laissez tomber la fille de SAN-ANTONIO


Laissez Tomber La Fille SAN-ANTONIO243

SAN-ANTONIO

Laissez Tomber La Fille


Aux éditions POCKET


Visitez leur site

706

Lectures depuis
Le samedi 11 Mai 2013

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
laissez tomber la fille
sur
Amazone


fleche
fleche

 SAN-ANTONIO




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER  

Nous sommes à l'automne 1942. Le commissaire San-Antonio s'est mis en disponibilité, et vit tranquille auprès de sa brave femme de mère, Félicie. Un jour où il s'autorise une virée à Paris, lors d'une alerte dans le métro, il se fait flinguer par un inconnu. Il se réveille au bout de trois semaines, et va rester deux mois hospitalisé. Cette tentative de meurtre lui paraît inexplicable, vu qu'il ne se mêlait de rien en ces temps troublés. San-Antonio sort de l'hôpital peu avant Noël. Dès sa première soirée dehors, il a rendez-vous avec la belle infirmière qui s'est occupée de lui. Il s'agit de séduire la ravissante Gisèle Maudin, car il a trop le sens du devoir pour lui proposer le mariage. Au restaurant de la rue de l'Arcade où ils dînent, San-Antonio capte un curieux message en code morse.

Plus tard dans la soirée, la mort du commissaire est annoncée à la radio. C'est forcément un sosie qui s'est fait descendre. Accompagné de Gisèle, il cause une drôle de surprise en se présentant à ses collègues policiers, chez la victime. Visiblement, le défunt utilisait peu cet appartement, où on ne trouve pas d'indices. San-Antonio élabore son plan pour identifier ce qu'il pense être un gang. C'est un nain qui vient au rendez-vous fixé, chez Gisèle. Agressif et armé, il réussit à fausser compagnie au commissaire convalescent, qui supporte encore mal les coups violents. Dès le lendemain, l'inspecteur principal Guillaume apprend à San-Antonio que Gisèle a été enlevée, bien qu'il lui ait conseillé d'être prudente. Mieux vaut que le commissaire mène une enquête officieuse.

Il s'installe discrètement dans l'appartement de son sosie, un certain Manuel. L'homme qui se pointe n'est autre que son tueur du métro. Il prétend appartenir à une ancienne bande, les Kangourous, censée ne plus exister. Quant à savoir ce qu'ils traficotent avec des ampoules électriques, San-Antonio ne comprend pas vraiment. Le quartier général de ce gang se situe dans une propriété du Vésinet. Lorsque le commissaire y pénètre, la bande est en train de fêter Noël. San-Antonio ne tarde pas à délivrer Gisèle, leur prisonnière. Le nommé Fred dit être le chef de ces truands. Jouant l'astucieux pour obtenir des infos, le policier réalise être en possession de l'invention allemande BZ22. Quand la Gestapo cerne la propriété, San-Antonio et Gisèle parviennent à s'enfuir. Si le commissaire s'échappe en sautant dans la Seine, il sera bientôt confronté aux nazis Karl et Greta, qui lui laissent peu de chances de passer à Londres avec le BZ22. À moins que le destin ou la chance ne donnent un coup de pouce à l'intrépide policier...

Frédéric Dard créa le personnage du commissaire San-Antonio en 1949. C'est aux éditions Jacquier, à Lyon, que fut publié cette année-là “Réglez-lui son compte”. Le premier San-Antonio dans la collection Spécial-Police des éditions Fleuve Noir parut en décembre 1950. Il s'agissait de “Laissez tomber la fille”. Peu d'éléments sont déjà en place dans l'univers de San-Antonio. Mis à part sa mère Félicie, pas de héros secondaires tels que le seront plus tard Le Vieux, Pinaud, ou Bérurier (encore qu'apparaisse un flic costaud aux airs de mammouth). C'est un pur roman d'aventures, où s'enchaînent les rebondissements et les surprises. Personnage courageux et supposé déjà expérimenté, San-Antonio fait face aux situations les plus agitées et dangereuses. On ne risque pas de s'ennuyer à le suivre.

La tonalité langagière n'est pas aussi exubérante que par la suite. Néanmoins, l'écriture montre déjà une très belle vivacité, en témoigne cet extrait : “Jusqu'ici, je suis assez content. Mon grand pif, je le crois fermement, a reniflé une piste. Voyez-vous, bande de pègreleux, le raisonnement est une belle chose pour un flic […] Qu'est-ce que vous feriez à ma place ? Vous braqueriez votre soufflant dans la direction du copain, et vous appuieriez sur la gâchette jusqu'à ce que votre magasin de quincaillerie soit vide. Bien sûr, ce serait le parti le plus sage, mais je ne peux plus me permettre d'être prudent. Si cette crapule est venue dans l'appartement, c'est qu'elle a l'espoir d'y prendre quelque chose. Vraisemblablement, ce que Manuel y avait caché. Mon plan est donc de lui laisser trouver ce quelque chose. Mais, allez vous m'objecter, rouscailleurs comme je vous connais, mais si vous n'avez rien trouvé, vous, pourquoi serait-il plus chanceux ? Eh ben, mes kikis, vous en tenez une couche à ce point épaisse, que si un autobus vous rentrait dedans, il ne vous ferait pas mal...”

Cette quasi-première aventure de San-Antonio s'avérait déjà très réussie. On sait que, dès les années suivantes, les enquêtes de ce héros connaîtront un énorme succès mérité.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Laissez Tomber La Fille

de
L A

L A
1942. La France est occupée et San Antonio, qui n’a l’âme ni d’un résistant ni d’un collaborateur, s’est mis au vert chez Félicie, sa douce et aimée maman. Mais un jour, alors qu’il prend le métro, histoire de s’aérer les poumons, un inconnu lui demande du feu et lui tire dessus à bout portant. Après une hospitalisation de la dernière chance et une douce convalescence à l’ombre de Gisèle, une bienveillante et aimable infirmière, il décide de reprendre du service et de tirer au clair les raisons de sa mésaventure.

Comme à l’accoutumée, l’auteur construit l’intrigue de cet opus autour d’un MacGuffin abracadabrantesque, simple prétexte improbable qui lui permet de laisser libre cours à sa verve aussi imaginative qu’inventive, mais si une certaine retenue accompagne les passages doux, même si des personnages aussi hauts en couleur que Bérurier et Pinaud ne sont pas encore présents.

« — Alors bonjour, petite demoiselle. J'étais en train de me dire que l'aube est un truc épatant, mais vous m'apportez la preuve qu'il y a mieux qu'un lever de soleil.
Je me sens furieusement ballot. Mais le plus grand cul-d'ail de la création ne se fera jamais traiter de chancre mou par une déesse lorsqu'il lui débitera des balivernes de ce genre.
— Flatteur !
Je la regarde d'une façon appuyée. Ses yeux ne se mettent pas sur une voie de garage, alors, je m'offre une tranche de culot grande comme ça !
— Mademoiselle, figurez-vous que ma maman vient toujours m'embrasser au lit le matin de Noël. Ça vous choquerait de la remplacer au pied levé ?
Encore un truc de choix pour amadouer les colombes : le coup du sentimental qui larmoie en parlant de sa vioque !
Elle hésite puis s'approche de mon page. Elle se penche et j'en profite pour glisser un regard de sympathie à ses roberts. Un regard amical qui signifie à bientôt ! Je sens ses lèvres se poser sur ma joue. Ça me fait plus d'effet qu'un cataplasme de farine de lin. Je la saisis par le cou et je lui paie ma tournée. Après un bécot comme ça, elle peut aller sur la terrasse faire des mouvements respiratoires »


Ce « Laissez tomber la fille » édité au 4e trimestre 1950 est le premier opus signé San-Antonio paru dans la collection Spécial Police (éditions Fleuve Noir), pour autant ne marque pas la naissance du personnage puisque en juillet 1949 était paru aux éditions Jacquier « Réglez-lui son compte ! ».

Autres titres de
san-antonio



Allez Donc Faire ça Plus Loin

Baisse La Pression, Tu Me Les Gonfles

Berceuse Pour Bérurier

Bérurier Au Sérail

Des Clientes Pour La Morgue

Des Dragées Sans Baptême

Des Gueules D’enterrement

Descendez-le à La Prochaine

Deuil Express

Du Sirop Pour Les Guêpes

En Avant La Moujik !

Fais Pas Dans Le Porno

J’ai Peur Des Mouches

Le Coup Du Père François

Le Fil à Couper Le Beurre

Le Secret De Polichinelle

Les Prédictions De Nostrabérus

Les Souris Ont La Peau Tendre

Mes Hommages à La Donzelle

Messieurs Les Hommes

Mets Ton Doigt Où J’ai Mon Doigt

Passez-moi La Joconde

San-antonio Chez Les Gones

San-antonio Chez Les Mac

San-antonio Renvoie La Balle

Si, Signore !

Turlute Gratos Les Jours Fériés

T’es Beau, Tu Sais

Une Banane Dans L’oreille

Votez Bérurier

Votez Bérurier !
livrenpoche
Chercher san-antonio



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar