Faux Et Usage De Faux POST74

ELVIN POST

Faux Et Usage De Faux


Aux éditions SEUIL


Visitez leur site

959

Lectures depuis
Le mardi 3 Fevrier 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
faux et usage de faux

sur
Amazone

fleche
fleche

Elvin POST




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Sept ans plus tôt, Bloom et Fish étaient associés dans une escroquerie. Elijah Fish était déjà un excellent copiste de toiles de maîtres. Vincent Bloom savait vendre ses œuvres, dont nul ne doutait de l’authenticité. L’affaire tourna mal, et valut à chacun une peine de sept ans. N’ayant aucune envie de retourner en prison, Fish produit aujourd’hui des copies certifiées comme telles. Quand Bloom le contacte, il hésite. Son ami lui ayant prouvé que celui qui commercialise ses toiles l’a grugé (avant d’être abattu), Fish accepte de s’associer au prochain coup de Bloom. Il s’agit de voler un tableau de Rembrandt au Gardner Muséum de Boston. Le mafiosi Léo Roma est prêt à payer cinq millions pour Le Christ dans la tempête sur le lac de Génésareth. Son homme de main Cazale participera à l’opération, ainsi qu’un chauffeur. Bloom a projeté de dérober aussi quelques toiles de maîtres, qu’ils vendront plusieurs fois si Fish en fait des copies.

Le soir où l’équipe des Red Sox de Boston remporte la finale, trois policiers se présentent au Gardner Muséum. Les deux gardiens, Avelino le tourmenté et le gras Randy, se font berner facilement. Tandis que Fish et Cazale les surveillent, Bloom s’occupe des tableaux. Comme prévu, aucune alarme ne se déclenche dans ce musée mal sécurisé. Avelino n’a pas l’intention de jouer au héros. Fish se méfie du comportement de l’ignare Cazale. Pas assez sans doute, car Cazale découpe salement le Rembrandt à l’insu des autres. Quand Bloom s’aperçoit de la catastrophe, il est trop tard. Quatre-vingt-dix minutes après leur arrivée, les voleurs s’en vont après avoir enfermé les gardiens. À part une fausse alerte, ils rejoignent sans problème la maison isolée de Little Compton qui leur sert de planque. Cazale poursuit le voyage jusqu’à chez son patron, à Staten Island.

Depuis la mort de son fils, le mafieux Léo Roma décline, oubliant de verser ses redevances au caïd Salvatore Neri. C’est en étudiant un documentaire télé sur le chef d’œuvre de Rembrandt, et la faible sécurisation du musée, qu’il a décidé de faire voler cette toile. Le jour de son anniversaire, Cazale vient lui confirmer la réussite de l’opération et chercher les cinq millions. Mais Salvatore Neri abat Léo Roma, puis exige que Cazale et Big Steve aillent récupérer l’avance versée à Bloom et Fish. À Boston, la police mène l’enquête. Jeffrey Robbins, conservateur du Gardner Muséum, se défend aussi habilement que possible à la télévision. Il ne paiera pas pour qu’on lui restitue les tableaux, affirme-t-il. Quand les deux truands débarquent à la planque, Cazale abat Big Steve, qui venait de buter le chauffeur de la bande. Puisque Roma est mort, il faut chercher une autre solution. Trouver un moyen de pression sur Jeffrey Robbins, le rançonner ? Pas si facile…

Les histoires de cambriolages dans les musées et de faux tableaux de maîtres font partie des grands classiques de la Littérature policière. On éprouve toujours un grand plaisir à les lire sachant que, même si le vol est correctement exécuté, la situation va fatalement se compliquer. Dans ces opérations, chacun mène son propre jeu. Par exemple, Cazale suit sa propre logique, ne réalisant pas qu’en salopant le Rembrandt, il peut tout faire rater. Quant au caïd mafieux Neri, il n’a rien à faire d’un tableau invendable. Le duo Fish et Bloom est, bien entendu, au centre de l’affaire. Bien qu’associés, ils n’ont ni les mêmes caractères, ni des motivations identiques. Au final, qui tirera au mieux son épingle du jeu ? Malgré le suspense tendu, on peut retenir l’angle souriant de ce roman. “­Les experts trouvaient élégant de déclarer une œuvre authentique à 90%. Ils jouaient de ce chiffre pour donner du poids à leur avis, gardant sous le manteau les 10% restant comme marge de sécurité; si par la suite, une toile s’avérait fausse, ils s’empresseraient d’affirmer : j’avais des doutes, voilà pourquoi je n’ai pas dit à l’époque que j’étais certain à 100%.” Un thriller enthousiasmant.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher elvin post



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar