Amerikkka, L’intégrale 1 MARTIN_,_OTERO174

ROGER , NICOLA MARTIN , OTERO

Amerikkka, L’intégrale 1


Aux éditions EDITIONS EMMANUEL PROUST

636

Lectures depuis
Le mercredi 23 Septembre 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
amerikkka, l’intégrale 1

sur
Amazone
fleche

Roger ,  nicola MARTIN , OTERO




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Ce volume reprend 3 histoires éditées en 2003 et 2004 : Les canyons de la mort, Les bayous de la haine et les neiges de l’Idaho.

Le Ku Klux Klan est toujours vivace surtout dans les états du Sud des Etats-Unis, qui furent les principaux hauts lieux de l’esclavagisme. Ainsi dans Les canyons de la mort, des cadavres de femmes sont retrouvés quelque part dans le Texas non loin de la frontière mexicaine. Dans la main de l’une d’elle est découvert un objet portant les initiales TKKKK, ce qui signifie Texas Knights of the Ku Klux Klan. Pour Espinoza, le responsable local à El Paso du CEFNOMEX ou centre d’études de la frontière du Nord du Mexique, le crime est signé. Il fait appel à deux agents de l’AKN, l’Anti-Klan Network, une organisation efficace dans la lutte contre l’extrême-droite états-unienne. Le Klan est divisé en plusieurs factions dont l’Empire Invisible, la Résistance Blanche Aryenne et Les Nations Aryennes. Mais ces partis ne poursuivent qu’un seul et même but, la prépondérance à tout prix de la race blanche, et n’hésitant pas à assassiner Noirs, Mexicains, Juifs, ne cherchant pas même à maquiller leurs meurtres. Steve Ryan et Angela Freeman, dont la mère était mexicaine, vont donc rechercher les coupables qui peuvent se nicher dans toutes les couches de la société. Même chez les policiers. Il existe bien des groupuscules antifascistes qui manifestent ouvertement contre le Klan, manifestations surveillées de près par les forces de l’ordre tandis que les défilés organisés par le Klan sont protégés par ces mêmes représentants de l’ordre. Il court le bruit que les anti Klan seraient manipulés par le FBI, afin de semer le désordre. Pour Steve et Angela la partie est rude malgré le renfort des hommes d’Espinoza. La lutte est âpre dans les contreforts rocheux, surtout de nuit, et que les klanistes sont décidés à tout.

Dans Les bayous de la haine, nous retrouvons nos deux héros qui sont envoyés à Tallahassee, ville de Floride, afin d’enquêter sur la mort de Jack Lancaster, un vieil homme de quatre-vingts ans qui devait témoigner devant la cour suprême pour des faits remontant à cinquante ans en arrière. Les événements s’étaient déroulés à Birmingham en Alabama, dans l’incendie d’une église, et les cadavres de fillettes noires avaient été découverts calcinés dans les décombres. A l’origine de cet incendie se trouverait John Roowell, un agent immobilier véreux lié au Klan. L’enquête menée par Steve et Angela est officieuse car le capitaine Bert Lafarge, un Noir, n’est pas persuadé que le décès de Lancaster soit consécutif à un meurtre. Tout au plus promet-il de ne pas mettre des bâtons dans les roues des deux agents de l’AKN, mais certains policiers locaux n’apprécient guère cette intrusion. Un témoin éventuel pourrait leur donner quelques précisions car Lancaster habitait dans les bayous, refuge des alligators. Un avis à témoignage est lancé dans les journaux et à la radio, à la recherche de ce témoin. Rendez-vous est pris mais Steve et Angela assistent impuissants à son enlèvement. Ce témoin est réputé comme trafiquant notoire et chasseur de peaux, malgré son handicap. Il est manchot à la suite d’un accident dans une manufacture et pour seule reconnaissance il fut licencié. Et l’on s’aperçoit que les alligators ne se trouvent pas uniquement que dans les bayous.

L’Idaho, état du nord-ouest des Etats-Unis, ayant une frontière commune avec le Canada, est peu connu pour ses engagements racistes, moins que les états du sud, mais cela ne veut pas dire qu’il ne s’y passe rien. Dans Les neiges de l’Idaho Steve Ryan prend l’identité d’un prisonnier que se serait fait la belle lors d’un séjour à l’hosto. Tatoué, des papiers adéquats en main, un passé de fasciste convaincant, il rejoint la communauté d’un pasteur qui séquestrerait les parents d’une gamine. Seulement cette communauté n’est en fait qu’un camp retranché de nostalgiques du régime nazi et Ryan tente de se fondre dans la masse, afin de mieux réussir sa mission, tandis qu’à l’extérieur Angela, devenue serveuse dans un boui-boui de restauration rapide se morfond, attendant des nouvelles de son ami. Ryan n’est pas au bout de ses surprises et des dévoiements auxquels il peut assister, obligé même de participer parfois à son corps et son esprit défendant.

Roger Martin n’en a pas fini de mette en scène la lutte d’hommes et femmes intrépides, courageux, contre les agissements du Ku Klux Klan, qui comme l’hydre voit sa tête repousser lorsqu’on la coupe. Il pourfend par ses histoires, romans, documents, essais ou autres, les racistes, xénophobes, fascistes et autres résurgences du nazisme. Il met en garde les dérives de l’extrême-droite en France et à l’étranger, mais l’opinion publique habilement manipulée par des hommes politiques qui revendiquent des principes sécuritaires fallacieux, ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

Les dessins de Nicolas Otero, dont c’était la première fois qu’il réalisait une série ambitieuse, sont très expressifs, utilisant un trait semi-réaliste fulgurant, que ce soit dans la représentation graphique des décors que dans celle des personnages. Ses couleurs qui s’intègrent dans un contexte de violence sont à base de rouge sang, de marron bistre, de bleu nuit, de vert glauque, rendant une atmosphère très sombre, étouffante, poisseuse, qui se marie très bien avec les scènes décrites. Et parfois les images se suffisent à elles seules. Un dessinateur à suivre.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher roger , nicola martin , otero



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest