Et La Mort Se Lèvera BOSCO161

JACQUES OLIVIER BOSCO

Et La Mort Se Lèvera


Aux éditions JIGAL


Visitez leur site

1168

Lectures depuis
Le vendredi 1 Mai 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
et la mort se lèvera

sur
Amazone

fleche
fleche

Jacques olivier BOSCO




Une lecture de
L A

L A

Les Ranzotti (dits les Calabrais) :
La fille, Maria, de Franco est morte… d’une overdose !
L’heure du grand ménage a sonné. Lui, qui a fait fortune sur les trafics en tout genre, ne peut admettre qu’un petit dealer de seconde zone, ait refilé à Maria une dope pourrie.
D’un globule à un Russe à la cool avec un Américain, les flingues nettoient les bas fonds, et qu’importe que la cible soit un ancien flic des stups ? A condition qu’il n’y ait pas de bavures… qu’une femme et sa môme ne récoltent pas une rafale. 

Le Maudit :
Tueur à gages en Colombie, il a décidé de décrocher. Normal, voilà plus de dix ans qu’il flingue de-ci de-là alors qu’il n’a jamais connu sa fille et sa petite-fille… mais quand il débarque à l’aéroport de Nice c’est pour appendre que celles-ci sont mortes… 
Qui a fait le coup? Qui est responsable; Et pourquoi sont-elles mortes? Le Maudit apprend très vite que les Ranzotti ne sont pas étrangers au drame. Mais il lui faudra découvrir lequel a pressé la détente avant d’exécuter sa vengeance. 

Sur cet argument très simple et usé jusqu’à la corde, Jacques Olivier Bosco développe une intrigue criminelle aussi captivante que vraisemblable. De sa syntaxe, jaillissent les explosions et les fusillades, le brouhaha des boîtes de nuit ou les abordages de navires.
« Et la mort se lèvera » est un roman urbain et nocturne, tricoté sur un rien, qui se hisse au niveau des incontournables de par la justesse de son ton.
« Et la mort se lèvera » est au polar ce qu’Avatar est au cinéma : un roman en 3D



Une autre lecture du

Et La Mort Se Lèvera

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Dédié à José Giovanni, un Maître, ce livre est imprégné de l’atmosphère de celui qui de repris de justice devint scénariste, romancier, dialoguiste et réalisateur, empruntant à son expérience personnelle la trame de ses ouvrages. Aussi ne faut-il pas s’étonner de l’influence qu’a ressentie l’auteur de ce roman. Et naturellement l’intrigue se déroule dans les milieux des malfrats, à Nice plus précisément, avec des incursions en Italie et en Calabre. Lorsque Isa, la vingtaine, découvre sa cousine Maria, morte, une seringue dans le bras elle se garde bien de prévenir la police. Son premier coup de fil est destiné à Franco, le père de Maria, lui saura que faire. Complètement désemparé, Franco abandonne son bar, et se rend en voiture en Italie, afin de se vider le cerveau tout en se remplissant l’estomac de grappa. Il passe sa colère sur des Albanais qui ont spolié des amis d’enfance en Calabre puis au retour il organise un conseil réunissant la famille et quelques malfrats. Peut débuter alors la vengeance orchestrée par la famille Ranzotti. Les trois truands convoqués sont rapidement blanchis, cependant Franco persiste dans son idée. Maria ne s’est pas suicidée mais est décédée d’une overdose, soit parce que la drogue était trop pure, soit parce qu’elle était mélangée à des substances toxiques. Remontant soigneusement le fil du temps, se renseignant auprès de qui elle aurait pu s’approvisionner l’après-midi précédant le décès, les membres du clan Ranzotti partent à la recherche du dealer supposé être à l’origine du drame. Et les armes n’ont pas le temps de rouiller. Tant pis pour les dégâts de la narine, ils n’avaient qu’à ne pas mettre leur nez là où il ne fallait pas. Qu’ils soient petits loubards de banlieues ou jeunes millionnaires américains et russes, ils n’échappent pas à la vindicte du clan Ranzotti composé des frères de Franco, des fils et des neveux et de quelques séides qui exécutent sans mot dire. Mais attention aux bavures ! Il ne fait pas bon s’attaquer aux enfants, même s’il s’agit d’une erreur très regrettable. Car Lucas Murneau, qui a passé plus de vingt ans en Amérique du Sud et plus spécialement en Colombie revient à Nice, suite à un coup de nostalgie. Il veut voir sa fille, qu’il n’a pas connu et sa petite fille âgée aujourd’hui de trois ans. Surnommé Le Maudit ou encore La Muerte il a l’habitude de la viande froide, d’ailleurs c’est sa spécialité, mais il n’apprécie pas du tout la boucherie en gros, surtout lorsqu’il en est la victime collatérale.

Encore une histoire de gangsters, de truands comme en ont écrites des auteurs tels que Giovanni, Le Breton, Héléna, et bien d’autres. Mais Et la mort se lèvera ne laisse pas de place au fameux honneur des voyous comme l’ont chanté certains romanciers issus du milieu. Une histoire carrée, violente, qui ne cherche à disculper aucun des protagonistes, les rendre meilleurs qu’ils sont. Jacques-Olivier Bosco se refuse à tout sentimentalisme exagéré, à tout misérabilisme, à toute apologie, à toute fantaisie. Une écriture qui se lit comme l’on déclame du rap, du slam, une incantation à la vie, à la mort, à l’amour, avec dans le brouillard de petites lueurs de poésie qui s’allument comme les feux-follets dans les cimetières.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher jacques olivier bosco



 
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar