Chroniques Du Crime CONNELLY90

MICHAEL CONNELLY

Chroniques Du Crime


Aux éditions POINTS


Visitez leur site

1183

Lectures depuis
Le vendredi 1 Septembre 2007

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
chroniques du crime

sur
Amazone
fleche

Michael CONNELLY




Une lecture de
L A

L A

Après des études à l'Université de Floride, Michael Connelly débute sa carrière de journalisme au 'Fort Lauderdale' et au 'Daytona Beach'. Il se spécialise très rapidement dans ce qu'il est convenu d'appeler les faits divers. C'est dans ce cadre qu'il couvre les flambées de violence sporadiques qui ensanglantent la Floride dans la seconde moitié des années 80.
En 1986, il co-signe une enquête sur les rescapés d'un crash d'avion. Ceci lui vaudra de figurer parmi les nominés pour le Prix Pulitzer 1987.
Il devient ensuite chroniqueur judiciaire pour le Los Angeles Times et partage le Prix Pulitzer en 1992 pour ses reportages sur les émeutes que connaît Los Angeles après qu'un jury, ne comportant aucun noir, eut acquitté quatre officiers de police accusés d'avoir passé à tabac un conducteur noir.
C'est, aussi, en 1992 qu'il se lance dans la carrière d'écrivain avec " Les égouts de Los Angeles " et qu'il crée le personnage d'Harry Bosch, inspecteur du LAPD.

" Ecris sur ce que tu connais. C'est l'adage auquel tout écrivain est confronté lorsqu'il se trouve devant sa page blanche. C'est probablement un conseil juste et utile. "

Dans sa livraison de septembre 2007, la collection Points Policier nous offre, sous le titre " Chroniques du crime ", 23 histoires vraies qu'avait suivies M Connelly lorsqu'il était journaliste. Avec le même humanisme qui imprègne ses polars Connelly nous invite à parcourir le Los Angeles de la drogue, de la corruption et de la prostitution. D'un meurtre à l'autre, nous découvrons la face cachée de la Floride faite de misère de crimes et de sordide
Tout laisse à penser que nous sommes aux sources de l'inspiration de l'auteur, que le Connely du Poète se Résout dans ce lointain passé, à mille lieux d'Hollywood. Pourtant la réalité de ce maître du roman noir américain semble bien plus complexe.

" Ecris sur ce que tu connais. C'est l'adage auquel tout écrivain est confronté lorsqu'il se trouve devant sa page blanche. C'est probablement un conseil juste et utile.Mais lorsqu'il s'agit de roman policier, l'écrivain doit écrire sur ce qu'il ou elle ne connaît pas et ne veut pas connaître. Car l'art du roman policier est d'ordonner le chaos. C'est sur ce chaos que vous devez écrire, sans jamais souhaiter vraiment le connaître. " Michael Connelly : Le mystère de l'écriture des romans noirs Septembre 1998



Une autre lecture du

Chroniques Du Crime

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Les faits divers bruts ne donnent pas de bons sujets de romans. Une vengeance mesquine ou une altercation tournant mal, c'est insuffisant pour exploiter une fiction sur ces bases. En tant que journaliste, relater de sinistres faits divers peut toutefois avoir son utilité. Ce fut le cas de Michael Connelly, de 1984 à 1992, avant qu'il ne rencontre le succès comme romancier avec “Les Égouts de Los Angeles”. Né en 1956, il va habiter en Floride avec ses parents dès 1968. C'est ainsi que débutera sa carrière de reporter à Fort Lauderdale, pour le South Florida Sun-Sentinel, avant d'être plus tard engagé par le Los Angeles Times.

En préambule des articles qu'il signa, réédités dans ce livre, Michael Connelly revient sur les “instants” qui ont déterminé sa passion du faits divers, puis de la fiction. Son propre vécu, mais surtout celui des enquêteurs qu'il côtoya, tous ces petits signes et détails qui apportent du réalisme à un récit, c'est dans cette expérience journalistique qu'il les puisa. “Ce que je vous dis ici, c'est qu'il a fallu tous ces instants pour être en mesure de faire ce que je fais aujourd'hui. Ce que j'ai vécu avec les flics et les assassins, et les jours que j'ai passés à traquer le crime m'ont été d'une aide inestimable dans mon travail d'écrivain.”

Que ce soit en Floride ou à Los Angeles, la criminalité n'est pas anecdotique aux États-Unis. En témoigne le premier texte présenté, datant de 1987. Le 29 juin de cette année-là, c'est déjà le 38e meurtre auquel est confronté le sergent George Hurt, de la brigade des homicides de Fort Lauderdale. Le nommé Walter Moody a été poignardé chez lui, dans son immeuble pourtant tranquille. Très tôt, la meilleure hypothèse désigne un certain Troy, un jeune Blanc qu'il hébergea contre des travaux. Un deuxième meurtre intervient peu après, lors d'une altercation entre des Noirs et des homos. Il y aura une troisième victime, dans la même période. On peut imaginer une série de crimes reliés entre eux. Non, car seuls le premier et le dernier possède un point commun et seront bientôt résolus.

Toujours en Floride, le travail de terrain, c'est aussi celui des policiers anti-mafia de la MIU. Originaire de Philadelphie, le caïd Nicky Scarfo pense passer davantage inaperçu que dans son fief, où eurent lieu dix-sept meurtres liés à la mafia à l'époque où il prenait la direction de tous les rackets. L'inspecteur Chuck Drago lui paraît plutôt franc pour un flic. Ce qu'ignore encore Scarfo, c'est que l'ensemble de son réseau est sous la surveillance de Steeve Raabe et de son équipe de la MIU. S'il passa un moment entre les mailles du filet, Scarfo fut finalement arrêté, début 1987, à l'aéroport de Fort Lauderdale... Plus tard, à Los Angeles, Michael Connelly évoquera avec minutie le rôle parfois compliqué ou tragique des policiers dans quatre autres affaires, sur lesquelles il écrivit des articles.

La deuxième partie de cet ouvrage s'intéresse au parcours de plusieurs assassins notoires. En Floride, c'est durant l'année 1984 que Christopher Wilder va être rattrapé par ses antécédents criminels. Se faisant souvent passer pour un photographe pro, elle attire chez lui les aspirantes mannequins qu'il viole et qu'il supprime. Selon le FBI, on recense au moins huit victimes... Plus souriant peut-être, “le gang des tire-pas-droit” relate les méfaits maladroits d'une petite bande de tueurs à gages à travers le pays. Si l'on ne compte plus leurs ratages, ils firent néanmoins plusieurs victimes avant d'être arrêtés.

En Californie, le cas de David Miller est une des plus exemplaires histoires de “double vie” qu'on puisse raconter. Vague conseiller indépendant auprès de la Chambre de Commerce, il habite Granada Hills avec sa femme et leurs enfants. Son épouse ne participe pas à sa vie publique, par sécurité prétend-il, car il lui dit qu'il appartient à la CIA. Il expédie sa famille en Floride, sous le même prétexte. Son activité étant loin d'être florissante, David Miller s'endette de plus en plus lourdement, signe des chèques sans provision, n'est plus guère présent à son agence. Entre-temps, il a fait la connaissance d'une autre femme, et s'est marié à Las Vegas – à l'insu de sa première épouse légitime. Fuyant les créanciers, David Miller envoie la deuxième Mme Miller à son tour en Floride, où il finit par la tuer.

Autre double vie californienne (dans la 3e partie du livre), celle d'un certain Michael Bryant, de son vrai nom Francis Malinovsky. Sympathique voisin aux yeux de tous, on découvre que ce jardinier cultive de la marijuana en quantité, alimentant un juteux trafic. Pourtant, c'est avant tout son passé dans le Vermont qui intéresse la Justice. Là-bas, il fut soupçonné du meurtre d'une amie, avant de refaire sa vie... Dans toutes ces affaires chroniquées de 1984 à 1992 par Michael Connelly, le futur romancier démontre déjà de fines qualités narratives, retraçant avec un soin précis autant qu'avec fluidité le caractère des personnages et les faits. Traduit en français il y a quelques années, ce livre est désormais proposé dans la nouvelle collection “Crime” chez Points. Une autre facette du talent de cet écrivain.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
michael connelly



Deuil Interdit

La Défense Lincoln

livrenpoche
Chercher michael connelly



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest