Noir Diptyque DORMOIS224

JEAN-FRANCOIS DORMOIS

Noir Diptyque


Aux éditions DU MOULE A GAUFRES


Visitez leur site

345

Lectures depuis
Le mardi 12 Janvier 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
noir diptyque

sur
Amazone

fleche
fleche

Jean-françois DORMOIS




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Composé de deux longues nouvelles, G.R. 13 et Jura, mais un peu tard…, ce recueil est presque un hommage à quelques grands noms de la littérature policière noire, à commencer par Jean-Paul Nozière dont le personnage de l’Arabe imprègne fortement l’un des personnages mis en scène par Jean-François Dormois.

Ainsi dans G.R. 13, le narrateur possède une voiture aménagée, et les beaux jours venus, il part en randonnée, empruntant les petits chemins ou les routes asphaltées, « à la conquête des bosses mammaires du Morvan », direction Glux-en-Glenne où il gare son véhicule et une-deux, une-deux, c’est parti pour un trekking (je sais, ce n’est pas français, mais c’est pour éviter une répétition avec randonnée) tout terrain, sans cartes ou guides cartonnés qui ne sortent pas des sentiers battus. Ces promenades au long cours (j’aime cette expression), il les a soigneusement préparées. Il lui faut sa dose de kilométrage précis, l’aventure est au bout de la chaussure de marche. Une vieille habitude héritée de son passé de coureur de fond (contrepèterie) et lorsqu’il s’est consciencieusement dilaté les bronches, il revient à son point de départ pour se dilater l’estomac. Tous les ans il se sustente au Relais du Morvan, l’unique café-restaurant du village. Mais cette année les accueillants amphitryons ont passé la main à une Parisienne qui a bouleversé le décor auquel il était habitué, et surtout changé la carte, proposant à la place des habituels plats roboratifs, genre Coq au vin, Bœuf bourguignon, Blanquette de veau (je sais, ça vous fait saliver), des nouveautés genre Aiguillette de bœuf aux épinards et aux shiitake, Saucisses épicées en chausson à la vapeur, Curry d’agneau aux bananes plantain et arachides, et autres Bouchées de chou vert aux châtaignes. Et que dire de la nouvelle appellation du restaurant : Aux Cariatides ! Quant au mobilier, n’en parlons pas. Et les habituels trophées sportifs, coupes et breloques, sont passés à la trappe, remplacés par de petites statuettes, des cariatides d’où le nom du resto, et des aquarelles qui au lieu des communes reproductions de paysages champêtres proposent à l’œil des évocations érotico-lascives. Mais la présence, la silhouette de la nouvelle tenancière (et surtout ses jambes) rattrapent les fautes de mauvais goût, du moins pour ceux qui n’aiment pas les transformations de fond en comble. Dégustant sa bière en papotant gentiment avec l’hôtesse, notre ami marcheur décide toutefois de rester afin de déguster les fameux produits de la carte. Mais l’intrusion de quatre hurluberlus, disons trois énervés plus un quelque peu plus calme, a la désagréable propriété de perturber notre consommateur qui aimerait pouvoir dîner dans le calme et la sérénité. C’est loupé et la soirée est quasiment fichue, d’autant que complètement à bout de nerf, il plante dans la main du chef des Daltons en goguette. Et alors, qu’advint-il… ? Vous le saurez en lisant la suite. Je sais, ce n’est pas sympathique de ma part de vous laisser sur votre faim, mais il faut quand même y mettre du vôtre aussi.

Dans Jura, mais un peu tard…, nouveau personnage, nouveau narrateur, mais comme le précédent un homme solitaire qui aime vagabonder dans la nature à bord d’un vieux Combi et en ce matin de fin février direction les neiges du Jura. Et tandis qu’il roule tranquille il écrit dans sa tête un scénario de roman, comme cela lui arrive souvent. Une autre façon d’écrire la réalité. D’autant que la trame de son histoire est celle d’un gars qui refuse de prendre en stop une belle jeune fille. Ce n’est pas banal comme début, mais au moins c’est original. Sauf que, arrêté pour procéder à une miction salutaire dans l’épanouissement de sa vessie, une jeune femme lui demande de l’emmener à Chalon, si c’est sur sa route. Comme il est un peu moins borné et plus attiré par les avances féminines que son héros de papier, il accepte de convoyer la belle autostoppeuse. Un acte irréfléchi qui lui occasionnera bien des déboires, et s’il avait su… Deux longues nouvelles noires dont le point commun, outre celui énoncé précédemment, est l’humour. Un humour qui confine parfois à la dérision, comme celui qui se moque de lui-même afin de mieux cacher son désarroi, sa solitude, pour se transformer en clown blanc. Celui qui fait rire et pitié en même temps, qui sous sa façade blanche renferme une tristesse noire, à cause d’une vie terne sous les strass et les paillettes. Une excellente mise en bouche littéraire, persuadé que je suis que Jean-François Dormois n’en est qu’au hors d’œuvre de sa carrière, pimentée par les dessins, les lavis, les collages en noir et blanc de Samuel Kac qui reflètent la détresse des personnages. On peut aimer ou non ces illustrations, mais on ne peut pas y rester insensible.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher jean-françois dormois



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

0.99 euros au format Kindle
4.47 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar