Dieu-qui-parle HILLERMAN61

TONY HILLERMAN

Dieu-qui-parle


Aux éditions RIVAGES NOIRS

1352

Lectures depuis
Le mercredi 18 Aout 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
dieu-qui-parle

sur
Amazone

fleche
fleche

Tony HILLERMAN




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Œil pour œil, dent pour dent ! Un vieil adage que Henry Highawk, conservateur au Smithsonian Institue, musée d’histoire naturelle de Washington, décide de mettre en application. Sa grand-mère était une indienne Navajo, et même si lui-même n’est Navajo que pour un quart, il se sent proche de ces tribus. Proche par le cœur, proche par le sang, portant en lui un héritage héréditaire auquel il tient. D’ailleurs il rêve d’être reconnu à part entière comme Navajo. Aussi il braque les feux des projecteurs et des médias sur lui en prélevant dans un cimetière des os provenant de Blancs défunts. La raison en est bien simple : pourquoi un musée sous couvert de recherches scientifiques, anthropologiques, ethniques, entreposerait les restes de 18000 squelettes d’origine indienne et que la loi punirait la profanation de tombes de ceux qui furent les envahisseurs, les spoliateurs ? Juste revendication qui n’est pas perçue comme telle par tout le monde.

Un mandat d’arrêt est lancé contre Henry Highhawk suite à ce forfait, ce qui ne l’empêche nullement d’assister à un « Yeibichei », cérémonie rituelle Navajo, au Nouveau Mexique. C’est là que Jim Chee, agent de la police tribale Navajo procède à son arrestation. Non loin de là, en Arizona, toujours sur le territoire de ses ancêtres, un inconnu est découvert mort assassiné près des rails du chemin de fer. L’enquête est confiée à Joe Leaphorn, lieutenant de police Navajo. Mais les Indiens ne sont pas les seuls à vouloir préserver leur identité, leurs racines. Jim Chee et Joe Leaphorn se retrouvent à Washington dans des enquêtes parallèles puis convergentes, au cœur d’un complot chilien, masques Incas et bombes à l’appui.

La frontière entre roman policier et littérature générale est de plus en plus ténue, et avec Tony Hillerman et quelques autres, il ne s’agit plus de lectures pour passer le temps. Pour tuer le temps serait-il plus juste d’écrire. Ce sont des œuvres de réflexion sur l’intégration, la cohabitation des peuples, et au travers d’une littérature dite légère ou cataloguée comme telle, c’est la remise en cause de la spoliation morale et physique de peuples au profit d’aventuriers, d’émigrants souvent sans scrupules. Nous sommes loin des westerns dans lesquels Indiens ou Peaux-Rouges devaient se contenter d’un rôle attribué arbitrairement. Celui des méchants.

Tony Hillerman aurait pu se contenter d’écrire des histoires simples pour remettre les pendules à l’heure, dénoncer les méfaits des pionniers et faire connaître les us et coutumes de peuples souvent mal intégrés dans leur propre pays, sur leur propre territoire d’origine. Il a choisi d’écrire des romans policiers parce que « c’était ce qu’il y a de plus difficile ».

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/


Une autre lecture du

Dieu-qui-parle

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Œil pour œil, dent pour dent !

Un vieil adage que Henry Highawk, conservateur au Smithsonian Institue, musée d’histoire naturelle de Washington, décide de mettre en application. Sa grand-mère était une indienne Navajo, et même si lui-même n’est Navajo que pour un quart, il se sent proche de ces tribus. Proche par le cœur, proche par le sang, portant en lui un héritage héréditaire auquel il tient. D’ailleurs il rêve d’être reconnu à part entière comme Navajo.

Aussi il braque les feux des projecteurs et des médias sur lui en prélevant dans un cimetière des os provenant de Blancs défunts. La raison en est bien simple : pourquoi un musée sous couvert de recherches scientifiques, anthropologiques, ethniques, entreposerait les restes de 18000 squelettes d’origine indienne et que la loi punirait la profanation de tombes de ceux qui furent les envahisseurs, les spoliateurs ? Juste revendication qui n’est pas perçue comme telle par tout le monde.

Un mandat d’arrêt est lancé contre Henry Highhawk suite à ce forfait, ce qui ne l’empêche nullement d’assister à un « Yeibichei », cérémonie rituelle Navajo, au Nouveau Mexique. C’est là que Jim Chee, agent de la police tribale Navajo procède à son arrestation. Non loin de là, en Arizona, toujours sur le territoire de ses ancêtres, un inconnu est découvert mort assassiné près des rails du chemin de fer. L’enquête est confiée à Joe Leaphorn, lieutenant de police Navajo. Mais les Indiens ne sont pas les seuls à vouloir préserver leur identité, leurs racines. Jim Chee et Joe Leaphorn se retrouvent à Washington dans des enquêtes parallèles puis convergentes, au cœur d’un complot chilien, masques Incas et bombes à l’appui.

La frontière entre roman policier et littérature générale est de plus en plus ténue, et avec Tony Hillerman et quelques autres, il ne s’agit plus de lectures pour passer le temps. Pour tuer le temps serait-il plus juste d’écrire. Ce sont des œuvres de réflexion sur l’intégration, la cohabitation des peuples, et au travers d’une littérature dite légère ou cataloguée comme telle, c’est la remise en cause de la spoliation morale et physique de peuples au profit d’aventuriers, d’émigrants souvent sans scrupules. Nous sommes loin des westerns dans lesquels Indiens ou Peaux-Rouges devaient se contenter d’un rôle attribué arbitrairement. Celui des méchants.

Tony Hillerman aurait pu se contenter d’écrire des histoires simples pour remettre les pendules à l’heure, dénoncer les méfaits des pionniers et faire connaître les us et coutumes de peuples souvent mal intégrés dans leur propre pays, sur leur propre territoire d’origine. Il a choisi d’écrire des romans policiers parce que « c’était ce qu’il y a de plus difficile ».

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
tony hillerman



Femme Qui écoute

Le Peuple De L'ombre

Le Vent Sombre

livrenpoche
Chercher tony hillerman



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.73 euros au format Kindle
9.99 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar