L'empoisonneuse D'istanbul MARKARIS171

PETROS MARKARIS

L'empoisonneuse D'istanbul


Aux éditions SEUIL


Visitez leur site

1021

Lectures depuis
Le jeudi 20 Aout 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
l'empoisonneuse d'istanbul

sur
Amazone
fleche

Petros MARKARIS




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Avocate stagiaire, Kathérina est la fille du commissaire Charitos. Le mariage de celle-ci s’est déroulé dans une morne ambiance, les deux familles désapprouvant cette trop simple cérémonie civile. Pour aider son épouse Adriani a se changer les idées, Kostas Charitos l’emmène en excursion. Ils font partie d’un groupe de voyageurs séjournant à Istanbul. Le couple découvre les nombreux beautés de cette ville, ses quartiers animés. Le gourmand policier apprécie les spécialités culinaires turques. Parmi les touristes, Mme Mouratoglou connaît bien cette ville dont elle est originaire. Sa famille fit partie des Grecs qui durent quitter Istanbul quelques décennies plus tôt. Toutefois, subsiste encore ici une communauté de compatriote appelés les Roums, environ deux mille personnes pour la plupart âgées, vivant surtout dans le quartier de Makrochori.

Le commissaire Charitos est contacté par un natif de Constantinople, qui est à la recherche de Maria Chabou, une dame grecque de 90 ans. Il s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles d’elle, et pense qu’elle a rejoint Istanbul. Kostas Charitos prend contact avec les polices grecque et turque. Il semble bien que Maria soit partie de son village après avoir empoisonné son frère, chez qui elle habitait. Le supérieur du commissaire lui demande de suivre l’affaire en Turquie, l’enquête étant menée par le jeune policier Murat Saglam. Quand le cadavre d’une autre dame âgée est découvert, il tolère la présence de Charitos. La victime était une Grecque d’Istanbul, parente de Maria Chabou. Comme le frère au village, elle aussi a été empoisonnée par une tarte de tyropita, spécialité de Maria. Même s’il y a peu de témoins, la vieille dame est fatalement suspectée.

Kostas Charitos interroge plusieurs personnes de la communauté grecque. Ce qui lui permet de compléter ce qu’il sait déjà sur le parcours chaotique de Maria. Il se demande où cette dame peut loger, car elle ne connaît plus grand monde ici. Une de ses cousines l’a hébergée quelques jours, et il existe bon nombre de maisons abandonnées où Maria peut se réfugier. Le commissaire se renseigne au Baloukli, maison de retraite regroupant des Roums. Maria y est passée, voulant voir son ancienne belle-sœur décédée un an plus tôt. Venait-elle la supprimer ? Le commissaire n’en est pas si sûr. Maria a paru malade et très faible à ceux qui l’ont croisée, un soignant la pensant atteinte d’un cancer. Peut-être faudrait-il la rechercher dans les hôpitaux ? Charitos reconstitue les actes criminels de Maria, tentant d’imaginer ses motivations. Cette fois, un Turc est victime d’une tyropita empoisonnée. Et la fantomatique Maria reste longtemps introuvable…

Sans doute s’agit-il d’un roman d’enquête, mais sûrement pas au sens strict. Si c’est bien elle, le nom de la présumée coupable est connu. Ce sont les raisons profondes d’une démarche criminelle qui sont en cause. C’est dans les facettes du contexte que ce roman trouve ses multiples qualités. L’auteur ne se contente pas d’une banale visite touristique d’Istanbul. À travers le regard de ses héros, c’est une approche sociologique de cette ville qu’il nous offre. Le tempo de vie des habitants et leurs habitudes alimentaires en sont un exemple. “Savez-vous à quoi on mesure un bon buveur à Constantinople, monsieur le commissaire ? Au nombre d’heures pendant lesquelles il est capable de garder une bouteille de raki «vivante», en l’accompagnant d’une ou deux tranches de melon, d’un concombre coupé en quatre ou d’un morceau de féta. Plus la bouteille se vide lentement, meilleur buveur il est.” L’histoire agité de la communauté grecque est ici illustrée par les sites qu’ils occupaient, autant que par le sort de la vieille Maria. Les relations entre Grecs et Turcs se sont assouplies, mais restent tendues (l’exaspérant ancien général Despotopulos rêve de reconquérir la ville). Les rapports de sympathie entre le couple Charitos et celui de Murat Saglam donnent de l’espoir. Un roman dans lequel on s’immerge avec grand plaisir.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

L'empoisonneuse D'istanbul

de
JEANNE DESAUBRY

JEANNE DESAUBRY

On suit dans" L’Empoisonneuse d’Istanbul» Kostas Charitos, commissaire de police de son état, marié à une forte femme et père faible.

À peine remis de l’enlèvement de sa fille (voir "Publicité meurtrière", du même auteur) , voilà que Charitos doit faire face au désarroi terrible de sa douce (euh…) moitié qui ne supporte pas que leur rejetonne refuse le beau mariage religieux dont rêve sa maman. Rien de tel qu’un voyage pour se changer les idées. Sauf que… son métier rattrape le commissaire quand on lui demande de jouer les bons offices diplomatiques auprès de la police turque. Est-il possible qu’une grecque de quatre-vingt-dix ans passés se soit transformée en serial killer ? Arme du crime ? Des chaussons aux épinards truffés d’insecticide. Pourquoi cette vielle femme at-elle fait le voyage qui la ramène à ses origines?Pour nous, français ignorants, le fait que Markaris parle systématiquement de « Constantinople » est instructif.

Car le roman est aussi l’occasion de rappeler le passé d’affrontement, d’amour-haine de ces deux cousins-voisins que sont les Turcs et les Grecs. Le milieu des « roums » ces Grecs orthodoxes, survivants à Istanbul d’une communauté autrefois importante nous est raconté, pétri de son passé, figé devant un avenir béant de vide.  J’aurais presque rangé Markaris au niveau de Andrea Camilleri pour sa capacité à raconter simplement les petites gens et à parler de gastronomie s’il n’y avait eu cette longue litanie des rues empruntées pour aller d’un point à un autre de la capitale turque à chaque déplacement. Ce défaut écarté, il reste une narration qui garde une belle authenticité, et le portrait que nous fait Markaris, aussi bien de la Grèce que de la Turquie modernes sonne on ne peut plus juste. À tel point qu’il rencontre, semble-t-il, un beau succès populaire dans son pays.

Retrouvez
JEANNE DESAUBRY
sur
jeanne.desaubry.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher petros markaris



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
4.97 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest