La Mort Prend L’ascenseur SOCOA157

JEAN SOCOA

La Mort Prend L’ascenseur


Aux éditions FLEUVE NOIR


Visitez leur site

616

Lectures depuis
Le mardi 10 Aout 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
la mort prend l’ascenseur

sur
Amazone
fleche

Jean SOCOA




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Le policier Jutel est proche de la retraite. Il n’a rien d’un brillant enquêteur : “On lui refilait toutes les pannes, les os, les sales boulots anonymes, les plus dangereux, et [le commissaire] Galissard rappliquait toujours à pic pour se faire photographier avec le criminel.” Ce n’est pas l’affaire dont on le charge aujourd’hui qui devrait le mettre en valeur. Dans le 13e arrondissement, près du square Lancelot, un homme a été retrouvé mort cette nuit, quand le locataire d’un immeuble a appelé l’ascenseur. La victime est un sexagénaire élégant, portant une Légion d’Honneur à la boutonnière. On identifie rapidement Charles Heitzman, médecin-colonel en retraite habitant Auteuil. Il n’avait rien à faire à cette heure tardive dans cet immeuble éloigné de chez lui. Selon les premières constatations, la mort naturelle est privilégiée.

Jutel mène une enquête sur les lieux, interrogeant le concierge M.Méhu. Il prend les noms des locataires, de l’agent de police du premier à la cartomancienne du cinquième, en passant par M.Vincent qui a découvert le corps. Ici, personne ne connaissait Charles Heitzman. C’est assez curieux, mais la police ne peut perdre son temps avec un cas aussi banal. L’affaire est bientôt close. Néanmoins, Jutel estime qu’il doit continuer, mieux fouiller dans les habitudes de l’immeuble. À l’insu de ses collègues et de son supérieur, il revient interroger les gens vivant à cette adresse.

Il est même possible qu’il ait posé des questions dérangeantes car, une nuit, il est agressé en pleine rue. Ce qui lui donne quelques jours de repos. Grâce à ce congé inattendu, il glane discrètement de nouveaux éléments. Le témoignage de Claude Heitzman, neveu de la victime, et le livre écrit par le médecin-colonel, lui offrent de précieux indices. Il est sur le point d’arrêter le coupable supposé, quand celui-ci se suicide. On lui vole son heure de gloire ? Non, car ce comparse a été éliminé de la même façon que Charles Heitzman…

N°400 de la collection Spécial-Police, publié en 1964, voilà un classique roman d’enquête, de bon aloi, possédant toutes les qualités pour satisfaire le lecteur. Revanche d’un flic sans prestige, qui flaire une affaire plus opaque qu’il n’y parait, et finit par démontrer la vérité. Un suspense fluide, comme on savait les raconter en ce temps-là. Toutefois, impossible de dire qui se cachait sous le pseudonyme de Jean Socoa.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher jean socoa



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
5.28 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest