Les Ports Ont Tous La Même Eau DARNAUDET151

FRANCOIS DARNAUDET

Les Ports Ont Tous La Même Eau


Aux éditions MARE NOSTRUME


Visitez leur site

735

Lectures depuis
Le dimanche 6 Aout 2007

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
les ports ont tous la même eau

sur
Amazone
fleche

François DARNAUDET




Une lecture de
L A

L A

Francis Darnet part de Collioure pour le bassin d’Arcachon. Son vieil ami Charly l’a invité à Saint-Brice. Il souhaite qu’il réalise le portrait de sa fille.
Edwin Marsal avait quitté Bordeaux pour Collioure après son licenciement et joue maintenant au détective amateur spécialisé dans l’art.
Pour l’un, comme pour l’autre les ports ont tous la même eau… légèrement trouble.
Et pendant que l’un enquête sur l’étrange mort de son ami Charly, l’autre dresse la liste des collectionneurs de la région possédant un Mackintosh.
Au final, alors qu’un industriel allemand est retrouvé mort près de CheckPoint Charlie, deux galeristes britanniques dévoilent une huile inconnue de Mackintosh… et la vie reprend son court ordinaire, fait d’amour, d’espoir et de résolutions.

Avec ce nouveau roman François Darnaudet signe son sixième polar et s’éloigne encore un peu plus de « l’intrigue criminelle » pour se rapproche de la seule littérature. Mais que l’amateur du genre se rassure, aucun des ingrédients qui lui sont chers n’est absent de ce roman. Nous y croisons un détective alcoolique, un tueur professionnel, un ancien membre des forces d’assaut russe… de la cocaïne, du whisky et… des petites pépées!
Autant dire que le plaisir de la lecture demeure intact tant il est vrai que François Darnaudet maîtrise parfaitement l’art du récit.



Une autre lecture du

Les Ports Ont Tous La Même Eau

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Les Polars catalan. Parution 15 juin 2007. 272 pages.

Bon anniversaire à François Darnaudet né le 16 juin 1959.

Sur un coup de tête, et parce qu’il en marre d’être commandé par de jeunes loups arrogants, sans foi ni loi, incompétents et vulgaires, Marsal claque la porte de la boîte d’informatique dans laquelle il travaille puis il quitte Bordeaux.

Il part un peu à l’aventure avec toutefois l’idée de revoir Anna-Maria, son ex et leurs deux filles. En compagnie de Rémy, qui a plaqué son emploi dans un fast-food, direction la Catalogne. Ils s’installent à Collioure, et Marsal flâne, visite les galeries, fait la connaissance des peintres locaux. Il effectue pour le plaisir une recherche sur un tableau pour le compte d’un détective privé.

Francis, le peintre chez lequel loge Marsal à Collioure, est prié par son ami Charly de venir le rejoindre dans le bassin d'Arcachon, afin de peindre le portrait de sa fille Audrey. Une jolie fille d’une vingtaine d’année. Mais Marsal soupçonne bientôt que le désir de Charly n’est qu’un prétexte et que derrière ce motif ce cache quelque chose de plus grave. Charly est né des amours de sa mère et d’un Allemand durant la seconde guerre mondiale. Un épisode douloureux qui soixante ans plus tard ressurgit avec violence dans la vie de Charly.

Cette histoire, dans laquelle s’imbrique la relation des amours coupables de la mère de Charly, est elle-même ensachée dans les tribulations de Marsal et en filigrane s’intercale le récit de la destinée de Charles Rennie Mackintosh, architecte décorateur écossais du début du XXème siècle.

Comme à son habitude François Darnaudet fait partager aux lecteurs sa passion pour les arts plastiques et la peinture en particulier. Il s’attache également à montrer les à-côtés de la guerre, celle d’Espagne ou la dernière guerre mondiale, avec un esprit d’humanisme bourru, celui qui manquait aux belligérants, surtout ceux qui se réclamaient de la Résistance de la dernière heure.

Des effets pervers qui aujourd’hui encore marquent la conscience d’un bon nombre d’hommes et femmes et de leur descendance. Un roman simple, parfois émouvant, auquel on pardonnera volontiers une légère faiblesse de l’intrigue. Le propos n’étant pas justement de focaliser sur une intrigue mais d’être le vecteur de ses démons.

A signaler que le début de ce roman cannibalise une nouvelle que François Darnaudet avait écrite pour le CCASINFO, (journal d’information du personnel des industries électriques et gazières) en décembre 2003, sous le titre Les hommes vivent, une nouvelle à connotation fantastique.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
françois darnaudet



Au Château D’alcool

Autopsie D'un Bouquiniste

Bison Ravi Et Le Scorpion Rouge

Boris Au Pays Vermeil

Boris, Ses Motos, Les Bardenas Et Autres Déserts....

Custer Et Moi

L'homme Qui Valait Des Milliards

La Lagune Des Mensonges

Le Dernier Talgo à Port-bou

Le Papyrus De Venise

Le Retour Du Taxidermiste

Les Dieux De Cluny

Les Ignobles Du Bordelais

Quartier Bleu

Trois Guerres Pour Emma

livrenpoche
Chercher françois darnaudet



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest