Les Sentiers De La Nuit VIDAL167

GILLES VIDAL

Les Sentiers De La Nuit


Aux éditions DU JASMIN


Visitez leur site

449

Lectures depuis
Le vendredi 19 Fevrier 2016

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les sentiers de la nuit

sur
Amazone

fleche
fleche

Gilles VIDAL




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Le lieutenant de police Paul Massat est en poste à Solieu, une sous-préfecture de quarante mille habitants, vers l'Est de la France. Il est le fils de Jules Massat, un auteur de SF très connu n'ayant plus publié depuis quelques années. Peu liant, plutôt introverti, l'écrivain a choisi de s'isoler autant que possible, dans sa maison non loin de Solieu. Après un divorce houleux, Paul Massat s'occupe de temps à autre de son fils Armand. Au commissariat, il ne cherche pas vraiment à briller, ne prenant en main les affaires qu'en l'absence d'autres collègues. Cette fois, c'est le cadavre d'un inconnu qui est découvert dans un squat occupé par trois SDF vaguement dealers. Selon le légiste, il s'agit d'une mort naturelle. Pourtant, il est souhaitable que Paul Massat parvienne à identifier cet homme mûr.

Harry Pitman est Californien, appartenant à un milieu aisé. “Retraité” âgé de trente-et-un ans, il a fait très tôt fortune grâce à une société innovante. Avant de mourir d'un cancer à cinquante-quatre ans, sa mère lui a confié un secret : son père officiel n'est pas son vrai géniteur. Ce qu'a confirmé une analyse ADN. Harry règle les questions financières et passe par la Floride, où vit sa tante Elena. Celle-ci lui confirme que le vrai père d'Harry était un Polonais que sa mère avait connu alors qu'elle résidait en France. Il fut assassiné en 1985, sans qu'on sache la vérité. Le fait que cet Andrzej ait alors été un opposant au régime communiste fut peut-être la raison de ce meurtre. Harry s'envole bientôt pour Paris, où il compte rencontrer la personne chez qui sa mère logea trente ans plus tôt.

Paul Massat identifie l'homme du squat : Louis Boisrond était un notable, cadre dans une banque privée très select. Son épouse Fabienne confirme qu'il n'était absolument pas un consommateur de drogues. Ça explique d'autant moins ce qu'il faisait dans ce squat. Le policier a déjà fait accidentellement la connaissance d'Agathe, la fille de Louis Boisrond. Un brin bordélique dans sa tête et dans sa vie, cette artiste-peintre fantasque est en instance de divorce. Un caractère qui ne déplaît pas à Paul Massat. Agathe témoigne que son père était assez égoïste, avare d'affection. Le policier n'a pas grand mal à retrouver Verdon, un des squatteurs, qui lui donne quelques précisions. Quant à Jules Massat, qui entame un nouveau roman, il se rapproche d'une thérapeute pratiquant l'hypnose.

La quête d'Harry Pitman le conduit jusqu'en Pologne. Il sait désormais que son père était originaire de Skierniewice. À Varsovie, il entre en contact avec la journaliste indépendante Kinga. Pas inutile pour un Américain, qui assimilerait avec difficulté l'esprit polonais. Harry sent, depuis la Floride, une menace diffuse autour de lui. Ayant obtenu quelques infos sur sa famille, il est d'ailleurs agressé. Peut-être des séquelles de l'époque totalitaire, dont on n'a pas forcément fait le deuil dans ce pays. Harry devra revenir en France pour obtenir de nouveaux détails oubliés sur le meurtre de son père…

Le récit comportant deux lignes parallèles, l'histoire d'Harry Pitman et celle se déroulant dans une ville française, on ne doute pas qu'existe un point commun entre ces affaires semblant éloignées. Il s'agit d'une structure classique de roman à suspense, encore faut-il que ce soit bien exploité. C'est là que l'on peut compter sur la solidité d'un auteur tel que Gilles Vidal. D'abord, il est habile pour construire cette double intrigue, sans chercher des effets artificiels ou spectaculaires. On sait que ça aboutit souvent à une lourdeur inutile.

Ensuite, il aborde avec une belle aisance les personnages, à travers de délicieux portraits. On remarquera en particulier celui d'Agathe. Cet élément contribue à l'ambiance, entre sombres énigmes et plaisants sourires. On aura même droit à des visites touristiques de Paris et de Varsovie ; normal pour un Américain sur les traces de ses origines. Enfin, on peut affirmer que Gilles Vidal sait que rien ne remplace la souplesse narrative : c'est avec fluidité qu'il raconte les faits. Certes, le chemin de la vérité n'est pas rectiligne, mais il nous amène malgré tout à destination. Un suspense très réussi, qui captive le lecteur.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Les Sentiers De La Nuit

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Jasmin noir. Parution 11 février 2016. 272 pages. 20,00€.

Sont dans le prolongement des chemins de la journée ?

A la tête depuis quatre ans d'une start-up florissante à Santa Barbara, Harry Pitman a décidé de la revendre et de s'occuper de ses affaires de famille.

Car ce qu'il spéculait, ce que sa mère sur son lit de mort lui avait confié, il vient d'en avoir la confirmation par courrier. Les résultats de l'analyse d'ADN sont catégoriques et irréfutables. Son père n'est pas son père !

Un vieil ami de la famille, Steve Curwood, auquel il se confie, affirme que Doris, la mère d'Harry, ne lui avait jamais parlé d'une incartade quelconque. Pourtant il se doutait de quelque chose, tout comme Harry d'ailleurs, le père se montrant froid et distant à l'encontre de son rejeton présumé.

Harry décide de retrouver son géniteur, s'il vit encore, tout au moins sa trace et son identité. Il rend visite à sa tante qui vit à Miami, de l'autre côté du continent, et celle-ci lui confirme que sa mère s'était confiée à elle. C'était lors d'un séjour à Paris alors qu'elle était déjà fiancée avec Pitman senior. Un amour impossible, bref mais fructueux.

Andrzej, son véritable géniteur, était un Polonais réfugié en France. De Paris il s'était rendu dans un petit village de l'est de la France pour y travailler. Et c'est ainsi que Doris, enceinte de ses œuvres, avait appris par un de ses camarades qu'Andrzej était mort, assassiné. Alors Harry Pitman qui ne compte pas son temps et son argent décide de s'envoler pour la Ville Lumière, muni de l'adresse de la logeuse de sa mère à Paris.

Un voyage qui débute sous de mauvais auspices, car lors de sa dernière nuit à Miami, il est agressé dans sa chambre d'hôtel. Un bristol a été laissé à son attention : Laisse tomber et tais-toi. Une menace que lui confirme une jeune femme sans vouloir lui en dire plus. Après avoir acheté quelques livres de Français afin de se remettre à la page, il téléphone au domicile de la logeuse, et apprend que la vieille dame est en maison de retraite médicalisée. Elle est sujette au mutisme mais possède parfois des éclairs de lucidité. Une photo de Doris pourrait peut-être l'aider à retrouver la mémoire.

A bord de l'avion qui l'emmène, Harry fait connaissance de Quentin, un Français venu rendre visite à son frère et qui rentre au pays natal. Quentin est webmaster pour un journal en ligne. Les deux hommes sympathisent. Harry, ses démarches effectuées avec succès à Paris, part pour la Pologne à la recherche d'Andrzej et grâce à Quentin, il peut se déplacer dans ce pays de l'Est et effectuer des démarches importantes, pour lui, avec l'aide de Kinga, une journaliste locale. Mais apparemment son entreprise de recherches ne plaît pas à tout le monde. Les embuscades ne manquent pas. Les risques de perdre la vie non plus. Mais qui lui en veut et pourquoi ? Ses recherches sur son père contrarieraient-elle un secret d'état ? Ou est-ce autre chose ?

Mais il est temps pour nous de nous rendre à Solieu, petite sous-préfecture des Vosges.

Agathe est trop altruiste, et elle recueille souvent chez elle des éclopés de la vie. Ceux-ci la plupart du temps n'ont aucun respect pour son geste généreux, et sabotent allègrement son réfrigérateur, sa cave, sa maison. Et le mari d'Agathe en a marre et il le dit fermement en claquant la porte et en allant voir ailleurs si l'empathie envers de tierces personnes est une maladie contagieuse.

Alors Agathe décide de se faire réconforter chez une amie et quitte son domicile pour la soirée. Plus longtemps qu'elle le pensait car un chauffard la percute. Paul Massat, inspecteur, pardon lieutenant de police, en colère contre son ex-femme pour des raisons familiales et de garde d'enfant, raisons sur lesquelles je ne m'étendrai pas, Paul Massat donc, ne l'ayant pas aperçue traversant en dehors du passage piéton, l'a carambolée. Pas trop de bobos, mais on ne sait jamais, direction l'hôpital pour quelques examens. Elle se présente, car même amochée légèrement, elle connait les règles du savoir-vivre : Agathe Boisrond, elle a décidé de reprendre son nom de jeune fille.

Paul Massat travaillait auparavant à la brigade des Stups, ailleurs, en banlieue, et une scène de crime, pour lui, c'est une nouveauté. D'autant que le mort auquel il est confronté ne semble pas dans son élément naturel. Il a été retrouvé dans une bicoque hantée par des sans-abris, des revendeurs de drogue, des marginaux, alors qu'il est propre sur lui. Et d'après le médecin légiste, l'homme est décédé de mort naturelle. D'un arrêt du cœur, comme tout le monde, mais sans blessures létales. Seuls objets encore présents dans sa poche, un trousseau de clefs. Avec ça, Massat pense qu'il ne va pas aller loin.

Grâce à l'autopsie et aux implants dentaires, l'identité du défunt peut être enfin connue. Il s'agit d'un nommé Boisrond. La veuve est effondrée. Son mari, gros banquier, avait l'habitude de rentrer tard, les clients à rencontrer, la routine quoi. Seulement d'autres affaires se greffent sur la mort de Boisrond. Tiens, au fait, comme Agathe... Sa fille. Donc d'autres affaires se greffent sur la mort de Boisrond. Des disparitions inexpliquées, dont l'envol d'un perroquet, des disparitions de jeunes filles surtout, et des maîtres-chanteurs dont la partition semble réglée au millimètre. Tout cela fait beaucoup pour Massat qui peu à peu va reconstituer l'écheveau dénoué.

Mais quel est le lien entre le Polonais, père d'Harry Pitman, et la mort de Boisrond. Un lien ténu, un lieu, des vieilles affaires qui se sont déroulées trente ans auparavant.

Lorsque le roman débute, nous voyons un homme qui sort d'un étourdissement, ne se souvenant de rien, allongé près d'un cadavre et d'un couteau. Il est devenu amnésique. Et ce thème de l'amnésie a été traité maintes et maintes fois en littérature policière, de John Franklin Bardin à William Irish, en passant par James Hadley Chase, Mildred Davis, Day Keene, Michel Quint, Don Tracy, Howard Fast... Mais Gilles Vidal le conduit à sa manière, sobrement, puisqu'il s'agit d'un prologue qui prend sa source en 1984, et que cela n'influe pas sur le déroulement du récit, ou si peu. Tout réside dans le final.

Parmi tous les personnages qui défilent dans ce roman, l'un d'eux attire l'attention. Le père de Paul Massat. Jules Massat, auteur réputé de romans de science-fiction, en panne d'écriture pour l'heure, non pas à cause de son ordinateur ou d'un manque de ruban encreur pour une machine à écrire obsolète, mais par la faute d'une inspiration défaillante. Et il possède un secret qui le taraude.

Gilles Vidal mène de front ces deux histoires, ces deux enquêtes, avec un art consommé de l'intrigue, semblant aller de gauche à droite (pas de politique !), maîtrisant ses effets, en avançant doucement mais sûrement dans les dédales du récit concocté efficacement, sans en avoir l'air.

Une invitation au voyage, de la Californie en Floride, de Paris en Pologne, pour se terminer dans une petite ville de province, mais dans le temps également, car comme souvent, toute histoire prend racine dans des événements qui se sont déroulés hier, ou avant-hier.

Gilles Vidal construit ce roman sans effets de manches, mais en homme sachant que tout réside dans la simplicité, l'humanisme, la rigueur, même s'il semble se disperser.

 

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
gilles vidal



A La Gorge

Chaude Alerte

Ciel De Traîne

De Sac Et De Corde

Histoires Vraies à Paris

La Boussole D’einstein

La Fatalité Est La Poésie Du Monde

Le Sang Des Morts

Les Deniers Du Colt

Les Portes De L’ombre

Lesang Des Morts

Maty. Nouvelle Noire

Mémoire Morte

Revival

Sombres Héros

Tu M’envahis Quand Tu T’en Vas

livrenpoche
Chercher gilles vidal



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar