Véronique VERDET235

ISABELLE VERDET

Véronique


Aux éditions FLEUVE NOIR


Visitez leur site

63

Lectures depuis
Le lundi 18 Aout 2020

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Véronique

sur
Amazone

fleche
fleche

Isabelle VERDET




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Femme Viva N°11. Une coproduction Alain Grèzes - Editions Fleuve Noir. Parution octobre 1987. 192 pages.

ISBN : 9782265037038

Dans la douceur angevine, l’ange vint…

Dans le petit village de Montdraypon, sis en Anjou, la tension monte. La propriétaire d’un élevage équin a été assassinée et la rumeur accuse l’un des jeunes résidents de la Merlotte, un centre expérimental de rééducation.

Véronique Lamblin, jeune juge d’instruction de trente-deux ans, est chargée de cette affaire et elle se présente à la gendarmerie du bourg où elle est reçue par l’adjudant Guyomard. L’enquête ne lui sera pas retirée au profit du SRJP et il en est satisfait. Personne pour lui marcher sur les plates-bandes, et il se sent en confiance avec cette juge dont il pressent, malgré le jeune âge, une détermination à conduire à bien l’enquête sans se laisser influencer.

Le maire du village est le premier à accuser Michel Crobert, vingt ans, mais dont le passé chargé ne plaide pas en sa faveur. Les époux Brisson qui dirigent ce Centre expérimental défendent évidemment leurs protégés, quatorze garçons et six filles, qui tous ont eu une enfance difficile et doivent se racheter aux yeux de la société. C’est pour cela que Crobert avait été embauché par Suzanne Vuillaume, quadragénaire avancée, afin de s’occuper des chevaux en compagnie de deux employés en place depuis longtemps et d’une stagiaire.

Suzanne Vuillaume s’était mariée sur le tard, avec un homme plus jeune qu’elle de sept ans, et depuis, elle avait abandonné ses frasques, se concentrant uniquement à soigner ses chevaux et à son mari qui s’occupe également de l’établissement équin.

Crobert est un coupable tout désigné mais pour Véronique Lamblin, il existe des failles dans les accusations. Alors elle reprend les témoignages, organise une reconstitution, contre le maire qui clame haut et fort avoir l’appui du préfet, de député, du procureur, pour fermer la Merlotte. Elle reçoit aussi les confidences et l’appui d’une vieille dame qui connaît bien les habitants du village et leurs antécédents.

Dans un contexte rural, Isabelle Verdet noue et dénoue une intrigue assez simple, et le lecteur rapidement se doute de l’identité du ou de la coupable.

Mais c’est l’atmosphère et l’ambiance qui priment, cette arrogance d’un édile vindicatif qui veut à tout prix se débarrasser d’un centre de rééducation pour adolescents difficiles en marge de la loi.

Toute cette vermine, ça vous a déjà des antécédents : vol, drogue, prostitution ! Ici c’est pas une décharge publique pour que ceux de la ville nous y envoient leurs ordures !

Mais Véronique Lamblin ne se laisse pas démonter, ni influencer. Elle sait se montrer diplomate, rester calme face aux provocateurs, amener les témoins à compléter leurs dépositions, relever les failles et revenir sur de petits faits omis lors de leurs première déclarations. Une femme énergique sachant créer de l’empathie autour d’elle.

Il est précisé que ce texte est l’adaptation d’un roman paru dans la collection Spécial Police, sans autre renseignement. Une indication qui nous a fourvoyé, Pierre Turpin et moi-même dans l’attribution de ce livre à Peter Vanett alias Liane Méry, alias Viviane Syrmen, n’ayant pas eu l’ouvrage sous les yeux afin d’effectuer une comparaison.

Je remercie Olivier Ancel de la Librairie L’Amour du noir de m’avoir fourni ce livre et maintenant je possède une intime conviction quant au nom de l’auteur, mais ceci serait encore à démontrer. Je pense à Giova Selly, auteur dans la dite collection, et qui par la suite a fourni quelques romans pour Alain Grèzes dans la collection Nous Deux qu’il dirigea dans les années 1990. Donc il faudrait piocher dans sa bibliographie, mais d’autres pistes ne sont pas à écarter, même si elles me semblent moins probables, telle que celle de Mario Ropp, pseudonyme derrière lequel se cachait une femme.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher isabelle verdet



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar