Au Château D’alcool DARNAUDET256

FRANCOIS DARNAUDET

Au Château D’alcool


Aux éditions RIVIERE BLANCHE


Visitez leur site

1176

Lectures depuis
Le jeudi 4 Novembre 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
au château d’alcool

sur
Amazone

fleche
fleche

François DARNAUDET




Une lecture de
PASCAL POLISSET

PASCAL POLISSET

«  ‘’ Bon, ben, çà , c’est fait ! ”.

C’est sur ce lapidaire commentaire intérieur que Dugommier posa sur son bureau, envahi de piles de livres, le dernier roman de François Darnaudet.

L’aigre et lente sonnette du piano, où mitonnait une langue de bœuf charcutière, venait juste de l’appeler : ting… tong… ting… tong.

Il lui faillait passer à ce moment précis où la sauce doit être acidifiée d’une cuillère à soupe de câpres et d’une dizaine de cornichons coupés en rondelles de cinq millimètres. Encore trois à cinq minutes et le mets sera mis à table…

Dugommier, en garnissant chaque assiette, se dit qu’on a beau se targuer de qualités cuisinières, reste toujours ce moment où chaque convive hume, goûte, mâche, regarde ailleurs avant que d’un souffle, d’un regard complice, d’une mâche silencieuse, le verdict tombe. C’est le moment qu’il choisit, fier et tout de même inquiet, pour servir sa botte secrète : un Cahors, Le « Clos Siguier » 2007. »

 

La cuisine c’est comme l’écriture ; c’est - quand même -  quand le plat est apprécié qu’on peut prétendre écrire une, voire des recettes.. C’est au pied du piano, qu’on estime le gâte-sauce… Non ?

 

J’ai lu en quelques heures, mais aussi en quelques jours le roman de François Darnaudet.

Le narrateur, critique de cinéma (horreur, malheur me chante l’Orchestre du Splendide…) et, qui plus est, écrivain se trouve embarqué dans l’écriture de la fin d’un scénario. Une bande d’écrivains non spécialisés dans le genre (Horreur,  non ! Polar, oui !…), mais amis d’icelui, mettent sur sa table d’écriture, un pactole dont il a besoin. Julien Gras, alias …s’y colle en même temps qu’il va mener une enquête sur un film d’horreur qui.. a tué ses rares spectateurs… La suite à lire…

Oui, j’ai lu d’une traite ce roman, j’ai aimé (de nouveau) l’écriture de l’auteur : pas de fioritures, la cadence de chapitres courts et cinglants, un humour à la fois potache et cultivé. Il invite le lecteur à se promener dans l’univers d’un Paris zarbi..qu’il peint de quelques traits…

Oui, j’ai aimé ce narrateur à la fois paumé et terriblement sûr de lui, prêt à aller jusqu’au bout de ses amours et vérités..

Oui, j’ai aimé l’habile histoire bien qu’elle souffre d’un défaut : elle méritait d’être moins maligne, plus aboutie, plus radicale.

L’auteur, je le pense, a eu peur de sa création artistique. Il s’est mis sous les fourches caudines de références amicales (trop de noms compliqués – des alias inutiles - qui cachent mal des clins d’œils affectueux…).

 

Maintenant et j’en reviens à la métaphore culinaire, suis-je bien autorisé à critiquer ce roman ? Ne suis-je pas, après tout, qu’un convive particulier, attablé chez l’auteur ?

De toute façon, j’ai vécu ce roman comme un moment unique de belle lecture à laquelle je vous invite quitte à vous demander de croiser votre avis et le mien..

 

Pascal ‘’ Dugommier’’ Polisset.

 



Une autre lecture du

Au Château D’alcool

de
L A

L A
 

« Au château d’alcool », vous croiserez une étrange faune, faite d’adeptes extrémistes des films d’épouvante à la sauce gore fortement épicée et diluée à l’hémoglobine.

Et si vous devrez partager l’affiche de ce film avec l’homme à la tronçonneuse, vous aurez le privilège de ne pouvoir mettre la main sur le théorème de Rolle et de décéder à la fin de la projection.

Car comme chacun le sait depuis que Michel Rolle l’a énonce : « si une fonction dérivable prend la même valeur en deux points, alors sa dérivée s'annule au moins une fois entre ces deux points »… autant dire que votre mort est inévitable, car collatérale à ce lemme !

Mais n’en dévoilons pas davantage et contentons-nous de présenter le héros de cette fabuleuse aventure autour de la réalisation du remake d’un film mythique, stade suprême du film Z : le film qui a tué ses spectateurs et qui continue à occire les rares amateurs du genre lorsque ceux-ci parviennent à faire main basse sur sa version VHS.

Donc, évoquons, en quelques mots, l’affable Julien Gras !

Auteur à mi-temps de série cruentée, chroniqueur inlassable de films sanguinolents, réduit à vivre dans une chambre de bonne sous les toits d’un immeuble bourgeois du centre parisien, il ne peut s’enorgueillir que d’être le père de la charmante Cuivre… Et voilà qu’à ce professionnel de la « sole » un triumvirat d’auteurs confirmés du meurtre en 180 pages demande de rédiger la fin de l’un de leurs écrits !

Étonnant, non ?

Mais que l’on se rassure, ce chroniqueur « old style » qui « commence toujours par donner un résumé avant de décortiquer la structure » de peur que le lecteur de son jataka « se demande de quoi il parle » finira par visionner « La lune dans le caniveau »

Autres titres de
françois darnaudet



Autopsie D'un Bouquiniste

Bison Ravi Et Le Scorpion Rouge

Boris Au Pays Vermeil

Boris, Ses Motos, Les Bardenas Et Autres Déserts....

Custer Et Moi

L'homme Qui Valait Des Milliards

La Lagune Des Mensonges

Le Dernier Talgo à Port-bou

Le Papyrus De Venise

Le Retour Du Taxidermiste

Les Dieux De Cluny

Les Ignobles Du Bordelais

Les Ports Ont Tous La Même Eau

Quartier Bleu

Trois Guerres Pour Emma

livrenpoche
Chercher françois darnaudet



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar