L’aiglon Ne Manque Pas D’aire WEBER122

PATRICK WEBER

L’aiglon Ne Manque Pas D’aire


Aux éditions LE MASQUE


Visitez leur site

61

Lectures depuis
Le mercredi 7 Mai 2020

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L’aiglon ne manque pas d’aire

sur
Amazone

fleche
fleche

Patrick WEBER




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Le Masque Jaune N°2534. Editions du Masque. Parution le 25 mai 2011. 320 pages.

ISBN : 978-2702436134

Quand Histoire et Humour cohabitent !

Pour les brocanteurs et les antiquaires, un vide-maison est souvent source de découvertes intéressantes qui ne passionnent pas forcément le grand public. Il suffit de découvrir l’acquéreur adéquat par la suite.

Et Valdémar Aigle qui est venu au métier d’antiquaire par hasard, alors qu’il se destinait à l’étude des amphibiens, et après avoir changé souvent de direction professionnelle, a appris le métier avec Bertrand. Depuis, quoiqu’encore jeune, il vole de ses propres ailes, au grand dam de son ancien ami. Et c’est ainsi qu’il est amené à établir un recensement chez un certain Lucien Michepape, bouquiniste sur les quais.

Michepape est mort tout seul dans son petit appartement au cinquième étage d’un immeuble de la rue Vieille du temple, le jour de son soixante-dix-septième anniversaire. C’est bête. Un petit-neveu, le reliquat de la famille, est sur place afin de surveiller Valdémar dans ses recensements. On ne sait jamais, des fois que des objets passeraient à l’as. Toutefois le jeune antiquaire réfrène rapidement l’enthousiasme de ce parent encombrant.

Parmi tous les objets, souvent anciens, qui sont disséminés dans l’appartement, Valdémar remarque une constante. Nombreux sont ceux qui ont un certain rapport, et même un rapport certain avec celui qui devait régner sous le nom de Napoléon II et qui ne fut que l’Aiglon. Lui-même n’est pas insensible à cette figure historique surtout connue grâce à Edmond Rostand. D’ailleurs il ne s’appelle pas Aigle pour rien.

Parmi le fatras accumulé, Valdémar met la main sur des documents qui l’intriguent puis l’intéressent au plus au point. Toutefois il s’étonne de ne voir à aucun endroit une photographie représentant Michepape. Il ne pourra donc pas mettre un visage sur ce nom. Il décide alors, afin de s’imprégner du fantôme virtuel de l’ancien locataire, de résider dans ce petit appartement, délaissant pour quelques jours son logement personnel qui se trouve également dans le Marais.

Les documents consistent en un acte de naissance de l’Aiglon, attestant de sa postérité, ainsi que d’une lettre autographe du jeune Prince. Lettre autographe dans laquelle il évoque son enfance et sa peur de la mort, car il est persuadé que quelqu’un veut attenter à sa vie.

Or, c’est un peu ce que ressent également Valdémar qui retrouve souvent sur son chemin un personnage énigmatique, apercevant de la fenêtre un individu de le prenant en photo, ou lors d’une absence de sa part, que le petit appartement a été visité, tout se retrouvant sens dessus dessous. Des intimidations auxquelles il ne veut croire jusqu’au jour où dans une boîte il découvre son chat Khéops égorgé. Il en est affecté. Ne risque-t-il pas de subir le même sort ? Heureusement, il peut compter sur son voisin pour lui fournir des renseignements sur l’ancien locataire. Un voisin qui pourrait endosser le rôle de gomme tant sa femme est effacée.

Tragi-comique, ce roman explore deux périodes, à deux cents ans d’écart.

Le personnage de Valdémar Aigle est attachant, même s’il travaille parfois en dilettante, délaissant sa petite boutique. Ainsi que son amie Saskia, qu’il ne voit que de temps à autre. Il est plus préoccupé par les deux documents en sa possession et les nombreux avatars dont il est l’objet, voire la victime.

La tension monte progressivement, et l’épilogue n’est pas téléphoné.

Le contenu des documents que certains aimeraient bien lui subtiliser, est dévoilé sous forme de feuilleton, intégré dans la rédaction des aventures de Valdémar. Et l’on découvre un Aiglon aux ailes rognées qui professe à l’égard de son père une véritable fascination. Et c’est la vie de celui fut successivement roi de Rome, roi de Parme, duc de Reichstadt, son amour pour l’archiduchesse Sophie, sa tante par alliance, ses différents déménagements, dédaigné par sa mère l’impératrice Marie-Louise, et bien d’autres événements fictifs ou réels qui sont ici décrits avec la force et la justesse d’un historien, mais peut-être avec un peu plus d’empathie et de chaleur.

Un roman intéressant dont les doubles intrigues passionneront les lecteurs, même s’ils ne sont pas forcément attirés par l’Histoire et plus particulièrement par la vie de l’Aiglon.

A noter l’amusant jeu de mots du titre.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher patrick weber



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar