La Loi Du Sang CROMBIE221

DEBORAH CROMBIE

La Loi Du Sang


Aux éditions ALBIN MICHEL


Visitez leur site

1267

Lectures depuis
Le vendredi 18 Novembre 2012

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
la loi du sang

sur
Amazone
fleche

Deborah CROMBIE




Une lecture de
COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE

Naz Malik, avocat d’origine pakistanaise et ami d'un proche de l'enquêtrice, a été drogué puis assassiné dans un parc de l’East End, à Londres. Ce meurtre est-il lié à la mystérieuse disparition de sa femme Sandra, talentueuse artiste, trois mois plus tôt ?
Entre les frères de la disparue, ses collaborateurs, le club privé dont elle faisait partie et les clients de Naz, il semblerait que ce couple mixte, apparemment sans histoire, ait en fait navigué en eaux troubles.
Obsédée par cette affaire, l’enquêtrice de Scotland Yard Gemma James va se retrouver au cœur de l’affaire la plus difficile de sa vie, où se mêlent réseaux de prostitution, violence intercommunautaire, trafic de drogue et travail au noir.

 

Américaine née au Texas, Deborah Crombie a longtemps vécu en Grande-Bretagne où se déroulent tous ses suspenses, on ne peut plus british.
Son premier roman, A Share in Death, qui mettait déjà en scène le surintendant-détective Duncan Kincaid et le sergent Gemma James, remporta les Prix Agatha et Macavity du meilleur premier roman de l'année 1993.
Dreaming of the Bones (Une affaire très pesonnelle) et Where Memories Lie (Les larmes de diamant), furent quant à eux récompensés par le Prix du meilleur roman Macavity, en 1998 et 2009.


NB: Le Prix Macavity est un prix littéraire organisé par l'association "Mystery Readers International", pour récompenser les auteurs de romans policiers. Il englobe quatre catégories, à savoir le meilleur roman, le meilleur premier roman, la meilleure non-fiction et la meilleure nouvelle. Le Prix Macavity a déjà notamment recompensé P.D. James, Stieg Larsson ou encore Michael Connelly.

 



Une autre lecture du

La Loi Du Sang

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Cela faisait bien deux ans que Gemma, inspectrice de police à Notting hall, n’avait pas vu son amie Hazel. Alors évidemment ça papote, ça papote. Hazel était partie en Ecosse, suite à sa séparation avec Tim, thérapeute comme elle et qui a la garde de leur fille Holly. Pendant que les deux femmes discutent, Tim s’occupe de Holly, laquelle réclame sa maman, comme souvent. Mais il est inquiet. Son ami Naz Malik, avocat d’origine pakistanaise, devait venir avec sa fille Charlotte âgée d’à peine trois ans. Or Naz a une heure de retard, ce qui n’est pas dans son habitude. Tim téléphone d’abord au cabinet de l’avocat mais il tombe sur le répondeur. Il appelle à son domicile et la personne qui lui répond est inquiète. Il s’agit d’Alia, la garde de Charlotte, qui n’a pas de nouvelles du père de la gamine. Naz a disparu, or Sandra sa femme s’est elle-même évanouie dans la nature trois mois auparavant, laissant sa fille à un ami sur le marché qu’elles traversaient. Comme ça, sans rien dire. Sandra est (était ?) artiste peintre, spécialiste en collages, et commençait à se forger une gentille réputation.

En attendant que Naz réapparaisse, Gemma décide de s’occuper de Charlotte et l’emmène chez elle. Elle forme avec Duncan, lui-même policier à Scotland Yard, une famille recomposée. Duncan a deux fils, Toby et Kit, et Gemma est hantée par la perte deux ans auparavant d’une enfant. Et puis en ce moment elle est préoccupée par son prochain mariage avec Duncan. Sa famille souhaiterait qu’elle convole en justes noces et que soient organisées de grandes festivités. Gemma au contraire veut un mariage en toute simplicité. Elle ne sait plus ce qu’elle doit faire et est même prête à jeter l’éponge. De plus sa mère est malade, atteinte de leucémie, il faudrait trouver un donneur compatible. Alors elle doit aller voir sa mère le plus souvent possible à l’hôpital, mais ce n’est pas assez au goût de sa sœur.

En attendant un dénouement heureux, c'est-à-dire le retour de Naz, elle confie Charlotte à Betty qui s’occupe des deux garçons lorsque Duncan et elle travaillent. Gemma enquête de son côté mais elle n’est pas seule. Duncan l’aide, et ils tentent de remonter la filière en rencontrant les amis, les connaissances de Naz. Louise Phillips, l’associée de Naz et avocate elle-même. Elle doit défendre un restaurateur accusé d’esclavagisme moderne, dénoncé par son propre neveu en fuite. Ou encore un patron de boite de nuit, un cercle relativement fermé, qui avait acheté quelques toiles à Sandra. La mère de Sandra, et surtout ses deux frères, revendeurs notoires de drogue, des individus brutaux et vindicatifs. La galeriste de Sandra qui se plaint que celle-ci ne suivait pas ses conseils en matière de vente. Plus quelques autres que Gemma et Duncan interrogent tout en sachant que l’enquête qu’ils mènent n’est pas officielle. Jusqu’au jour où Naz est retrouvé mort dans un parc. Pour le médecin légiste, ce décès n’est pas naturel malgré la mise en scène. Les services sociaux veulent absolument placer Charlotte chez la mère de Sandra, et un nouveau bras de fer s’engage entre Gemma et Janice Silverman, l’assistante sociale, afin que la mère de Sandra ne soit pas chargée de l’éducation de la gamine.

 

Tout se déroule en un endroit circonscrit au nord de Whitechapel. L’enquête sur le meurtre de Naz et la disparition de Sandra ne sont qu’un fil rouge, un alibi, un prétexte presque, pour écrire des chroniques familiales. Les affres de Gemma face au mariage, ses rapports avec Duncan et ses fils, la famille loin d’être formidable de Sandra, les difficultés entre Hazel et Tim, le rejet de Melody envers ses parents et les éventuels fiancés que son père, propriétaire d’un quotidien à sensations, veut lui imposer, et bien d’autres. Mais ces chroniques n’alourdissent pas le roman, au contraire, elles l’enrobent d’une chair humaniste. Ce n’est pas un squelette mais une femme en chair façon Rubens. L’enquête autour de la mort de Naz, de la disparition de Sandra, n’en prend que plus de consistance. Et le lecteur s’invite dans cette narration, avide de découvrir, pas tant le nom du ou des meurtriers, que comment vont se dénouer tous les petits imbroglios familiaux.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
deborah crombie



Ce Mort Que Nul Ne Pleure

Chambre Noire

Le Dernier Printemps De Jasmine

Le Passé Ne Meurt Jamais

Les Larmes De Diamant

Ne Réveillez Pas Les Morts

Noël Sanglant à Notting Hill

livrenpoche
Chercher deborah crombie



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest