Même Pas Morte ! LANGANEY196

ANOUK LANGANEY

Même Pas Morte !


Aux éditions ALBIANA


Visitez leur site

949

Lectures depuis
Le mercredi 15 Aout 2013

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
même pas morte !

sur
Amazone

fleche
fleche

Anouk LANGANEY




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Notre-Dame-de-Grigeac est une tranquille bourgade du Périgord. Âgée de quatre-vingt-huit ans, Mme Gisèle Teillard s'y est installée depuis quelques années. Dans son impasse, elle est entourée de rares voisins, aussi moches et infréquentables que leurs maisons. Il y a l'imposante Christiane et son mari pâlot, ou l'inquiétant vieux Simon établi ici depuis peu lui aussi. La paisible Mme Teillard dans son décor désuet ? Ne pas se fier aux apparences.

Car Minette Galandeau fut autrefois l'égérie, la tête pensante du gang de Maurice, son regretté mari. Avec leurs complices Jeannot et Étienne, le Corse, ils réalisèrent des coups mémorables. Il leur restait un sacré pactole quand on les supprima, les uns après les autres. Sans doute furent-ils butés par une bande adverse, mais on n'en a jamais eu la preuve. Grâce à un flic corrompu, le Poulet, Minette Galandeau passa entre les mailles du filet et se cacha durant plusieurs années au Maroc. Après la prescription, elle est revenue. Avec un paquet de millions qui dorment dans une banque monégasque.

Le pronostic du Dr Granger est tragiquement clair : Mme Teillard est atteinte d'Alzheimer. Mais Minette Galandeau reste encore lucide sur son état de santé. Depuis un cybercafé, elle gère ses comptes bancaires via Internet, et conduit toujours sa Jaguar XK. Elle est contactée par Édouard, son neveu venu d'Amérique, fils de sa défunte sœur avec laquelle elle avait rompu tout contact. Charmant quadragénaire, à l'air plus rital qu'amerloque, le courtois Eddy. Sauf que, si sa tête faiblit un peu, Minette Galandeau n'a pas perdu l'instinct qui fit naguère la force de la bande à Maurice. Elle renifle facilement les entubeurs, et cet Eddy en est un. Le petit interrogatoire que lui fait subir la voisine Christiane Machin va confirmer son impression. Plutôt escroc que flic, à moins qu'Eddy soit un héritier de la banque ennemie qui élimina la leur. La plus grande méfiance s'impose.

Minette invite son “neveu” à s'installer chez elle, afin de voir où il veut en venir. La santé de la vieille dame impose qu'elle soit dotée d'une infirmière, Léonie, bien jolie Antillaise. Alzheimer entraîne un supplément de paranoïa, c'est sûr. Pourtant, elle n'a probablement pas tort de trouver suspect le comportement de Noémie (oui, elle mélange les prénoms). D'autant qu'Eddy et elle semblent un peu trop vite intimes. Pour ne pas s'embrouiller plus que nécessaire, Minette ne se laisse pas gaver de médocs. La mort commence à rôder dans son quartier, en partie à cause du Beretta que Minette a récemment égaré. Puisqu'il lui faut un allié, elle doit s'entendre avec cette raclure de Simon. Quand on connaît le parcours de baroudeur malsain de son vieux voisin, la situation peut devenir explosive. Surtout quand Eddy va, en son absence, fouiller chez Simon, ce qui le rend plus furieux que jamais. Il est temps pour la vieille dame de préparer sa nouvelle cavale...

Sous leurs airs de Tantines à confitures, les vieilles dames indignes font des ravages. Ce n'est pas réellement une “tata flingueuse”, la brave Minette Galandeau. Elle n'a “jamais tué personne ! Un peu aidé, un peu suggéré, un peu entraîné, je ne dis pas. Mais tué de mes mains, non. Eh bien, rien que comme ça, si tout est relatif et si le Paradis est géré par arrondissements, ça me met en bonne place pour la béatification.” N'empêche qu'elle ne renie pas sa vie aventureuse passée, et qu'elle n'est pas prête à céder ses millions au premier margoulin venu. Maîtrise en roublardise et Oscar du bobard, tels sont ses titres de gloire. Et ce n'est pas avec un Alzheimer galopant qu'elle va freiner ses projets. Les neurones en vrac, mais pas encore un pied dans la tombe.

Écrire au quotidien un carnet de bord, un aide-mémoire, ça entretient la tête. C'est ainsi que cette sympathique dame nous raconte ses tribulations. Genre Françoise Rosay face à Gabin dans “Le cave se rebiffe”, la Minette Galandeau. “La conclusion de tout cela, c'est que si je ne me secoue pas les puces, j'aurai les méninges en pâté d'alouette avant d'avoir résolu le mystère, et qu'à l'heure du jugement d'Eddy, c'est une serpillière baveuse qui se trouvera chargée d'exécuter la sentence.” L'auteure n'est peut-être pas Michel Audiard, mais on la sent dans une similaire filiation humoristique. Action et drôlerie s'appuient sur une intrigue confirmée, dans ce premier roman d'Anouk Langaney. Voilà une comédie à suspense diablement réussie, à découvrir absolument.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Même Pas Morte !

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Si je tiens mon carnet de bord, mon journal intime comme une gamine énamourée ayant échangé son vrai premier baiser avec celui qu'elle considère comme son Prince Charmant mais qui deviendra bien vite son Prince Marchand en gros et en bétail, c'est à l'instigation du docteur, mince, je ne me rappelle plus son nom. Attendez, cela va me revenir. Ah oui, le docteur Granger.

Il faut dire qu'à quatre-vingt huit ans, je suis née le 6 janvier 1920 à Melun, j'ai les neurones qui commencent à s'empâter ou à s'entourer de filaments, ce qui me perturbe la mémoire récente. Mais je me souviens bien du Vendeur de Salles de bain qui est venu m'importuner et qui pensait m'arnaquer. Je l'ai poursuivi avec la Jaguar, muni de mon pistolet et d'un œil atteint de la cataracte. Alors forcément je me suis retrouvée dans le fossé, l'arme à feu valdinguant dans un fourré. Tiens, faudra que je le récupère, on ne sait jamais. Bilan quelques semaines à l'hôpital puis retour à la maison.

Au fait, je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Gisèle Mathurine Léonce Teillard, épouse Galandeau. Mais mes amis, dont Maurice, qui est décédé, me disait Minette. Maurice, Etienne, Jeannot, Poulet, presque tous ont disparu, dans des circonstances tragiques. J'avais une jeune sœur aussi, Armande, que j'ai quittée lorsque j'avais dix-neuf ans. Elle n'en avait que douze et comptait sur moi. Elle m'en a toujours voulu. Mais elle est décédée, après avoir vécu aux USA, s'être mariée avec un ancien GI et avoir eu un fils. Edouard, alias Eddy, qui s'est présenté un beau jour, après mon accident. Est-ce vraiment mon neveu, ou un policier, à moins que ce soit quelqu'un qui en veut à mon argent. Qui sait, il débarque comme ça, comme si c'était naturel.

Le docteur, comment se nomme-t-il déjà, Granger, oui, Granger, a accéder à ma demande d'avoir une infirmière. Noémie s'occupe donc de mes médicaments, même si je possède un semainier et que je pourrais très bien gérer ma consommation toute seule, même si j'ai des trous de mémoire. Oh, mais je me souviens bien d'avant, quand avec Maurice, Jeannot, Etienne et Poulet, nous formions une bande. D'ailleurs j'ai dû m'exiler et je ne suis rentrée que lorsque tout a été prescrit. Faut avouer que sur mon CV, ces quelques lignes peuvent attirer les chacals : Complicité de vol à main armée, complicité d'escroquerie en bande organisée avec destruction de documents constituant la preuve d'un délit, entrave à la justice, corruption active, blanchiment d'argent, délit d'évasion par effraction... et j'en oublie peut-être.

Je gère mes comptes moi-même, même si parfois j'ai tendance à m'embrouiller dans le rendu de monnaie. Mes codes, j'ai tendance à les oublier, mais depuis un certain temps, j'ai l'impression que quelqu'un visite mon ordinateur. Alors il me faut aller dans un cybercafé, en cachette, car je soupçonne Léonie, ou Eddy de vouloir s'intéresser à magot. Ou les deux, Noémie et Eddy car je les ai surpris, mais je ne me suis pas fait remarquer, en train de perpétrer la tradition du simulacre de reproduction.

Et que dire du Père Simon, toujours à me lorgner du haut de son perron. S'il croit que je ne le vois pas ! D'ailleurs j'ai appris qu'il n'est arrivé au village que trois semaines avant moi alors que je pensais qu'il faisait partie des meubles, comme mes vieux voisins, que je ne fréquente pas.

Léonie, Eddy, Eddy, Noémie, peut-être bien que l'un des deux, plutôt Eddy d'ailleurs, serait le fils de Thiriet, celui s'est retrouvé le nez dans les pâquerettes grâce à nous, Maurice, Etienne, Jeannot et Poulet. De toute façons Thiriet père, je ne souviens plus du nom du fils, n'était pas quelqu'un de bonne compagnie....

Condensé entre La Vieille dame indigne de René Allio en 1965 et Tatie Danielle, le film d'Etienne Chatilliez sorti en 1990, de Ma Dalton et de Tartine Mariol surnommée Tante Tartine, l'héroïne de BD des années 50/60 (je sais, on a les références qu'on peut) ce roman met en scène une vieille femme au passé trouble, qui vit avec ses souvenirs et est atteinte des prémices de plus en plus prégnants de la maladie d'Alzheimer. Mais avec des traces de paranoïa, ce qui n'arrange rien.

Minette ressent les affres de la maladie, ce qui ne l'empêche pas de porter un regard critique sur les personnes qui composent son voisinage. De même, si elle s'est fait arnaquer, il ne lui a pas fallu longtemps pour s'en rendre compte. Elle raisonne avec lucidité, malgré sa maladie qui est en phase moyenne. Ça fait un bail que je le sais, que ça ne tourne plus rond là-haut. Mais je n'y pensais pas. J'ai toujours été forte pour ça, pour ignorer ce qui m'emmerde. Jusqu'au jour où ça n'a plus été possible. Et il faut avouer qu'elle ne s'embarrasse pas de principes, sinon des siens.

Lorsqu'elle s'imagine, à tort où à raison, c'est tout l'intérêt de la suite de l'histoire, qu'aussi bien Eddy, qu'elle appelle plus tard, Emile, que Noémie transformée selon les jours en Léonie, que le père Simon, sont à la recherche de son magot, elle joue au chat et à la souris avec eux. Elle entame même une véritable partie mentale d'échec. Et son idée est de déplacer son argent en se rendant à Monaco puis de finir sa vie dans une île des Caraïbes.

Anouk Langaney signe son premier roman et révèle un potentiel imaginatif assez impressionnant dans la maîtrise de son sujet. Maintenant il ne nous reste plus qu'à attendre son prochain opus afin de déterminer si les espoirs contenus dans celui-ci se confirment.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
anouk langaney



Cannibal Tour

Chocs En Retour

Même Par Morte

livrenpoche
Chercher anouk langaney



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar