Le Seigneur Des Atolls MARTIN216

PASCAL MARTIN

Le Seigneur Des Atolls


Aux éditions PRESSES DE LA CITE


Visitez leur site

1393

Lectures depuis
Le lundi 6 Septembre 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
le seigneur des atolls

sur
Amazone

fleche
fleche

Pascal MARTIN




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE
Mai 1968. Alors que dans Paris volent des grenades lacrymogènes, noix de coco en réduction, dans l’archipel polynésien d’énormes champignons, vesces de loup trop mûrs, éclatent en dégageant une fumée noire et de vives lueurs. Chrétien, caméraman à l’ORTF, en déplacement au Liban afin de couvrir le voyage diplomatique en Iran de Pompidou, alors Premier Ministre, est rappelé par 3D, son chef des informations, Denis Desmond Doriant de son nom complet, afin de filmer les débordements des étudiants et des prolétaires en rébellion contre la politique du gouvernement. Et ce qu’il enregistre sur sa petite caméra le dégoute. Des CRS et des gardes mobiles qui prennent en nasse des étudiants, les forçant à se réfugier dans un square où les attendent des katangais, milice fasciste. Ou des étudiants, ou pseudo tels, qui tire délibérément avec une arme à feu chargée sur les policiers, ajustant froidement leurs cibles. Mais 3D ne peut diffuser les images, pas toutes du moins. Ecœuré Chrétien prend une mappemonde, la fait tourner, pointe le doigt dessus, puis s’envole pour la Polynésie. Destination l’îlot de Tureia, l’un des nombreux grains de beauté qui essaiment l’Océan.

Arrivé sur l’île de Tahiti, il s’enquiert d’un petit avion susceptible de l’emmener sur place. Mais les informations qu’il recueille ne sont guère encourageantes. L’île de Tureia serait habitée par des anthropophages dirigés par le général Arakino et les blancs, les popa’a, ne sont pas les bienvenus. Malgré toutes ces recommandations, Chrétien persiste dans son désir et finit par obtenir gain de cause. L’avion affrété depuis le petit aéroport d’Hao le dépose sur Tureia sans s’arrêter. Personne pour réceptionner Chrétien, sauf des chiens. Le village est désert. Lors de sa déambulation il remarque une cabane sur pilotis dans le lagon. Soudain une lueur embrase le ciel, la terre se met à tanguer. Les habitants de l’atoll prévenus par les autorités qu’une charge allait exploser s’étaient réfugiés sur une île voisine. Les premiers contacts entre Chrétien et Arakino sont houleux mais à force de persuasion les deux hommes se lient d’amitié.

Chrétien surnommé Upo (fêlé en Maori) est avide d’intégration. Il apprend le Maori, il se plie aux coutumes locales qu’il découvre et parcourt le nouveau domaine qui l’accueille. Domaine par ailleurs pas si accueillant que cela. Tureia est divisée en deux parties séparées par un ruisseau. Celle où vivent les insulaires, et de l’autre côté, une bande de terre, la presqu’île de Taravo, gardée par des légionnaires. Entre les deux des crabes carnivores, entassés les uns sur les autres et qui forment une véritable frontière. C’est Moto Guzzi, un coureur de nuit qui doit son pseudonyme au fait qu’il se déplace à bord d’une moto. Il est l’équivalent d’une estafette chargée d’assurer la liaison entre les deux communautés, qui leur fournit des renseignements, ceux qu’il juge nécessaire sans entrer dans les détails ou les secrets. Moto Guzzi n’est guère prolixe, néanmoins Upo apprend que l’homme, d’origine italienne, a tué ses père et mère ainsi que ses frère et sœur. Emprisonné il a échappé à la guillotine en acceptant de se prêter à des expériences nucléaires d’abord dans le Sahara puis dans l’archipel polynésien.

Upo prend de l’ascendant autant sur le général Arakino, appelé ainsi parce que son livre de chevet est un ouvrage contant les biographies de militaires français ayant joué un rôle prépondérant durant les différentes guerres engagées ou subies par la France. Upo apprend que la cabane est une ferme dans laquelle Motu élève des huitres perlières. Ces perles noires à la valeur inestimable, servent à l’achat des denrées alimentaires et autres, permettant aux Maoris de subsister. La livraison est effectuée par Joe, un commerçant louche de Hao qui livre les provisions par bateau. Maïna, une jeune fille, est retrouvée assassinée, égorgée. Près de son corps, gît l’harmonica de Moto Guzzi. Tout indique que le coureur de la nuit est le coupable, tout, sauf que la mise en scène est trop grosse selon Upo. Parallèlement Upo comprend que les îliens se font gruger et il se rend à Papeete et passe un contrat, non sans mal et sans horions auprès d’un Japonais qui s’avérera plus fiable que Joe. Désormais c’est lui qui règle les dépenses et il en profite pour acheter une petite caméra qui jouera un grand rôle quelques mois plus tard.

Il se marie selon les us et coutumes Maori avec Hina et est intronisé par Arakino le père adoptif de deux gamins de treize ans, Téva et Hiro. Des gamins débrouillards qui lui vouent une admiration sans borne et sans faille. Mais l’orage gronde au dessus de Turiea à cause d’un film pris par les deux enfants dans la presqu’île de Taravo, à l’insu des légionnaires et de leur chef un certain Albinos. Upo change une nouvelle fois de nom à l’initiative d’Arakino. Désormais il devient Foch, pour tout le monde. Comme le Maréchal. Seulement ce nouvel alias n’éloigne pas les nuages constitués par des paras et des hommes de la DST qui débarquent un beau ( ?) jour sur l’atoll. Sans oublier les nouvelles déflagrations des essais nucléaires.

Des images fortes se dégagent de ce roman : la culture des huîtres perlières et le prélèvement par Muto des perles, le combat d’Upo contre un requin blanc, la fuite de Foch et des deux enfants et d’Hina à bord d’une pahis (pirogue) construite avec le bois d’un arbre auprès duquel a été enterré le pito des enfants, leur combat dans les éléments déchainés lors du passage d’un typhon, et bien d’autres…

Ce nouveau roman de Pascal Martin permet de comprendre la série des Coureurs de la nuit (huit volumes qui se lisent indépendamment dont La traque des maîtres flamands, La Vallée des cobayes et L'ogre des Landes) et dévoile la genèse du maître de l’Œuvre, une organisation dont les membres sont des orphelins recrutés dans les prisons françaises. Et le lecteur découvre un homme à double facette. Sensible, humain, consensuel, froid, sec, dur, autoritaire, selon les circonstances, qui non seulement s’intègre parfaitement dans sa nouvelle condition, mais par certains côtés devient plus Maori que les natifs de l’archipel. Un condensé de Popa’a et de Polynésien, n’hésitant pas à affronter les militaires et le pouvoir politique, les faisant plier par le charme ou le chantage.

Difficile après avoir lu ce livre que l’on referme avec une pointe de regret qu’il soit déjà terminé, malgré ses cinq cent huit pages, de prendre dans la pile de romans en instance celui qui saura autant captiver. C’est assurément l’un des ouvrages de la rentrée, à ne pas négliger, d’autant qu’il offre aventures, exotisme réel et non surfait, humanisme et plongée historique. Pascal Martin a connu cette époque des essais nucléaires puisqu’en 1968 il s’est rendu à Tahiti avec sa famille. Son père, employé au Centre d’Energie Atomique, a été rapatrié un an plus tard, emportant dans ses bagages un cancer. Alors pour clore cette chronique, certains lecteurs pensant peut-être que Pascal Martin a par trop enjolivé quelques éléments de cette histoire, qui n’est qu’un roman, (quoi que !) j’emprunte cette citation de Foch, le patron des Coureurs de nuit : « Lorsque le vrai est faux, c’est que le faux est vrai ».

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/


Une autre lecture du

Le Seigneur Des Atolls

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Écrites par Pascal Martin, les aventures des “Coureurs de nuits” comptent désormais neuf titres (indépendants), avec ce nouveau roman. Sans doute est-il bon d’en situer le contexte. L’Œuvre est une organisation occulte, composée d’orphelins recrutés en prison, ceux qu’on appelle les Coureurs de nuits. Il y a Eva, jolie femme au passé chargé; Saint-Sauveur, musicien de jazz; Vincent, dit Le Bonsaï, génie de l’informatique, animé de quelques rancœurs. Tous sont en quête d’identité, et agissent hors du contrôle des services de police. Le but de l’Œuvre est de s’emparer de fortes sommes d’argent : trésors archéologiques, héritages non revendiqués, récompenses offertes. L’organisation est dirigée par l’énigmatique Foch, intransigeant père de substitution pour les Coureurs de nuits. Jusqu’à ce neuvième épisode, on n’avait guère de précisions à son sujet.

En mai 1968, Chrétien est reporter pour l’ORTF, la télévision d’alors. Les images qu’il a tourné ne sont pas exploitées par 3D, le rédacteur en chef. Sous prétexte de ne pas alimenter le chaos, une censure destinée à masquer les exactions côté forces de l’ordre. Désabusé, Chrétien s’exile en Polynésie, sur l’atoll de Tureia. La population de l’île a la réputation d’être anthropophage. Rumeur qui protège la tranquillité des Maoris de Tureia, ayant à leur tête le “général” Arakino. C’est un village tabou pour les Blancs, hormis les légionnaires stationnés à la pointe de l’île. Jouant un rôle ambigu, Moto Guzzi est aussi un Blanc toléré par Arakino. Se faire adopter par les Tahitiens d’ici suppose pour Chrétien une lente intégration. On finit par le surnommer Upo, le fou. Si Maeva est prévenante et pas farouche, Upo est vite sous le charme de la mûre Hina, pas si facile à conquérir.

Ayant fraternisé avec Arakino, Upo devient membre à part entière du village. Il accepte d’adopter pour fils les jeunes Hiro et Teva. Habiles à manier la caméra acquise par Upo, ce sont des reporters plutôt doués, quitte à prendre certains risques. En réalité, la vie n’est pas si sereine sur Tureia. L’atoll est proche de Mururoa, où sont menés de dangereuses expériences nucléaires. Les ennuis de santé d’employés tahitiens du site s’avèrent éloquents. Sur l’île, la Marine a bâti un bunker supposé protéger la population lors des explosions. Grâce à Upo, l’endroit sert autant de salle de cinéma. Autre problème, la production de perles noires, seule richesse de l’île, est pillée par un voleur. Celui-ci ayant agressé mortellement la jeune Maïna, Upo et Arakino lui règlent son compte.

Les ennemis de Tureia ne manquent pas. L’Albinos, chef des légionnaires, traite ses sbires et les habitants locaux avec la même supériorité cruelle. Le juge Chan a tenté de spolier les Maoris des terres dont-ils ont hérité. Upo y met bon ordre, mais Chan n’a sans doute pas dit son dernier mot. Les Mikimoto règnent sur le commerce des perles rares dans le secteur. Prouvant qu’il n’a pas peur d’eux, Upo négocie avec Mikimoto père un contrat honnête. Ainsi, les sommes aideront à améliorer le sort des Maoris de Tureia. Désormais marié, père de Teva et Hiro, Upo est intronisé par Arakino, fatigué. Nouveau chef de l’île, on l’appelle Foch de Tureia. Les problèmes se compliquent encore quand les services secrets français veulent récupérer le compromettant film d’Upo-Foch, illustrant ce qui se passe réellement à Mururoa et dans ses environs. Un véritable combat est engagé entre les îliens, pour préserver leur espace, et tous leurs redoutables ennemis…

Ne nous y trompons pas, ce n’est pas un exotique petit roman d’aventures que nous propose ici Pascal Martin. À travers les multiples péripéties traversées par Foch et ses amis Maoris, l’enjeu est plus sérieux. Reporter, l’auteur connaît les plus noirs aspects de la présence militaire française dans cette région du monde. Car Mururoa a eu un impact dramatique sur les habitants. Certes, ils ont gagné un peu d’argent, pouvant s’offrir le rêve de tous : un dentier et un scooter. Avec sagesse, Arakino exprime bien les conséquences dévastatrices : “Il pourrit tout. Si l’argent poussait dans la terre ou nageait dans les océans, il serait mon ami. Mais il niche dans la tête des hommes. C’est à cause de lui, à cause de l’argent qu’on vole nos perles.” Et qu’il vole ou ruine la santé des Polynésiens, irradiés par le nucléaire. Qui se soucie du sort de ces populations vers 1970 ? Fidèles à l’illusoire grandeur de la France, les politiciens gaullistes font pression pour taire la vérité. Les officines à leur service, et autres soldats de fortune, persécutent sur le terrain ceux qui s’opposent aux projets, ceux qu’ils n’ont su convaincre en douceur. Pourtant, ces populations ne revendiquent que le droit de garder leur territoire. C’est avec détermination que Foch et ses fils adoptifs, les premiers Coureurs de nuits, affrontent les nombreux périls de cette intrigue détaillée. Si le suspense et l’action sont bien présents, c’est finalement l’Humain qui est au cœur de cette aventure mouvementée.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
pascal martin



L'archange Du Medoc

L'ogre Des Landes

La Malediction De Tevennec

La Reine Noire

La Traque Des Maîtres Flamands

La Vallée Des Cobayes

Le Bonsai De Broceliande

Les Fantômes Du Mur Païen

L’ogre Des Landes

livrenpoche
Chercher pascal martin



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
4.97 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar