Paris Chaos. Libération, 1944 SIMSOLO265

NOEL SIMSOLO

Paris Chaos. Libération, 1944


Aux éditions L ARCHIPEL

416

Lectures depuis
Le dimanche 14 Octobre 2013

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
paris chaos. libération, 1944

sur
Amazone
fleche

Noël SIMSOLO




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Des rumeurs courent dans Paris en cette nuit du 6 juin 1944. Les Américains et les Anglais auraient débarqué en Normandie alors qu'Hitler et ses acolytes étaient persuadés que le Pas de Calais serait le théâtre des manœuvres. D'ailleurs ils en sont toujours persuadés, les côtes normandes n'étant à leurs yeux qu'une diversion.

A Montmartre, dans le cabaret le Cramoisi, Anne Vincent la chanteuse et Jean Leblanc, le prestidigitateur illusionniste devisent, le tour de chant terminé. Mado, la gérante des lieux surveillent son petit monde, principalement les entraîneuses Lilly Nevers et Louise Cravelon qui partagent le champagne avec deux officiers Allemands. Max officie au bar, tandis qu'Yves Scotto, ancien boxeur mi-lourd filtre les entrées. L'établissement appartient à Franck Torso, un truand dont Mado est la maîtresse.

Jean Leblanc n'est pas qu'illusionniste, travaillant parfois pour la télévision, c'est également un habile pickpocket et la conversation entre deux Allemands assis près de lui l'a fortement intéressée, car il comprend leur langue. Louise Cravelon part en compagnie de Wrang, un officier allemand. Ils doivent se rendre dans un hôtel proche et Jean Leblanc les suit espérant pouvoir subtiliser une enveloppe qui dépasse de la poche du compagnon de l'entraîneuse. C'est alors qu'un jeune homme blond tranche la gorge de l'officier et s'enfuit à vélo. Jean est précédé par un inconnu en canadienne qui s'empare du portefeuille du cadavre ainsi que de l'enveloppe. Jean est frustré et fournit des indications contraires aux soldats qui se précipitent sur les lieux du drame. Louise était sa complice et cela ne s'est pas déroulé comme convenu. Toutefois il a eu le temps de voir le visage du voleur.

L'enveloppe que possédait Wrang est prisée par bon nombre de personnes. Jean devait la remettre au lieutenant-colonel von Weissregen, homme de confiance de Goering. En effet elle contenait des documents importants, dont la photo d'un tableau de Vélasquez que Wrang devait remettre à Himmler, ainsi qu'une liste d'officiers susceptibles de tremper dans un complot contre Hitler. Grâce à son ami d'enfance, le commissaire Pierre Cavet, Jean peut consulter les fiches des voleurs recensés, mais celui qu'il recherche n'y figure pas.

Serge Loviot, le cycliste, n'est pas un Résistant. C'est un indépendant qui ressent des pulsions meurtrières et il n'en est pas à son premier meurtre, toujours à l'encontre d'officiers allemands qui déambulent seuls ou presque. Il est coursier et transporte notamment les manuscrits de Léopold de Maureille, qui signe des romans policiers, à l'éditeur Bertrand Frémaux ou à sa dactylo Yvonne Huillet.

Paul Saltion, l'inconnu qui a profité de la bonne occasion, vit justement de l'argent des autres tout en émargeant dans la Résistance. Saltion sait qu'il est recherché par tous les malfrats sous les ordres de Torso, et il en a parlé à Lilly, alors il lui faut trouver autre chose. Il tente d'échanger les Marks et les bijoux que contenait le portefeuille et les propose à son voisin, qui l'a déjà soigné, le docteur Louis-Ferdinand Destouches, plus connu sous son nom d'écrivain Céline.

Louise Cravelon est soupçonnée par la Gestapo d'être de mèche avec le meurtrier-voleur, car pour tous et selon les déclarations de Jean Leblanc, il n'y avait qu'un seul homme, mais elle est relâchée.

Frank Torso est un impulsif mangeant au râtelier de la Gestapo. Lui aussi est embarrassé par ce vol de document car Ingrid Schwartzblutt, la responsable du Sicherheitsdienst, la police de la police gestapiste, lui enjoint de retrouver les documents compromettant les officiers félons.

Ce roman n'est pas sans rappeler les feuilletons d'autrefois où moult personnages évoluaient dans un périmètre restreint, ici Montmartre et plus particulièrement Pigalle, sans pour autant être en relations. En effet tous ses personnages, plus quelques autres qui jouent les seconds rôles dont Sacha Guitry, Albert Camus, le docteur Petiot qui s'est fondu dans la nature et réapparait parfois sous les traits du capitaine Henri Valéry, Céline se côtoient, se croisent, ayant parfois des affinités, étant souvent des inconnus les uns pour les autres mais qui apprendront à se connaître, voire à s'aimer, ou à disparaître de la circulation dans des conditions violentes. Certains sont pathétiques comme Lilly l'entraîneuse atteinte de tuberculose. Une fresque historique qui repose sur des événements, des épisodes réels de la Libération de Paris comme par exemple la prise par des policiers résistants de la préfecture de police.

Si certains œuvrent dans la Résistance, et découvriront au fil de l'intrigue qu'ils appartiennent à des mouvements divers sous des alias, d'autres sont carrément pro-Allemands ou mangent à tous les râteliers. Officiellement ils ont des accointances avec les Nazis, officieusement ils émargent aux Francs-Tireurs et Partisans, jouant un double-jeu dangereux. Mais au sein même de la Résistance des acrimonies se font jours entre les Communistes dirigés par Rol Tanguy et les partisans du Général de Gaulle.

Scindé en trois parties, ce roman s'articule autour de trois dates phares : Le 6 juin 1944, jour du débarquement, du 18 au 20 juillet 1944, alors que des échauffourées sérieuses mettent aux prises la Wehrmacht et la Gestapo, et les quelques jours précédents la libération de Paris avec l'entrée des chars de la 2ème DB du général Leclerc le 24 août 1944.

Si Noël Simsolo évoque des personnages réels dans son roman, Céline, Sacha Guitry, Jean Cocteau, Petiot et d'autres, des personnages fictifs se glissent dans son intrigue. Par exemple le commissaire Brulls, Christian Brulls étant l'un des nombreux pseudonymes de Georges Simenon pour des romans d'aventures, Jean Leblanc, que l'on pourrait assimiler à Maurice Leblanc le créateur d'Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur. Enfin, une petits place est accordée à un obscur peintre qui sans être présent joue un rôle incontestable : Canino. Or le nom de Canino a été employé comme nom de plume par Noël Simsolo lui-même pour deux romans parus dans les années 1990 au Fleuve Noir.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
noël simsolo



Bob Dylan Et Le P’tit Quinquin

Ciel Noir

Images De Chair

livrenpoche
Chercher noël simsolo



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest