Le Petit Frère MONTALBAN12

M.V. MONTALBAN

Le Petit Frère


Aux éditions 10:18

1335

Lectures depuis
jour de sa mise en ligne

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le petit frère

sur
Amazone

fleche
fleche

M.V. MONTALBAN




Une lecture de
L A

L A
« Je crois que le fait qu'un écrivain décide ou non que son écriture est une écriture d'intervention est un problème de satisfaction morale, personnelle, et qu'il ne peut jamais espérer que de cette intervention puisse découler un changement réel des choses. »
Dans Mouvements n°15/16





Profitant de l’enquête sur le suicide de celui qu’on appelait, aux temps jadis, aux temps de la lutte anti-franquiste « petit frère » Pepe Carvalho dresse le bilan de cette époque et des années qui ont suivi la mort du dictateur. Mais il ne s’agit pas d’un « bilan » politique ouvrant la voie à de
nouvelles « perspectives » (à la lutte du prolétariat)… Non, beaucoup plus modestement, il se cantonne au bilan de chacun des acteurs de la lutte (ou tout du moins de ceux qui croisèrent sa route, de-ci de-là, dans les prisons ou les groupuscules.)
Au final que reste-t-il ?…Des acteurs… De ceux qui menèrent le combat ?…Pas grand chose, si ce n’est beaucoup de reniements !
Peut-être, mais Carvalho...
« se souvint soudain qu'il avait dans sa cave une bouteille de Mauro 1986 que lui avait offerte son voisin, le gérant Fuster, et il alla la chercher. Quelques morceaux de fromage de brebis de Cuenca et une demi-bouteille de Mauro le réconcilièrent progressivement avec la réalité. »
Des capitulations ? Comment peut-on accuser les hommes de trahison alors qu’en fait c’est le monde qui a changé !…
« Non. On ne peut plus parler de lutte des classes, mais de concurrence. Le problème ne se résout plus sur le mode du conflit mais sur celui de la compétition. »
Tout change ! Telle est la règle ! Seul le « Quotidien du Peuple » est resté fidèle à lui-même !… Ainsi va la vie !…
A cette nouvelle, construite autour du thème du reniement et de l’arrivisme (tout comme le roman « Le Pianiste ») semble répondre cette autre intitulée « Ces années là ».
Il ne s’agit plus de la richesse ou de la gloire, récoltée dans les dédales combinatoires de la démocratie ou plutôt prodigué( au prix de quelques contorsions idéologiques) par son fils et sa fille naturelle -le libéralisme et la mondialisation- par des combattants d’antan, mais de l’histoire d’une vie broyée, détruite, par engagement, par fidélité, par amour…
« La comtesse a vécu avec le berger poète jusqu'à un accouchement prématuré et malheureux au milieu des montagnes. Elle est alors partie à l'étranger avec ses douleurs et ses cicatrices. Elle est tombée à Paris en pleine révolte de Mai 68, a participé activement à l'assaut contre le Collège d'Espagne (…) Liée à des groupes extrémistes espagnols et internationaux, la comtesse refait surface comme contact des Brigades (…) passé par la guérilla (…). De retour en Espagne, elle a participé à l'agitation suscitée par le désenchantement de la fin des années soixante-dix, puis elle s'est toquée d'un jeune homme (…). Cette quête échevelée de l'authenticité la plus sincère conduit fatalement à l’autodestruction »
Vérités au delà des Pyrénées, mensonges en deça. ?… Destins imaginaires?…
Comment ne pas penser à ces directeurs de presse, à ces sénateurs, à ces présentateurs de télévision, à ces magistrats, à ces préfets, à ces ministres, à ces patrons… anciens de la Gauche Prolétarienne, du Parti Communiste Marxiste léniniste de France, de la Ligue Communiste, de l’Organisation Communiste Internationaliste…
Comment ne pas penser à ces militants, à ces combattants et à leur « quête échevelée de l'authenticité la plus sincère » qui les a « conduis fatalement à l’autodestruction », à tous ceux qui prirent pour argent comptant toutes les belles paroles de nos parvenus, de nos penseurs de la modernité…
Comment ne pas penser à tous ceux qui « sont morts pour que dalle et pour quoi » ?
Comment ne pas penser à tous ceux que l’histoire a détruits ?
Comment ne pas penser à eux… à tous ces inconnus ?…
Comment ne pas hurler, en voyant parader sur nos écrans de télé ces anciens dirigeants de groupuscules ?… fumiers !
Mais peut-être vaut-il mieux, pour oublier, déboucher une bouteille de vin ? Car peut-être le « devoir de mémoire » ne s’applique-t-il pas dans leur cas ?
Mais peut-être convient-il de laisser une dernière fois la parole à Pepe Carvalho
« Je me souvins alors de cette prophétie de Marx, selon laquelle des éléments rebelles de la bourgeoisie peuvent éprouver la tentation de rejoindre les rangs du prolétariat, mais tôt ou tard presque tous réintègrent le bercail de leur classe. Au fil des ans, l'histoire même de l'Espagne m'a démontré la justesse de cette affirmation, laquelle contient d'ailleurs la clé de la recomposition de notre capitalisme moderne ou de notre capitalisme postmoderne, enrichi du savoir que lui ont légué ces jeunes révolutionnaires des années soixante qui s'en sont retournés chez papa. Ce fat le jeu prométhéen, mais à l'envers. Prométhée vola aux dieux le savoir ou le langage ou le feu pour le donner aux hommes, et les jeunes révolutionnaires de bonne famille ont volé le marxisme au prolétariat pour le donner à la Confédération des entreprises espagnoles »

Autres titres de
M.V. MONTALBAN



Le Tueur Des Abattoirs

La Solitude Du Manager

Assassinat à Prado Del Rey

Histoires De Politique Fiction

Hors Jeu

J'ai Tué Kennedy

Le Prix

Le Quintette De Buenos Aires

Les Mers Du Sud

Les Thermes

L’homme De Ma Vie

Meurtre Au Comité Central

Pepe Carvalho (3 Titres)

Roldan, Ni Mort Ni Vif

Sabotage Olympique

Tatouage

livrenpoche
Chercher M.V. MONTALBAN



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar