Noir Goncourt GENEVE105

MAX GENEVE

Noir Goncourt


Aux éditions ANABET EDITIONS

1080

Lectures depuis
Le samedi 13 Juin 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
noir goncourt

sur
Amazone

fleche
fleche

Max GENEVE




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Le détective privé Simon Rose est engagé par l’homme d’affaires Adam Melkian afin de retrouver son frère, l’écrivain Joseph Melkian. Avant de disparaître, celui-ci a adressé à plusieurs personnes un courrier contenant une feuille blanche. Sa fille Mathilde, sa maîtresse, sa postière, son responsable d’édition Teulier, son ex-ami scénariste Baladin, son frère Adam, chacun interprète à sa manière cette feuille blanche reçue. Simon Rose connaît un peu Joseph Melkian. Le thème de la disparition ou de la fugue apparaissait dans plusieurs romans de cet auteur célèbre, jugé trop peu commercial aujourd’hui par son éditeur. Simon Rose a rendez-vous avec la séduisante Mathilde pour visiter l’appartement de l’écrivain, où ils trouvent sa maîtresse Gabrielle fort inquiète. Simon et Mathilde ne tardent pas à devenir intimes. Ils vont bientôt suivre ensemble une possible piste, qui les mène jusqu’à Naples et Capri, et à la sulfureuse actrice star Valeria Bertucci.

En parallèle, le policier Augustin Nomé demande à son ami Simon Rose de l’assister dans une affaire délicate. L’académicien septuagénaire François Moricet a reçu récemment plusieurs lettres anonymes. Ces graves menaces justifient qu’il soit maintenant sous protection policière. Simon Rose et Augustin Nomé vont interroger une prof, romancière qui s’est montrée violente contre Moricet. Si elle n’est pas suspecte, la proviseure de l’établissement scolaire est un drôle de personnage. À la date fatidique annoncée par les courriers anonymes, ce n’est pas Moricet qui est assassiné, mais son petit ami Roberto. La mise en scène macabre donne à penser que cet Italien a pu être victime de la Mafia. Ni Simon Rose, ni le policier Nomé — qui va être dessaisi de l’enquête, n’y croient vraiment. Suite à un témoignage accusateur, Moricet est inculpé du meurtre de Roberto. L’intervention de Simon Rose va permettre de rétablir les faits.

Environ un an plus tard, les prix littéraires d’automne approchent. Le conseiller éditorial Marc Teulier voit enfin reconnu son talent d’écrivain. “Puntarenas”, son nouveau roman, est déjà un succès — et il figure parmi les favoris du Goncourt. L’autobiographie de Valeria Bertucci, best-seller écrit sur commande par Joseph Melkian, pourrait bien détrôner le livre de Teulier. Commentaires et manœuvres en tous genres vont bon train dans le microcosme éditorial. Pensant avoir un élément nouveau sur le meurtre de Roberto, François Moricet donne rendez-vous à Simon Rose et à l’ex-policier Nomé. Si l’académicien n’est plus en mesure de leur fournir d’indices, son journal intime comporte peut-être des réponses. À condition de faire le rapprochement avec un article que Roberto publia jadis…

La forme est celle du roman d’enquête, mais la tonalité est bien plus originale. À l’opposé d’un lourd suspense aux effets spectaculaires, le récit s’avère fluide et enjoué. Ce qui n’empêche pas le mystère de planer autour des protagonistes, au gré des multiples péripéties de cette histoire. À la fois compétent et dilettante, le détective s’intéressant au monde littéraire est fort sympathique. Entre sa chatte Sam et sa Jaguar, son ex-psy devenu agent immobilier et son ami policier, l’univers du célibataire Simon Rose va bientôt accueillir la belle Mathilde. On aime aussi le facétieux Joseph Melkian, qui ne cherche nullement les honneurs, à l’inverse de Moricet ou de Baladin. Le regard de l’auteur sur les milieux de l’édition, où “une célébrité ne s’acquiert pas sans son lot d’infamies” (Moricet dixit), est sarcastique sans ressembler à un amer règlement de compte. Il s’agit plutôt d’une observation amusée des rites d’une élite culturelle autoproclamée. Un roman très convaincant, où l’on suit avec grand plaisir les investigations (et la vie privée) de Simon Rose.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Noir Goncourt

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Le syndrome de la page blanche est une réalité, un cauchemar, et Joseph Melkian, romancier discret, dont les œuvres mériteraient d’être plus connues, serait-il atteint de ce mal ? Il expédie à une dizaine de personnes de son entourage des enveloppes qu’il a contresignées au dos mais ne contenant qu’une feuille vierge. Parmi ces destinataires Adam Melkian, son frère, riche homme d’affaires qui s’est fait à la force du poignet, Olivier Nérac, jeune poète en devenir, Marc Teulier, lecteur dans une grande maison d’éditions, romancier lui-même et qui avait refusé le manuscrit d’un protégé de Melkian, Virginie Gilot, guichetière à la Poste, Paul Prévy, concertiste, Gabrielle, sa maîtresse, Mathilde, sa fille, Jean-Louis Baladin, directeur des programmes de fiction à la télévision et qui s’était servi des trois scénarios proposés par Melkian pour une nouvelle série sans compenser celui-ci, et Simon Rose, détective privé auquel l’homme de l’art avait eu recours quelques jours auparavant afin de lui demander conseil sur les détails d’une intrigue policière. Tous sont pour le moins intrigués, certains trouvant la farce bonne, d’autres y décelant une forme de menace. Mais l’écrivain a disparu, ne donnant aucun signe de vie. Inquiet, Adam Melkian demande conseil à Simon. Ce n’est pas hasard s’il requiert les services du détective car au domicile de son frère, il a trouvé posée en évidence sur une feuille blanche la carte de visite de Simon. Parallèlement une autre affaire se présente à Simon Rose par le biais du capitaine de police Augustin Nomé. L’académicien François Moricet, est harcelé depuis plusieurs mois par un individu qui après l’avoir contacté au téléphone lui envoie des missives anonymes de menaces. Trés exactement le sept de chaque mois et ceci depuis six mois. L’une des premières lettres reçues contenait une photo noir et blanc, sans explication, représentant un homme nu cloué sur une planche à l’aide de sept clous. La deuxième missive se référait à un article sur une branche de la Camora qui punit de cette façon les traitres. Or comme le sept du septième mois approche il a demandé aide et protection de la police. Le jour dit, les invités se pressent dans le salon de l’académicien, et tout se passerait bien sauf que le petit ami de Moricet brille par son absence. Il est retrouvé chez lui cloué comme sur l’article de presse. Moricet est soupçonné mais l’affaire se tasse. Joseph Melkian est retrouvé en charmante compagnie à Capri et un an plus tard…

Si l’intrigue est le ressort du roman, l’intérêt du livre, du pamphlet oserais-je écrire, repose sur les pratiques du monde éditorial en général. Et les coups de griffes distribués ça et là ne manquent pas. D’abord sur les raisons financières qui priment. « Melkian est un écrivain attachant et doué, mais il ne vend pas. Et, nous le savons tous deux, chez les grands éditeurs, ce sont les commerciaux qui font désormais la loi. En dessous d’un certain chiffre, même un écrivain chevronné est mis sur la touche », plus loin « Chez nous, les commerciaux ont fixé à quatre mille le seuil minimum de rentabilité ». Et voilà, le décor est planté mais ce n’est pas tout. Les exemples ne manquent pas. Le milieu littéraire en général est considéré comme un univers très particulier : « Il est vrai, dit Simon, qu’on n’a pas encore inventé le gilet pare-balles qui va avec. Les prédateurs qu’on y rencontre sont du genre pervers polymorphe ». Ainsi un auteur peut faire refuser par le comité de lecture le manuscrit d’un jeune concurrent qui pourrait lui faire de l’ombre, leurs deux ouvrages jouant sur le même registre. L’Académie Française et le Goncourt ne sont pas épargnés. « Triste époque où la seule évocation d’une institution vieille de trois siècles provoque rires et sarcasme. Il est vrai qu’aujourd’hui les brevets de médiocrité qu’il faut produire pour y être admis découragent plus d’un candidat ». Et je pourrais continuer ainsi en extrayant d’autres citations, mais il ne faut pas non plus diluer la saveur de la lecture. Un roman qui éclaire sur des pratiques éditoriales, même si pour certains lecteurs, il peut sembler que l’auteur ait chargé la mule comme on dit. Mais l’on peut se référer à quelques affaires qui alimentent chaque l’automne, lors de la remise des prix, les propos de journalistes et critiques littéraires qui argumentent sur diverses magouilles pour l’attribution des précieux sésames synonymes de ventes faramineuses. Ou encore de plagiats dénoncés par d’obscurs écrivains dont les manuscrits se seraient perdus dans les couloirs de maisons d’éditions. Enfin, pour terminer sur une note ironique cette réflexion : « Son exposé, clair et concis, laissait espérer des facultés mentales plutôt développées pour un flic ». Un livre hautement recommandable qui pourrait être étudié dans les lycées. Mais il serait étonnant que ce roman soit sélectionné pour un prix, Goncourt ou autre, à moins que les jurés fassent preuve d’intelligence, acceptant la dérision, l’ironie grinçante et les vérités qui sont toujours bonnes à écrire. Et parmi les personnages qui gravitent dans ce roman, on peut toujours essayer de mettre un nom sur tel et tel protagoniste. Et en François Moricet, faudrait-il reconnaître un certain François N… ?

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
max genève



La Cathédrale Disparue

Le Jeune Homme Qui Voulait Ralentir La Vie

Virtuoses

livrenpoche
Chercher max genève



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.84 euros au format Kindle
4.91 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar