La Bête De Miséricorde BROWN152

FREDRIC BROWN

La Bête De Miséricorde


Aux éditions MOISSON ROUGE


Visitez leur site

1849

Lectures depuis
Le jeudi 19 Fevrier 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
la bête de miséricorde

sur
Amazone
fleche

Frédric BROWN




Une lecture de
L A

L A

En décembre 1984, l’étrange et défunte collection Play Boy éditée ce chef d’œuvre du polar écrit par le maître de la nouvelle aussi bien humoristique que burlesque, fantastique que policière. En décembre 1984 un obscur chroniqueur, dans une tout aussi obscure revue toulousaine, écrivait au sujet de cette Bête de miséricorde :

 

« John Medley a découvert un cadavre dans son jardin. A premier abord il s’agirait d’un suicide. En effet, la victime, qui vient de perdre sa femme et ses enfants dans un accident, avait toutes les raisons de vouloir en finir avec la vie.

Mais la police a beau chercher l’arme, avec laquelle l’homme se serait suicidé, celle-ci reste introuvable ! Autant dire que le suicide est exclu et que seul demeure l’hypothèse du meurtre ! Reste à en déterminer les mobiles…

Un duo de policiers, Frank Ramos et Fern Cahan, qu’unit le travail, l'habitude, l'amitié peut-être, mais qu'en fait tout sépare, mènent l'enquête. Et chemin faisant, ils en viennent à soupçonner John Medley, l'aimable agent immobilier de 56 ans.

Mais peut-on qualifier d'assassin un homme qui tue par pitié et dépose le cadavre dans son jardin? Un homme qui tue pour abréger les souffrances physiques et morales de pauvres types?

Sous la chaleur torride de l'Arizona, la vie suit son cours, avec son lot de misères, de consolations et de meurtres ; avec, pour les uns, la fin d'un trop grand amour et, pour les autres, les débuts rayonnants d'une jeune passion… pendant que John Medley attend un signe, attend désespérément que quelqu'un ait pitié de lui…

Avec cet immense suspens psychologique raconté par cinq voix : celles de trois policiers, de la femme alcoolique de l'un d'eux et celle de l'assassin, Frédric Brown signe là un roman délirant et réaliste, tendre et triste, un roman capable de réveiller toute les angoisses qui sommeille en chacun de nous »

 

26 ans plus tard, Moisson Rouge nous offre la réédition de ce chef d’œuvre, retraduit par Emmanuel Pailler et agrémenté d’une préface des plus passionnantes de ce même Emmanuel Pailler. Dans ces conditions, il n’existe plus aucune raison pour passer à côté de cette Bête de miséricorde… à moins de refuser le plaisir…

Une autre lecture du

La Bête De Miséricorde

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

À Tucson, en Arizona, au milieu des années 1950. Ayant découvert un cadavre étendu dans son jardin, John Medley téléphone à la police. Les enquêteurs Frank Ramos et Red Cahan arrivent bientôt sur place. Reçus courtoisement par John Medley, ils n’ont aucune raison de suspecter ce retraité âgé de cinquante-six ans. Installé ici depuis six ans et demi, cet homme cultivé vivant seul pratique de temps à autre des opérations immobilières régulières. Il possède un revolver mal entretenu, qui n’est certainement pas l’arme du crime. Un mauvais hasard a conduit cet inconnu à mourir sur son terrain, voilà tout. Un meurtre, sans doute, mais on ne peut pas totalement exclure le suicide. Frank Ramos ne tarde pas à identifier le mort, même si ça mérite confirmation d’un témoin, le père Trent. Le prêtre reconnaît bientôt un de ses protégés, Kurt Stiffler.

La vie n’a pas épargné Stiffler. Né en Allemagne à l’époque nazie, il a vécu après guerre au Mexique, avant de s’installer depuis peu en Arizona avec sa femme et leurs trois enfants. Le père Trent lui trouva un emploi dans une entreprise de bâtiment dirigée par un Allemand d’origine. Stiffler étant de santé fragile, on lui attribuait des tâches simples. Quelques semaines plus tôt, il a perdu toute sa famille dans un accident de voiture. Il restait hanté par ce drame impossible à surmonter. Voilà pourquoi l’hypothèse d’un suicide apparaît également plausible. Si Frank Ramos éprouve une troublante obsession concernant John Medley, son supérieur le capitaine Pettijohn est assez d’accord avec Red Cahan pour chercher une autre explication. D’autant que Medley n’a pas le moindre lien avec Stiffler.

Ramos et Red Cahan interrogent le patron du défunt, la désagréable secrétaire, le contremaître et l’ensemble des ouvriers de l’entreprise. Ils confirment l’état dépressif de Stiffler et ses horaires. Par l’épicier de quartier où se fournissait la victime, les policiers obtiennent de minces indices. Ramos ne croit toujours pas au suicide, l’homme étant croyant, bien que ce soit possible. À condition de positionner l’arme de manière très particulière, et d’être capable d’expliquer la disparition du revolver en question. Tandis qu’Alice, l’épouse de Ramos, s’éloigne de son mari, Red Cahan va trouver l’amour auprès de la jeune et belle voisine de Medley, Caroline. Ayant rencontré John Medley, le capitaine Pettijohn est sûr de son innocence. Il souhaite que Frank Ramos cesse de le traiter en suspect…

Datant de 1956, ce livre figure parmi les classiques du roman noir. Beaucoup de lecteurs se souviennent certainement de l’édition de 1980 dans la collection Le miroir obscur, chez Néo, réédition de la version française publiée en 1967 chez Dupuis. C’est dans une nouvelle traduction, due à Emmanuel Pailler, qu’il est désormais proposé. “La bête de miséricorde” frise la perfection. La construction du récit, à plusieurs voix, est d’une merveilleuse habileté. Dans cette affaire criminelle, nous avons sous les yeux un suspect : “Tu pensais que c’était un psychopathe, non ? Les dingues n’ont pas besoin de mobile. — Si, Alice. Ce n’est pas forcément un mobile logique, mais ils en ont un” répond Frank Ramos. Oui, c’est bien la subtilité des motivations de l’assassin sur laquelle bloque l’enquête de police. “Quand on est flic, on voit tout le côté moche, tout le gâchis que les gens font de leur vie et de celle des autres” dit encore Ramos. C’est là l’autre grand atout de l’histoire, la précision avec laquelle les protagonistes nous sont présentés, leur caractère si proche de la réalité humaine. Y compris dans le vécu personnel des enquêteurs, pas si anodin. Nul besoin de longues descriptions pour rendre crédibles ces personnages, le style narratif de Fredric Brown étant d’une remarquable souplesse. L’auteur ne manque pas d’une certaine ironie, non plus. Évidemment, le dénouement sera moral, mais il faut en noter la finesse. Un roman noir que tout passionné se doit d’avoir lu.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
frédric brown



Ça Ne Se Refuse Pas

La Chandelle Et La Hache

La Mort A Ses Entrées

Le Monstre Vous Salue Bien

Les Dessous De Madame Murphy

Maboul De Cristal

Mort D'un Vampire

livrenpoche
Chercher frédric brown



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest