Mort D’un Académicien Sans Tête SCHLESSER445

GILLES SCHLESSER

Mort D’un Académicien Sans Tête


Aux éditions CITY EDITIONS


Visitez leur site

583

Lectures depuis
Le mardi 10 Octobre 2017

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
mort d’un académicien sans tête
sur
Amazone


fleche
fleche

Gilles SCHLESSER




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER  

Paris, juin 2016. Homme mûr, Oxymor Baulay est un journaliste culturel, héritier d’une tradition familiale dans ce domaine. Une question le taraude, concernant son aïeule qui fut proche du poète Robert Desnos. Sans que cela perturbe ses activités actuelles, autour du monde littéraire. Ce jour-là, Oxy a rendez-vous chez Edmond de Rohan-Soubise, éminent membre de l’Académie Française. Bien qu’Immortel, le comte a été assassiné dans son bureau. Macabre mise en scène, le criminel ayant décapité Rohan-Soubise et lacéré une toile du peintre Chaïm Soutine. C’est le policier Bertrand Cathala et son équipe qui vont se charger de l’enquête. Oxymor l’a déjà rencontré dans une affaire de "Mortelles voyelles".

Si cet académicien radin, vivant aux frais de l’Académie, avait dans les soixante-quinze ans, il était marié à une séduisante quadragénaire, Christine. Toutefois, l’écrivain préférait depuis longtemps les jeunes mâles. Ce qui ne manquait pas d’ironie, car cet adepte de la Droite chrétienne ultra affichait des positions hostiles au Mariage pour tous. Sans doute la police devra-t-elle s’intéresser aux amants de Rohan-Soubise. Néanmoins, c’est plutôt la piste terroriste qui serait privilégiée par les autorités. En effet, la victime a récemment publié un livre polémique attaquant la religion musulmane. Et la mort par décapitation ne peut que rappeler les méthodes des barbares se proclamant combattant de l’Islam.

Parmi les suspects, on ne peut laisser de côté Jean Mareuil, auteur de best-sellers qui a eu une altercation publique violente avec l’académicien. D’ailleurs, le soir de sa mort, Rohan-Soubise a bien eu rendez-vous chez lui avec Mareuil. À vrai dire, l’écrivain n’écrivait plus, laissant la rédaction de ses livres à Lazare Assayas, ami d’Oxymor Baulay et admirateur d’Alfred Jarry. Question absurdité, ce drôle de zozo qu’est Lazare ne va pas simplifier les vérifications autour de son alibi. Quant à celui de Mareuil, c’est un classique adultérin. S’il peut faire le buzz une fois encore en étant soupçonné, ça favorisera ses ventes de livres. Selon Lazare, ce meurtre spectaculaire peut aussi bien avoir un rapport avec Soutine.

Le policier Cathala interroge le chauffeur de Rohan-Soubise, dont l’un des rôles principaux consistait à jouer au rabatteur de beaux gays pour l’académicien. Il y en a bientôt un qui fait figure de coupable potentiel, au cas où décapiter sa victime ne l’eût pas dégoûté. Mais les autorités misent sur un autre suspect, un islamiste fiché S qui est arrêté et interrogé. Il a pu vouloir viser un symbole de la France, à travers un membre de l’Académie. Tandis que Cathala persévère dans son enquête, Oxymor mène d’autres recherches, toujours sur les traces du passé et de son aïeule. Des investigations qui vont l’amener jusqu’à Richelieu…

(Extrait) “Après avoir pris connaissance de ses mails, parcouru l’édition numérique du Monde et les dernières investigations de Mediapart, Oxymor se rend dans la salle d’eau, prend une douche rapide. Il allume la petite radio portative, se branche sur Europe1.

-"… On en sait un peu plus sur les circonstances du meurtre de l’académicien Rohan-Soubise, rue Bellini, dans la soirée du vendredi 17 juin. D’après l’autopsie, Edmond de Rohan-Soubise serait mort avant d’être décapité. Du sang et quelques cheveux ont été retrouvés sur l’angle d’une table basse, ce qui donne à penser qu’il se serait assommé en tombant, au cours d’une dispute ou dans le cadre d’une agression. Il aurait ensuite été tiré par les pieds vers le milieu de la pièce, puis décapité à l’aide d’un couteau de sa collection d’armes mayas. Des empreintes multiples ont été relevées sur le manche. La toile que l’assassin a lacérée représente un portrait de femme du peintre russe Soutine. Pour l’instant, aucune revendication ou diffusion de l’exécution sur les réseaux sociaux, signature habituelle en vigueur chez Daech."

Oxymor coupe la radio. Combien de temps va durer ce pilonnage médiatique ?”

Gilles Schlesser a consacré plusieurs romans aux enquêtes du commissaire Louis Gardel, se déroulant dans le Paris artistique de la première moitié du 20e siècle. Des histoires où le policier partage la vedette avec Camille Baulay, puis Paul Baulay, la grand-mère et le père d’Oxymor Baulay. Ce dernier, personnage contemporain, était le héros de “Mortelles voyelles” (Éd.Parigramme, 2010 – Éd.Points, 2012). On le retrouve au cœur d’une intrigue absolument actuelle, puisque se déroulant à la fin du printemps 2016. L’actualité y tient une part certaine, encore qu’Oxymor Baulay avoue qu’il déteste les médias putassiers qui cultivent un voyeurisme malsain en exploitant des drames, tels les attentats.

Certes, le très parisien Oxymor nous soûle quelque peu en détaillant les moindres recoins de sa ville, jusqu’aux lignes de bus, plaques d’immeubles et autres Jardins du Sénat. Bien plus intéressantes sont les anecdotes au sujet des grands artistes d’autrefois qui firent la réputation culturelle de Paris. Belle occasion de se souvenir du peintre Soutine, dont l’œuvre semble empreinte de folie. Évidemment, l’univers littéraire de notre époque est aussi de la partie, dans un grand écart entre les écrivains best-sellers et les Immortels du Quai de Conti. Il paraît même qu’Alain Finkielkraut serait plus aimable et drôle que son image le laisse supposer. Mais il ne figure heureusement pas parmi les suspects.

Les suspenses de Gilles Schlesser possèdent une tonalité qui leur est propre. Le crime et l’énigme y côtoient l’intelligence et le sens artistique. La fantaisie n’est jamais éloignée de plus sombres aspects, non plus. Et si les investigations sont sinueuses, c’est pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Mort D’un Académicien Sans Tête

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Editions City. Parution 23 août 2017. 272 pages.

ISBN : 978-2824610290

Réédition City Poche 6 mars 2019. 7,90€.

Mais pas sans cervelle ?

Prénommé Oxymor, par un père farceur dont le patronyme est Baulay, on ne peut qu’aimer les mots, voire les maux. Oxy est journaliste indépendant travaillant pour plusieurs journaux et magazines, et sous l’impulsion de deux amis, Paul Mistraki qui dirige les éditions Visconti, et Lazare, qui n’est pas un saint, il décide de rédiger des articles consacrés à des membres de l’Académie Française et un ouvrage alphabétique.

Son ami Mistraki lui a fait visionner une émission télévisée, la Grande Librairie pour ne pas la nommer, au cours de laquelle Jean Mareuil, le poulain et la tête de gondole des éditions Visconti, et l’académicien Edmond de Rohan-Soubise, auteur de nombreux ouvrages de références, surtout apologiques de sa propre personne, se sont écharpés.

C’est ainsi qu’il se rend rue Bellini, le bureau de Rohan-Soubise, afin d’obtenir un entretien avec le maître. Maître et demi lorsqu’il le retrouve, adossé tenant entre ses petits bras sa tête encadrée. Il a été décapité à l’aide d’un coutelas malais de collection et la toile signée Soutine dont le cadre servait de support éparpillée en plusieurs lambeaux représentant la femme à l’écharpe blanche.

Le commandant Cathala, chargé de l’enquête en compagnie de ses adjoints qui jouent dans la catégorie deux poids deux mesures, et Oxy se connaissent bien. Cinq ans auparavant ils ont été mêlés à la résolution d’un crime, puis ils ont fraternisé, puis le temps a passé et comme à chaque fois dans ce genre de conditions, ils se sont perdus de vue.

Si Oxy est rapidement écarté des possibles coupables (le mot est adéquat dans ce cas), les prétendants à l’embastillement foisonnent. En premier lieu, Jean Mareuil, qui avait également rendez-vous avec Rohan-Soubise, désirant s’attirer ses bonnes grâces pour son élection à l’académie. Lazare, ami d’Oxy et écrivain fantôme de l’académicien décapité, mais pour lui cela signifierait un manque de rentrée d’argent. Et il ne faut pas oublier les gitons que Rohan-Soubise payait pour satisfaire sa libido. Car, quoique marié à une ravissante femme plus jeune que lui, il recherchait d’autres plaisirs.

C’est ainsi qu’Oxy se retrouve plongé malgré lui, quoiqu’il l’ait cherché, dans une recherche familiale. Car en effectuant ses recherches, indépendamment de Cathala, Oxy découvre des liens que sa grand-mère, fille-mère, a entretenus avec les Surréalistes d’André Breton. Notamment avec Robert Desnos.

Débute alors un retour en arrière, pour Oxy, tandis que Cathala, plus pragmatique se contente de se pencher sur une piste islamique, puis sur des proches de Rohan-Soubise. Notamment Jean Mareuil qui était l’amant de la femme de l’académicien.

Un roman qui oscille entre des pistes contradictoires, et qui s’avère jubilatoire dans sa description des personnages, dans l’ambiance qui règne, et les nombreuses balades et découvertes que l’auteur nous propose à travers d’anecdotes souvent amusantes, érudites et littéraires.

A partir d’une certaine somme, l’argent n’a pas d’odeur.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
gilles schlesser



La Liste Héraclès

La Mort N’a Pas D’amis

Mortel Tabou

Mortelles Voyelles

Sale époque
livrenpoche
Chercher gilles schlesser



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar