Mortelle Hôtesse PASOBROLA105

BERNARD PASOBROLA

Mortelle Hôtesse


Aux éditions LA VIE DU RAIL


Visitez leur site

818

Lectures depuis
Le vendredi 9 Avril 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
mortelle hôtesse

sur
Amazone

fleche
fleche

Bernard PASOBROLA




Une lecture de
COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE

Des passagers décèdent de mort pas tout à fait « naturelle » à bord du TGV Paris-Londres. Un homme est kidnappé dans une clinique de thérapie génique près de Genève. Un virus inconnu cause une épidémie de cécité à Anvers. Les militantes d’une ONG lancent une campagne de presse qui s’achève par une sanglante tuerie dans un hôtel de Londres.
Quelqu’un découvre qu’il existe un lien entre cette série d’événements. Il se nomme Richard Meyer. Il est agent de renseignement pour le compte d’une officine privée et sa mission consiste à retrouver Humbert Katz, un patient dont on a perdu la trace quelques mois plus tôt.
Prise dans le tourbillon d’une guerre sans merci entre sociétés transnationales, son enquête se transforme en un périple forcené à travers l’Europe au sein d’un univers dont le burlesque apparent a du mal à dissimuler l’impitoyable violence.On retrouve dans ce roman à l’architecture maîtrisée et à l’humour caustique plusieurs personnages de L’Hypothèse de Katz du même auteur paru initialement aux éditions Denoël. 

« L’Hypothèse de Katz de Bernard Pasobrola donne le frisson. Son suspense nousinterdit de le lâcher un instant. Ce roman noir est excellent. »
Éric Yung, Philanthopolar, France Inter 

« Un thriller scientifique sur le ton d’un hallucinant vaudeville familial. »
Edmonde Vergnes-Permingeat, La Montagne noire 

« Remarquable et prenante fable scientifico-humoristico-policière à clés,L’Hypothèse de Katz confirme le talent d’un écrivain authentique à l’inspirationoriginale. »
Gérard Bonet, L’Indépendant

 

Une autre lecture du

Mortelle Hôtesse

de
L A

L A
Le récit débute alors que l’Eurostar doit rentrer en gare de Londres dans moins d’une heure. Un homme de forte corpulence aborde une jeune femme et affirme « Votre père est vivant ».

Pour cet homme, ce sera ultime voyage : lorsque le train arrive à destination, il est mort… d’un arrêt cardiaque.Pour Nora Katz, ce ne sera qu’une étape dans sa quête… Et lorsque Meyer lui révélera le fragment de vérité qu’il connait, ses recherches emprunteront de nouveaux sentiers, qui traverseront l’Europe.

Mais l’histoire avait commencé bien avant cet épisode ferroviaire et cette mort n’était que l’aboutissement d’un imbroglio international aux relents de guerre économique.En fait, tout avait commencé… difficile à dire où tout avait commencé, difficile à dire qui avait commencé ! Ce que savait Richard Meyer pouvait se résumer à quelques informations parues dans la presse et aux quelques suppositions qu’il avait échafaudées au cours de son enquête pour le compte d'une officine privée dirigée par un ancien ministre.

Un virus avait causé une épidémie de cécité dans les milieux diamantaires à Anvers.Nora Katz travaillait dans le laboratoire de thérapie génique qui avait mis au point ce virus, son père et elle avaient été infectés, mais l’un et l’autre s’étaient révélés immunorésistants.Les uns, ceux qui avaient commandité le virus, recherchent activement Humbert Katz pour le tuer ; les autres, ceux qui étaient victimes du virus le cherchent pour qu’il nettoie les diamants contaminés.Et chacun va le retrouver, comme chacun va kidnapper un Richard Meyer manipuler par tous, jusqu’au moment du massacre qui clôturera la campagne anti-diamantaire d’une ONG

 

Bernard Pasobrola, nous offre avec cette « Mortelle hôtesse », un thriller médical impitoyable et nerveux comme son écriture, haletant comme les tourbillons secrets du sanglant conflit économique qu’il décrit, sans temps mort, mais avec juste ce qu’il convient de cadavres.

 



Une autre lecture du

Mortelle Hôtesse

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE
Alors qu’un personnage obèse semble importuner une jeune femme, Richard Meyer s’interpose et renvoie le perturbateur dans ses foyers, c’est-à-dire dans son wagon. Il se présente comme médecin à la jeune femme qui décline à son tour son identité. Nora Katz travaille dans une boîte anglo-américaine au département recherche et plus particulièrement sur les biopuces médicales et plus précisément sur une puce immunoprotectrice. Nora Katz est la fille de Humbert Katz lequel était dans un hôpital suisse. Mais il a disparu et serait, d’après la conversation entendue entre l’importun et la jeune femme, éventuellement à Anvers, dans le quartier des diamantaires. Or à Anvers une étrange épidémie sévit, la « cécité des diamantaires » dont l’origine serait un virus inconnu. Katz est immuno-résistant ce qui expliquerait éventuellement son enlèvement et son transfert. A l’arrivée de l’Eurostar en gare de Saint-Pancras à Londres, Meyer aperçoit par une fenêtre du wagon l’inconnu endormi. Il essaie de le réveiller mais il ne peut que constater son décès. Meyer est fortement attristé car l’homme décédé, Gropparello, était son ami d’enfance et ils travaillaient tous deux pour une officine privée de renseignements. Gro et Meyer avaient soigneusement gardé secrète cette relation envers leur employeur, René de Castelblanjac ainsi qu’à tous ceux qu’ils étaient amené à côtoyer. Et afin d’aborder Nora Katz et la faire parler, ils avaient imaginé cette petite mise en scène fatale qui est un assassinat déguisé, Gro ayant un régulateur cardiaque d’implanté. Meyer continue donc sa mission, retrouver Humbert Katz, mais d’autres événements se profilent à l’horizon qui vont perturber cette tâche. Des militantes d’une association issue de différentes ONG lancent une campagne de presse, mais cela tournera comme une campagne sanglante. De Suisse à Anvers en passant par le Portugal, toujours en train car Meyer tient toutefois à préserver la couche d’ozone en limitant les émissions à effet de serre, l’agent de Castelblanjac se démène tout en se demandant si son patron ne joue pas à un double-jeu.

Dans cette histoire plus complexe qu’un nœud de réseau ferroviaire, le lecteur que je suis était un peu perdu au départ. Les gares de triages, les aiguillages nombreux m’ont parfois fait perdre le fil des rails. Pourtant je me suis laissé bercer, bien installé dans un fauteuil douillet de première classe, en évitant toutefois une boisson rafraîchissante, on ne sait jamais, et au fur et à mesure que le voyage littéraire se poursuivait mon esprit trépidait au rythme des roues, m’arrêtant à quelques gares afin de laisser reposer la motrice neuronale. Puis je repartais pressé d’arriver au terme du voyage. Et cette arrivée fut un éblouissement, un concert, non de chevaux-vapeurs mais de vaches en folie, une scène très visuelle dans un déchaînement désordonné et bruyant digne d’une corrida, les armes à feu remplaçant les banderilles. Meyer cite volontiers Clausewitz, et cela donne parfois des répliques dignes d’Audiard :

« Clausewitz… ? Connais pas…

C’est un général prussien mort en 1831. Il a écrit un livre de stratégie remarquable. Lénine l’admirait énormément… Lénine, ça vous dit quelque chose… ?

Bien sûr… C’est une marque de surgelés sibériens… ».

Bernard Pasobrola pratique un humour caustique, à froid, efficace : Il était si blême que ses yeux ressemblaient à deux fruits de mer avariés posés sur une couche de givre.

Quelques mots sur l’auteur : Bernard Pasobrola est né à Alger. Cadre d’une société du groupe Bertelsmann dont il dirige la librairie de Grenoble, il est délégué en Belgique pour créer un nouveau réseau de librairies. A l'âge de trente ans, il fait le choix d’une vie plus aventureuse et part vers le sud, d’abord en Espagne continentale, puis aux Canaries. Il s’établit finalement au Portugal où il exerce diverses activités liées à l’architecture et aux arts plastiques. Il vit entre Lisbonne et l’Algarve où il réside. Il publie, en 1997, son premier roman sous son pseudonyme actuel. Il vit aujourd’hui à Montpellier. Romans publiés : Au diable vos verres (ed. Séguier) ; Le singe et l’architecte (ed. Séguier) ; L’Hypothèse de Katz (ed. Denoël)

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
bernard pasobrola



Sans Crier Gare Surgit La Nuit

livrenpoche
Chercher bernard pasobrola



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar