Blanc Sur Noir NELSCOTT49

KRIS NELSCOTT

Blanc Sur Noir


Aux éditions POINTS


Visitez leur site

778

Lectures depuis
Le jeudi 15 Juillet 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
blanc sur noir

sur
Amazone

fleche
fleche

Kris NELSCOTT




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Décembre 1968, à Chicago. Smokey Dalton est un Noir au physique athlétique. Voilà huit mois qu’il a fui Memphis avec Jimmy, son fils adoptif âgé d’à peine onze ans. Le gamin ayant été témoin dans le meurtre de Martin Luther King, ils sont tous deux traqués par certains flics corrompus. C’est pourquoi, à Chicago, Smokey se fait appeler Bill Grimshaw, nom de la famille qui les a accueillis ici Jimmy et lui. La seule amie Blanche qu’ils fréquentent, c’est Laura Hathaway. Cette riche héritière a actuellement beaucoup de mal à s’imposer dans la société Sturdy, créée par son père. Bien que son avocat soit tenace, elle ne parvient pas à obtenir les rapports d’activité de Sturdy. Elle engage Smokey comme garde du corps lors des réunions, assez tendues, avec les dirigeants de la société.

Outre de petits jobs pour la communauté noire, Smokey est aussi détective privé sans licence, mais pas sans clients. Il est contacté par la veuve de Louis Foster, un dentiste noir récemment assassiné dans un parc de Chicago. La police n’a guère fait d’efforts pour trouver le coupable. Par défaut, ils attribuent le meurtre à un gang de rues, composés de jeunes noirs vindicatifs et violents. D’ailleurs, le petit Jimmy a été approché par une de ces bandes. Smokey leur a rendu le béret symbolisant l’appartenance au gang, mais il sait que Jimmy reste en danger. Le détective rencontre les deux gamins présents après le meurtre de Louis Foster. Eux aussi s’étant fait racketter par un gang, Smokey promet de retrouver la montre qu’on leur a volé. Il rencontre le photographe qui a pris des clichés de la scène de crime, Saul Epstein, ainsi que sa sympathique grand-mère.

Ce début d’enquête est encore insatisfaisant pour Smokey : “Ce qui lui est arrivé le jour de sa mort, ça je vais le trouver. En revanche, pourquoi on lui a fait ça, je n’en sais rien.” Saul Epstein, sa petite amie noire Elaine, et la grand-mère du photographe sont victimes d’une sérieuse agression. Hospitalisés, Saul et Elaine doivent être rafistolés sur tout le corps. Moralement, la jeune Noire supporte très mal l’incident, comprenant que sa relation avec un Juif blanc déplait à quelqu’un. Smokey enquête au cabinet dentaire de Louis Foster. Il retrouve bientôt Jane Sarton, qui n’était pas sa maîtresse mais son agent immobilier. En effet, Foster envisageait l’achat d’une belle maison, celle de M.Delevan. Smokey explore le quartier en question. Un problème dans un magasin réservé aux Blancs lui fait comprendre que le racisme règne dans ce secteur.

Smokey consulte les archives des journaux, à la bibliothèque. Il se rend compte que plusieurs autres meurtres similaires se sont produits, tout autant négligés par la police. Il y aurait au moins cinq, peut-être sept assassinats de Noirs, selon le même mode opératoire. Le flic Sinkovich, moins corrompu que la moyenne, est lui aussi confronté à un cas ennuyeux. Près de chez lui, le comité de quartier composé de Blancs s’apprête à incendier une maison où vit une famille de Noirs. Il se doit de les dénoncer, ce qui n’est pas sans conséquences pour lui. Smokey fait appel au gros policier noir Truman Johnson, le seul en qui il puisse avoir confiance. Avec Sinkovich et lui, le détective peut espérer coincer le coupable…

Ces quelques lignes de résumé retracent l’aspect criminel du sujet, mais ce remarquable roman est bien plus riche. Car les aventures de Smokey Dalton et de Jimmy s’inscrivent dans l’Histoire du peuple Noir américain. En cette fin des années 1960, deux états d’esprit s’opposent : d’un côté, la lutte pacifique initiée par Martin Luther King, adoptée par la plupart des Noirs; de l’autre, les gangs de rues dans la lignée des Black Panthers, partisans de l’action violente y compris contre leur communauté. Ce qui est illustré ici par les ennuis du jeune Jimmy. À Chicago, la mixité sociale et raciale gagne lentement du terrain dans des “quartiers de transition”. La population blanche plutôt modeste s’accroche à ses valeurs, au risque de dérapages meurtriers allant au-delà du simple racisme.

Les parents d’élèves noirs s’organisent eux aussi peu à peu, contre les gangs et pour que leurs enfants aient accès à toutes les écoles. Chez les puissants, symbolisés par la société Sturdy, on n’est pas prêts non plus à renoncer à des pratiques à la fois lucratives et fort peu morales. Bien d’autres images de ce temps-là sont restituées avec une belle justesse dans ce roman. Pendant ce temps, témoin de tous les évènements de son époque, Smokey enquête avec discrétion (il est pisté par le FBI et la police de Memphis) et avec efficacité. Le personnage le plus sympa qu’il rencontre est, sans conteste, la grand-mère du photographe Saul Epstein, la pétillante Mme Weisman. S’il possède un suspect, le dénouement n’est pas sans surprise. Un authentique roman noir de qualité supérieure !

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher kris nelscott



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar