Mort Sur Mesure FYFIELD82

FRANCES FYFIELD

Mort Sur Mesure


Aux éditions PRESSES DE LA CITE


Visitez leur site

838

Lectures depuis
Le mardi 24 Novembre 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
mort sur mesure

sur
Amazone

fleche
fleche

Frances FYFIELD




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

 traduction de Hubert Tézenas

 

Il suffit d’être au bon moment au bon endroit pour obtenir un scoop intéressant. C’est ce qui arrive à Paul Bain, photographe, qui baguenaude dans les rues de Londres et aperçoit une femme, attifée d’une jupe bariolée, assise sur la rambarde du balcon d’une chambre d’un hôtel luxueux. Et surtout à son saut dans le vide jusqu’à ce qu’elle s’écrase sur le bitume. Apparemment elle n’a pas été poussée dans le vide, il s’agirait donc d’un suicide. Hypothèse alléchante que Thomas Noble et Peter Friel, deux anciens collègues de la défunte, hésitent à confirmer. En effet pour quelle raison Marianne Schearer se serait-elle jetée dans le vide, sans laisser un mot d’explication, et qu’elle ne connaissait aucun problème professionnel ? Marianne Shearer était avocat et sa dernière affaire s’était soldée décevante pour la plaignante mais le prévenu, son client, avait été acquitté. Richard Boyd était accusé d’enlèvement, de séquestration, de viol, de mutilations graves envers trois jeunes femmes, naïves, pas très futés et physiquement guère avantagées par la nature. Marianne Shearer s’était montrée aussi perverse que son client, faisant traîner le procès en longueur, obtenant que deux des accusatrices retirent leurs plaintes. Seule Angel s’est présentée devant le juge mais elle avait été laminée par l’avocate et avait préféré se suicider après le verdict. Thomas Noble est l’exécuteur testamentaire de Marianne Shearer, et cela ne devrait lui poser aucun problème car pour seule famille elle ne possédait qu’un frère. Et de toute façon il n’y a pas grand-chose à redistribuer. Quelques cartons dans lesquels sont entassés des minutes du dernier procès ainsi qu’un sac contenant les affaires qu’elle portait au moment de son décès. L’appartement qu’elle venait d’acheter était loin d’être payé et il était quasiment vide. Seulement Rick Boyd le relance dans son cabinet, lui demandant de récupérer des papiers personnels, des trucs qu’il aurait confié, des enregistrements, des confidences qu’elle aurait gardé par devers elle. Noble congédie assez sèchement le jeune homme qui se montre tour à tour pleurnichard, autoritaire, vindicatif, exigeant, déclarant aimer Marianne. Une attitude qui indispose Noble lequel relate l’entretien à son ami Friel. De plus les deux hommes ne comprennent pas pourquoi Marianne Shearer portait ce jour là une jupe bariolée, alors que d’habitude elle s’habillait d’une façon stricte, sobre, neutre, le plus souvent en pantalon noir. Friel est abordé dans le train qui le ramène à Londres par Henrietta, la sœur d’Angel qui revient de chez ses parents. Ceux-ci sont propriétaires d’un garde-meubles sur la côte et leurs relations sont plutôt distendues. Henrietta est une spécialiste de la récupération de vieux vêtements, même usés et les transforme en nouvelles tenues ou accessoires qu’elle propose via un site. De quoi alimenter les incertitudes sur les causes du suicide de Marianne, s’il s’agit bien d’un suicide.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman de Frances Fyfield, le dernier étant Ombres chinoises paru dans la même collection, ce qui nous ramène allègrement plus de dix ans en arrière. J’en avais dévoré six autres auparavant parus aussi bien aux Presses de la Cité que chez Robert Laffont et Calmann-Lévy, et j’en avais gardé le souvenir de lectures agréables. Aussi ce livre m’est apparu comme la rencontre avec un ami perdu de vue depuis longtemps et que l’on retrouve avec plaisir. Mort sur mesure ne m’a pas déçu, au contraire, et ce que je ne savais pas, ou que j’avais oublié, c’est que l’auteur est juriste de formation. Ce qui donne indéniablement une authenticité à ses personnages, une épaisseur véritable. Mais on ne peut ressentir qu’aversion à l’encontre de Marianne Shearer, à la lecture des interrogatoires auxquels elle soumet par exemple la pauvre Angel. Une avocate retorse, (mais ne le sont-ils pas tous un peu ?) sinon ils ne pourraient pas exercer leur profession avec succès pour leurs clients, même si ceux-ci ne sont pas innocents comme l’agneau qui vient de naître. Et comme j’aime bien relever les petits détails qui donnent du piquant, j’aimerai bien qu’on m’explique comment lors de l’échange d’une poignée de mains, un individu peut meurtrir la paume de son interlocuteur avec son pouce (page 78). Mais comme je l’ai écrit, ce n’est qu’un détail. Et je retrouverai volontiers Frances Fyfield pour d’autres aventures.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher frances fyfield



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.73 euros au format Kindle
9.99 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar