Et L'été Finira GOUIRAN153

MAURICE GOUIRAN

Et L'été Finira


Aux éditions JIGAL


Visitez leur site

1627

Lectures depuis
Le jeudi 17 Mars 2012

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
et l'été finira

sur
Amazone

fleche
fleche

Maurice GOUIRAN




Une lecture de
L A

L A
Marseille 1973.
Après le meurtre d’un chauffeur de bus marseillais, par un déséquilibré nord-africain, Gabriel Domenech signe un éditorial dans « Le Méridional » du dimanche 26 août 1973, où l’on peut lire :
« Assez des voleurs algériens, assez des casseurs algériens, assez des fanfarons algériens, assez des trublions algériens, assez des syphilitiques algériens, assez des violeurs algériens, assez des proxénètes algériens, assez des fous algériens, assez des tueurs algériens. »
Cet assassinat ne déclenchera pas seulement l’hydre de ce folliculaire.
« Sept maghrébins seront tués en trois jours à Marseille, tandis que des ratonnades se déclenchent dans le sud du pays. Le 14 décembre, une bombe explose dans le centre de la cité phocéenne au consulat d'Algérie, faisant quatre morts et une vingtaine de blessés. » (Jean-Philippe Séchaud in « Mémoires d'Algérie, année de l'Algérie », Mémoire Dess, 2003).
 « L'un de ces immigrés sera abattu par un commando comprenant en son sein un gardien de la paix marseillais pied-noir. Fort opportunément, il décédera en détention, annulant ainsi le procès que tout le monde attendait ».

Autant d’événements appartenant à Histoire contemporaine de la cité phocéenne et donc à celle de la France, qu’en janvier 2007 Canal+, au cours de l’émission « Lundi-Investigation », tentait de remémorer aux amnésiques.
Aujourd’hui ce « Marseille 73, une ratonnade oubliée » ne semblait plus intéresser que les dignes épigones de la méthode révisionniste : le ressusciter, afin de le soumettre au débat.

Comme si l’on pouvait disconvenir du réel !

Mais c’était sans compter sur l’opiniâtre agitateur des mémoires : Maurice Gouiran.

Certains, au prétexte d’un polar, ressuscitent des temps aussi peu révolus que sinistres, Maurice Gouiran inverse la proposition : les épisodes obscurs sont le prétexte à polar. Et la mise en abyme de ces époques matière à analyse. Car quelle différence existe-t-il entre les ratonnades meurtrières de 1973 et celles qui eurent lieu à Aigues-Mortes en août 1893 et qui se soldèrent pas la mort de huit Italiens employés dans les salins de Peccais alors qu’une cinquantaine furent blessés ?

Mais que l’amateur de polar se rassure si dans cet opus des « enquêtes » de Clovis tout est réel, sauf ses investigations qui demeurent fictives, l’ensemble constitue un roman captivant, ne serait-ce que parce que Maurice Gouiran ne se contente pas d’exhumer le passé, mais parce qu’il en est un infatigable témoin.



Une autre lecture du

Et L'été Finira

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Lorsque la fiction se nourrit de faits divers et lorsque l’actualité rejoint la fiction, pourrait être le sous-titre de ce nouveau roman de Maurice Gouiran. Mais à l’instar de nos flâneries campagnardes, intéressons-nous d’abord au chemin tracé, c’est-à-dire à l’intrigue, puis nous pourrons nous attarder sur tout ce qui borde cette voie, les indications, les repères, les compléments utiles qui ne sont pas uniquement des digressions mais des pistes de réflexion.

Avant de rejoindre Paris où il vient de signer un contrat à l’Agence France Presse (AFP), Clovis Narigou qui vient de terminer ses études de journalisme décide de prendre quelques jours de vacances en cette fin de mois d’août 1973. Il retrouve son grand-père Bati, veuf depuis quelques mois, et l’aide dans ses travaux de maçonnerie afin de clôturer le pacage de ses brebis. Mais il ne consacre pas uniquement son temps à monter un muret, car Olivia le réclame la nuit et même la journée en fin de semaine pour l’aider à satisfaire sa libido.

En ce dimanche du 26 août Olivia est particulièrement remontée. Elle a lu un article dans Le Méridional, journal de droite réactionnaire, raciste et xénophobe, relatant l’agression d’un chauffeur de bus par un Maghrébin. L’homme a été arrêté et l’éditorialiste s’en prend violemment à tous les Algériens vivant à Marseille. Peu auparavant, d’autres ressortissants d’Afrique du Nord ont été retrouvés, assassinés, mais aussitôt la presse a évoqué des règlements de compte entre malfrats de même origine géographique. Le lundi matin, alors que Clovis est en plein labeur chez Bati à La Varune, Olivia arrive totalement affolée. Elle annonce à son amant que son voisin Alain a disparu et n’a pas donné de signe de vie depuis plusieurs jours. En réalité Alain se nomme Ali, est d’origine Algérienne et travaille à la mairie phocéenne au service des offres de marchés et des achats. Il est rédacteur et a sous sa coupe quelques Français. Clovis était ami avec Ali, ils se sont connus jeunes, ils ont joués au foot ensemble, et Olivia n’a pas à forcer sa requête pour que Clovis s’attèle à la recherche d’Ali.

Pourrait-il s’agir d’une quelconque jalousie à son encontre, ni Olivia, ni Clovis n’en sont persuadés, mais aucune piste ne peut être écartée, celle d’une fugue en particulier. D’autres Nord-Africains sont retrouvés homicidés et il n’est pas exclu que les deux affaires soient liées. En compagnie d’Olivia, Clovis décide de s’infiltrer chez Ali, seul un petit muret délimitant les deux jardinets. Les lieux sont totalement dévastés et un comité d’accueil composé de deux ou trois hommes n’apprécient pas cette intrusion et font feu sur les deux jeunes gens. Olivia est sérieusement touchée et elle est transportée à l’hôpital de la Timone. Gomez, un policier Pied-noir, s’attache aux basques de Clovis et d’Olivia. Il est rempli de préjugés envers les Algériens et seul son sentiment raciste prévaut.

Alain alias Ali est retrouvé mort, salement amoché, c’est-à-dire torturé et les membres liés. Un meurtre dont la conception est différente des précédents. C’est en découvrant une clé dans une Darbouka, sorte de tambour très répandu en Afrique du Nord que Clovis pense être sur une piste. Mais si cette clé peut résoudre une partie des problèmes, Clovis n’a guère le temps de profiter de ses réflexions, car il est assommé. Cela lui met en tête, malgré le mal de crâne qui en résulte, la profonde conviction qu’Ali était en possession de quelque chose pouvant mettre en cause des personnalités et qu’il doit continuer son enquête en mémoire de son ami.

Voici donc le chemin tracé, attardons-nous maintenant à regarder ce qui le borde. D’abord Milou, le copain de Bati, qui ne manque pas de se joindre à la horde de loups hurlant à la mort. Bati lui fait remarquer que s’il est Marseillais, ce n’est pas si vieux que ça. Son grand-père était un Italien qui était venu en France au début des années 1890 pour travailler. D’ailleurs sa fille, la mère de Milou, a consigné le parcours de ce grand-père ainsi que les événements qui l’ont conduit à Aigues-Mortes ramasser le sel, les échauffourées entre gens du cru, les trimards et la colonie italienne, les morts et l’installation de l’aïeul à Marseille. Déjà les accusations d’étrangers venant prendre le travail des Français étaient proférées. Comme le fait remarquer Maurice Gouiran par la bouche de Bati, il est étonnant, déconcertant, inadmissible même que les enfants d’étrangers qui ont eu du mal à s’installer en France, deviennent xénophobes, oubliant leurs origines, et sont les plus vindicatifs à l’encontre des immigrés et des réfugiés. Et c’est bien là que l’actualité rejoint la fiction, avec les faits de sociétés actuels et les déclarations d’hommes politiques, qui nés en France, ne peuvent se targuer d’être Français à cent pour cent. Mais ceci est un autre débat.

Maurice Gouiran revient aussi sur d’autres épisodes dont la création du Front National en 1972, succédant à Ordre Nouveau. Il revient aussi sur la déclaration de Gaston Defferre qui en juillet 1962, vitupérait contre les Pieds-noirs, déclarant Je ne veux aucun Pied-noir à Marseille. Gaston Defferre qui propriétaire du Provençal racheta le Méridional, sans que la ligne de conduite du journal change d’un iota. Ce que l’on appelle avoir le double langage, ou ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Bien d’autres exemples émaillent ce roman dont chaque chapitre est annoncé par l’éphéméride du jour. Et à chaque fois une citation est proposée issue de déclarations d’hommes politiques, dont Pierre Laval, Gaston Defferre déjà cité, Jean-Marie Le Pen, incontournable, ou encore Claude Guéant dans une annonce datant de septembre 2011 : Il y a une immigration comorienne importante qui est la cause de beaucoup de violence. Je ne peux pas la quantifier. Comment voulez-vous après cela que les relations ne s’enveniment pas, que les ressentiments ne soient pas exacerbés ? Que voulez-vous, pour se faire élire ou réélire des hommes politiques n’hésitent pas à jouer aux pompiers pyromanes !

Maurice Gouiran nous propose un roman humaniste, un cours de rattrapage scolaire sur l’histoire au moment où certains technocrates de l’Education Nationale pensent à supprimer cette discipline, ou du moins à l’adapter.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher maurice gouiran



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

0.99 euros au format Kindle
4.47 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar