La Somnambule De La Villa Aux Loups CONTRUCCI191

JEAN CONTRUCCI

La Somnambule De La Villa Aux Loups


Aux éditions JCLATTES


Visitez leur site

1264

Lectures depuis
Le mercredi 13 Octobre 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
la somnambule de la villa aux loups

sur
Amazone
fleche

Jean CONTRUCCI




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Le cocher numéro 7 d’une société de transport hippomobile marseillaise ne pensait certes pas être réveillé par des coups de feu. Il s’était endormi dans le parc de la Villa aux Loups après avoir mené sur place deux voyageurs, une belle femme âgée d’une trentaine d’années et un jeune homme frisant les vingt ans. Il avait pour consigne d’attendre ses voyageurs durant un temps indéterminé, aussi le voiturier en avait profité pour se reposer. L’incident se déroule à quelques kilomètres du centre de Marseille, à La Panouse, un hameau dans lequel ne vivent que peu de personnes. La Villa aux Loups, comme sa voisine où le jeune homme est allé quérir un cahier avant de rejoindre sa compagne, ne servent que d’habitations estivales.

Après avoir tenté d’ouvrir en vain la porte de devant, puis celle de derrière, Marius le cocher alerte la campagne environnante et des autochtones arrivent à la rescousse. Après une heure d’effort, enfin l’entrée daigne céder sous les coups de masse et les voisins découvrent à l’étage un bien curieux spectacle.

La jeune femme, Marguerite Casals la femme d’un urologue renommé, est allongée sur le lit, quasiment nue et offrant ses appâts aux regards concupiscents des intrus, deux trous dans la tempe. Le jeune homme, Henri Champsaur un étudiant en lettres, est à terre adossé à un canapé, habillé, un revolver dans la main, la mâchoire fracassée par une balle qui s’est logée dans le cerveau. Un double suicide à n’en pas douter, d’autant qu’une lettre explicative est posée en évidence.

Eugène Baruteau, qui vient d’être promu commissaire central et est en passe d’emménager à l’Evêché, en informe aussitôt son neveu Raoul Signoret, journaliste au Petit Provençal, lequel ne demande qu’à exercer son métier de chroniqueur judiciaire grâce aux renseignements délivrés par son oncle. Raoul se rend donc sur les lieux, qui ne sont pas encore du crime, et interroge les voisins qui ne demandent qu’à s’épancher. De petites contradictions dans les faits, dans les déclarations, dans le déroulement des événements impriment moult points d’interrogation dans l’esprit du journaliste. Par exemple, le document découvert auprès des amants, du moins c’est ainsi qu’ils sont considérés par tous, n’est qu’une lettre écrite sur une feuille de cahier d’écolier, pas vraiment le genre de papier utilisé dans ces cas extrêmes. Et puis au fur et à mesure de son exploration auprès de la famille des deux morts et des amis, certains faits ne concordent pas. Ainsi la missive reçue par la mère d’Henri deux jours après cet acte définitif. Ou qui aurait dû être définitif, car le jeune, malgré la balle qui lui a traversé la tête de bas en haut, est plongé dans un coma prolongé mais pas forcément irréversible.

Celui qui est le plus en colère dans cette affaire est bien évidemment le veuf. Faut le comprendre. Lui, porter des cornes, qui pourraient lui servir à accrocher sa blouse de mandarin, c’est inconcevable. D’ailleurs il vitupère, accusant Henri d’avoir hypnotisé son épouse et d’avoir abusé d’une femme sans défense. Un événement anodin va conforter Raoul dans sa prescience. Alors que tous les Marseillais sont agglutinés sur le Vieux Port ou embarqués dans des barcasses, prêts à s’enthousiasmer aux exploits d’un inconscient sautant du pont transbordeur dans la rade, Cécile, la jolie compagne de Raoul aperçoit une jeune femme tomber à la baille et se débattre dans les flots. Antonella, la rescapée, et son ami Félix invitent Raoul et Cécile chez eux pour les remercier. Coïncidence, Antonella connaissait la défunte et avait remarqué que celle-ci était sujette à des endormissements, des hinoptismes comme ils disent, provoqués par le reflet de la lumière sur une cuiller par exemple. Quant à la vertu de madame Casals, elle aurait été protégée par son appartenance à la religion réformée. Un autre témoignage, celui de Paul Chabert, condisciple et ami d’Henri, conforte Raoul dans son intuition que le suicide supposé pourrait être un meurtre déguisé.

Ce dixième volet des aventures d’Eugène Baruteau et de son neveu Raoul Signoret, probablement la dernière selon l’éditeur au grand dam des fidèles lecteurs qui suivent cette série, nous montre la cité phocéenne avant l’explosion démographique, les coulisses d’un journal et des personnages atypiques qui y travaillent, des événements qui se sont déroulés durant cette période, des avancées médicales ou paramédicales établies par les professeurs Charcot et Bernheim et successeurs. Les annotations en bas de pages apportent des précisions sur des faits-divers, toutes sortes de digressions qui rendent l’intrigue attrayante et s’insèrent dans le récit en y apportant par petites touches de couleur des informations souvent utiles. Quant à Raoul Signoret, il doit la vie à sa passion et ses entrainements rigoureux de la boxe française. Jean Contrucci sait mieux appâter les lecteurs qu’Eugène Baruteau les poissons lorsqu’il sacrifie à sa passion de l’halieutique maritime et ceux-ci (les lecteurs) mordent volontiers à l’hameçon.

Citation : Il n’y a pas de mystères, mon cher, Il n’y a que de grandes ignorances… Ce qui permet à la religion de mettre son grain de sel partout. Tant que nous ne pourrons pas donner d’explication scientifique à un phénomène, il y aura toujours une soutane pour brandir le mot « mystère », et mettre le doigt de Dieu dans l’œil des crédules.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/


Une autre lecture du

La Somnambule De La Villa Aux Loups

de
L A

L A

Cette nouvelle enquête de « Raoul Signoret, sémillant chroniqueur judiciaire du Petit Provençal » et véritable Rouletabille du Vieux Port serait, si l’on en croit l’éditeur, son ultime contribution à la lutte contre le crime. Que voilà une bien mauvaise nouvelle pour les lecteurs épris de justice ! Comment se peut-il que cet amateur de boxe française jette l’éponge au terme de ces investigations où il n’a pas hésité à confier son esprit à un médecin aliéniste ? Mais que vont devenir tous les honnêtes gens, adeptes des sensations fortes et admirateurs d’un fada qui se jette du pont transbordeur dans la rade ? Ainsi donc, les hypnotiseurs malfaisants et autres malandrins pourraient prospérer dans un Marseille livré à la canaille, qui se terre derrière les façades des hôtels particuliers !

Non Monsieur Jean, vous n’avez pas le droit d’inciter Raoul à la désertion !

Car qui d’autre que lui aurait pu démêler une affaire aussi complexe que le « Double Crime Dans La Rue Bleue » , percer « L'énigme De La Blancarde » , identifier « L’inconnu Du Grand Hôtel », confesser «  La Faute De L'abbé Richaud », déjouer « Le Guet-apens De Piscarotis », mettre à jour « Le Secret Du Docteur Danglars », repousser « Le Spectre De La Rue Saint-Jacques », terrasser « Le Vampire De La Rue Des Pistoles », contenir « Les Diaboliques De Maldormé » ?

Non Monsieur Jean, vous ne pouvez vous rendre complice d’une telle défection ! Et ne nous dites pas que Marseille manque de rues et ruelles, de hameaux ou de lieux-dits à même d’accueillir des assassins ?

 

Avez-vous pensé, un instant seulement, à vos lecteurs ? A tous  ceux, je devrais dire à celui, qui guettent le moindre indice annonçant un nouvel opus de vos « Nouveaux Mystères » ? Avez-vous l’intention de nous contraindre à ne plus lire que du noir, glauque et sans espoir ?

Non Monsieur Jean ! Si vous ne vouliez pas, il ne fallait pas commencer ! Il ne fallait pas allier avec talent le Whodunit, le hard boiled, le roman historique, le roman d'aventures et le polar à tendance sociale ! il ne fallait pas manier la bonne humeur et l’humour avec autant de dextérité !

Un Jour Vous Verrez… Nous serons des milliers à vous réclamer le retour de Raoul (et de sa charmante épouse) !

 

Mais en attendant, recevez, Monsieur Jean, nos remerciements les plus sincères pour les nuits que vous nous avez offertes. Recevez l’expression de notre totale admiration pour votre esprit libre et anticonformiste qui n’a pas cédé aux sirènes du Noir et a préféré ressuscité, avec votre « Somnambule De La Villa Aux Loups », le crime en chambre close…

Autres titres de
jean contrucci



Comme Un Cheval Fourbu

Double Crime Dans La Rue Bleue

L'affaire De La Soubeyranne

L'enigme De La Blancarde

L'inconnu Du Grand Hôtel

La Faute De L'abbé Richaud

La Vengeance Du Roi-soleil

La Ville Des Tempêtes

Le Guet-apens De Piscarotis

Le Secret Du Docteur Danglars

Le Spectre De La Rue Saint-jacques

Le Vampire De La Rue Des Pistoles

Les Diaboliques De Maldormé

Rendez-vous Au Moulin Du Diable

Un Jour Tu Verras

livrenpoche
Chercher jean contrucci



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
4.97 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest