acquéreurs les avaient expulsés de leurs maisons en conservant leur raison sociale pour les besoins du marché ”. Les exemples de regroupements ne manquent pas et on en a tous à l’esprit. Mais encore fallait-il de la part d’un auteur le courage de l’écrire. Bravo !.

Collection Polars de France. Presses de la Cité/Jeannine Balland
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher jean max tixier



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.88 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar