Les Cendres Froides MUSSO196

VALENTIN MUSSO

Les Cendres Froides


Aux éditions LES NOUVEAUX AUTEURS


Visitez leur site

1014

Lectures depuis
Le vendredi 9 Avril 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
les cendres froides

sur
Amazone

fleche
fleche

Valentin MUSSO




Une lecture de
COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le drame, quand on commence à creuser le passé, c’est qu’il faut aller jusqu’au bout.

1999. À la mort de son grand-père, dans des documents de famille, Aurélien Cochet découvre avec effarement que celui-ci aurait travaillé durant la guerre dans un Lebensborn, une maternité nazie recevant des jeunes femmes enceintes de membres de laSS et de la Wehrmacht.
Au même moment, dans un petit village de la Haute-Marne, une octogénaire apparemment sans histoires est retrouvée assassinée à la suite d’un cambriolage.
Les gendarmes sont loin de se douter qu’elle est la victime, plus de cinquante ans après la fin de la guerre, de l’entreprise eugéniste nazie.
Aurélien Cochet va tenter de lever le voile sur le passé de sa propre famille. Il va plonger au coeur d’un des programmes les plus mystérieux et les plus terrifiants du IIIe Reich. Quitte à mettre ceux qu’il aime en danger…



Une autre lecture du

Les Cendres Froides

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

En 1999, Aurélien Cochet est enseignant, tandis que sœur Anna termine ses études. Marquée par le décès de leur père douze ans plus tôt, le jeune femme est une dépressive chronique. Leur grand-père Henri reste leur dernière attache familiale. Il vit avec sa compagne Alice, dans une belle demeure du côté de Châlons-en-Champagne. Au décès de leur aïeul, Aurélien doit faire le tri dans la grande collection de films anciens et rares appartenant à Henri. C’est ainsi qu’il découvre une bobine aux images surprenantes. Dans ce film amateur, on voit son grand-père dans une maternité, auprès du personnel, des patientes, et d’un officier SS. Aurélien admet en savoir peu sur l’histoire ancienne de sa famille, à part qu’Henri alla soigner les réfugiés de la Retirada, après la Guerre d’Espagne. Le voir dans ce qui est visiblement un lebensborn, parait plus que déroutant.

À Châlons-en-Champagne, le lieutenant de gendarmerie Franck Launay et sa collègue Émilie Duhamel enquêtent sur le meurtre d’une octogénaire. La mort de Nicole Brachet ressemble à un home jacking qui aurait mal tourné. Certes, le domicile de la victime est en désordre, mais qu’aurait-on volé chez cette dame vivant modestement ? Il est souhaitable de reprendre l’affaire à la base, même si les voisins de Mme Brachet se montrent hostiles et taisent ce qu’ils ont vu. Quand des malfaiteurs soupçonnés de home jacking sont arrêtés, il est évident qu’ils n’ont rien à voir avec ce cas-là. La voisine peu coopérative finit par donner son témoignage aux enquêteurs. Une piste utile s’annonce enfin. Plus tard, grâce à une jeune amie de Nicole, ils vont s’interroger sur la disparition du répertoire d’adresses de la victime. Peut-être le nom du coupable y figure-t-il.

Aurélien contacte la jeune universitaire Héloïse Tournier, qui avait rencontré son grand-père. Sa thèse porte sur les enfants franco-allemands illégitimes durant la guerre, et en particulier sur les lebensborn. Si celui de Lamorlaye est connu des historiens, on sait peu de choses sur la maternité de Cernancourt où officia le grand-père d’Aurélien. Henri n’y exerçait plus, quand l’endroit fut détruit par un incendie en 1942 après quelques mois d’activité.

Quand il écoute les réponses de son aïeul, dans un enregistrement réalisé par Héloïse, Aurélien trouve que ses propos sont trop neutres. Peu d’allusions à Mme Guillermeau, influente veuve d’un général, créatrice de cet établissement. Pas un mot sur l’officier nazi Ebner, qui figurait sur le film trouvé par Aurélien. Celui-ci reste intrigué par l’antiquaire Dolabella, ami de son grand-père. Avec Héloïse, il recueille à Cernancourt le témoignage d’un voisin qui observa la maternité à l’époque. Qu’Aurélien reçoive des messages de menace ne l’inquiète que peu. Par contre, sa sœur Anna est hospitalisée après avoir été agressée, certainement en lien avec cette affaire…

Les lebensborn constituent l’élément historique de ce roman. Les nazis ayant mené des expériences sur les êtres humains, on a entretenu des légendes assez malsaines sur ces maternités spéciales. Ici, en réalité, c’est principalement sur les secrets familiaux que s’appuie le récit. Pas seulement ceux de ce grand-père admiré par Aurélien et sa sœur. Fut-il un pur salaud, ou bien joua-t-il un rôle plus nuancé, voire positif ? L’état psychologique d’Anna et le rôle d’Alice, la compagne d’Henri, ont aussi leur part dans le mystère. Quant au lien entre l’octogénaire assassinée et l’aïeul, il reste longtemps énigmatique. On nous parle encore d’une certaine Rachel, jeune juive enceinte durant les années de guerre. Autant de personnages et de signes participant aux questionnements du lecteur. On aurait sans doute pu souhaiter un rythme plus vif. Certaines explications sont un peu longuettes, alors que nous avons déjà eu ces détails sous les yeux. Néanmoins, solidement construite, l’intrigue reste plutôt captivante. Un bon suspense psychologique.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
valentin musso



La Ronde Des Innocents

Une Vraie Famille

livrenpoche
Chercher valentin musso



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar