Les Risques De L'improvisation SOLERE288

DELPHINE SOLERE

Les Risques De L'improvisation


Aux éditions MICHALON


Visitez leur site

290

Lectures depuis
Le jeudi 3 Juillet 2014

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les risques de l'improvisation

sur
Amazone

fleche
fleche

Delphine SOLERE




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Élysée Gaumont est un saxophoniste parisien quinquagénaire. Le jazz entraînant un mode de vie peu sain, il a été victime d'un AVC. Une convalescence s'imposait. “Le saxophone, pas de problème. Deux mois à patienter tout au plus. Vous savez, le plus dangereux pour un musicien de jazz, ce n'est pas l'instrument, c'est la cigarette et le whisky qui vont avec !” a conclu son médecin. C'est ainsi qu'Élysée Gaumont est parti pour Marseille. Vélo, fruits et légumes, thés amers, tel est le régime qu'il doit respecter. Pendant ce temps, il compose des musiques sur les paroles, assez niaises, d'un futur chanteur. Encore un qui va faire deux disques à la fois, son premier et son dernier. Alors qu'il est monté à vélo jusqu'à Notre-Dame-de-la-Garde, surgit un problème aux conséquences dangereuses.

Une jeune fille blonde n'est pas venue récupérer sa bicyclette, près de la basilique. C'est un vélo coûteux, qui semble appartenir à une Mme Escebarria. Élysée se renseigne auprès de son ami Vauchillon, qui dirige une formation de jazz. Celui-ci connaît effectivement Lopez Escebarria, milliardaire qui s'est enrichi dans la production de poulets, remarié à une jolie Italienne. Un nommé Castagnade contacte Élysée afin de récupérer le vélo de la jeune blonde. Le jazzman a l'occasion de vérifier que ce n'était pas l'épouse d'Escebarria, plutôt sa fille née d'une précédente union. Et que le vélo est bien revenu dans la propriété du milliardaire. Quelques jours plus tard, Élysée apprend par la radio que Lopez Escebarria a trouvé la mort dans des circonstances bizarres.

Élysée fait part de ses soupçons au policier Ceccaldi. Ce qui ne perturbe guère le flic, qui obtient de Castagnade une explication plausible, semble-t-il. Puisqu'il en est ainsi, Élysée préfère rejoindre en Bretagne son amante Déborah, contorsionniste qui va se produire dans un festival à Lorient. Dans le village où elle habite, le voisin producteur de poulets (pour un concurrent d'Escebarria) lui fait visiter ses installations. “Les premières victimes de ce système sont les producteurs eux-mêmes”, Élysée le comprend bien. Spectacles, huîtres et plage à Doëlan, le temps qui passe ferait presque oublier au saxophoniste sa mésaventure marseillaise. Quand Déborah et lui rentrent à Paris, Élysée a l'impression que son appartement a été visité. Une parano qu'il soigne auprès de Déborah.

Vauchillon et ses jazzmen ont un contrat pour jouer sur un yacht à La Ciotat. Peut-être un moyen d'en savoir plus pour Élysée, qui se joint à eux. Une blonde jeune femme parmi les invités sur le yacht, Sandra, attire le saxophoniste chez elle. Évitant le piège in-extremis, Élysée est bientôt rejoint par Déborah à Marseille. C'est probablement dans la basilique qu'ils doivent chercher des réponses. À trop insister sur cette piste, Vauchillon, Déborah et Élysée doivent fuir, se réfugiant à Avignon. Pourtant, des dangers les attendent encore...

Musique et polar sont cousins, issus de mêmes traditions populaires. Des ambiances rock ou jazz accompagnent assez souvent les romans à suspense. Il est donc sympathique et légitime qu'un musicien soit le héros d'un polar. D'autant plus s'agissant d'une comédie policière. Une formule à ne pas galvauder, car placer une intrigue sous le signe de l'humour ne signifie pas qu'elle sera plus futile ou superficielle, voire moins captivante. La tonalité ne joue pas autant sur la noirceur, voilà tout. On notera ici que les titres des chapitres font référence à des morceaux de jazz. Le tempo narratif se doit d'être rythmé : les tribulations du saxophoniste Élysée Gaumont ne manquent évidemment ni de péripéties, ni de mystères.

En plus de l'énigme criminelle, on sourit par exemple des efforts du héros à faire coller des musiques avec les textes de chansons qu'on lui impose. Soulignons encore que c'est un sacré pédaleur, quoi qu'il en dise. Car du Faouët à Lorient ou à Doëlan, il y a quand même une quarantaine de kilomètres dans un décor très vallonné, ardu y compris pour les pros du vélo au célèbre Grand Prix cycliste de Plouay. Si le Morbihan reste une étape calme (mais pluvieuse bien sûr), c'est dans la région marseillaise que se jouent les aspects périlleux de l'affaire. Élysée ne peut guère compter sur la police pour l'aider. Un suspense mouvementé, drôle et fort agréable.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Les Risques De L'improvisation

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

. Parution le 3 juillet. 224 pages. 17,00€.

Improvisation ou pas, seul compte le résultat !

Et dans la vie, contrairement au jazz, l'improvisation n'est pas toujours de mise. Par exemple pour Elysée Gaumont qui pensait qu'en cumulant le jazz (il faut du souffle pour jouer du saxophone !) l'alcool et les femmes, c'était la belle vie. Plus belle la vie même puisqu'il est actuellement à Marseille. Mais les abus ont eu raison de sa santé et s'il grimpe à vélo la côte qui mène à Notre Dame c'est afin de se remettre d'un AVC. Cinq frites, pardon cinq fruits et légumes par jour, de l'eau coupée d'eau, voire du thé vert, et de l'exercice physique, tel est le régime auquel il est astreint. Heureusement le toubib ne lui a pas interdit l'usage du saxo. Aussi direction les calanques marseillaises et un petit boulot alimentaire pour lui occuper l'esprit. Il doit mettre en musique des paroles débiles, enfin c'est ainsi qu'il juge la prose d'un chanteur à la mode, au moins cela va l'occuper et garnir son portefeuille.

Pour l'instant il est en train de peiner à gravir la côte qui conduit à Notre-Dame, et en arrivant c'est totalement essoufflé qu'il s'adresse à une jeune fille qui attend, et semble passablement énervée. Elle lui demande de bien vouloir attacher son vélo avec le sien. Que ne ferait-on pas pour une jolie fille ! Elysée accepte et rendez-vous est pris une demie heure plus tard. Mais au bout de deux heures, personne en vue et Elysée doit redescendre. L'abbé auprès de qui il se renseigne affirme ne pas avoir aperçu la vélocipédiste. Alors il laisse le vélo de son inconnue à la garde de son antivol et redescend plus vite qu'il a monté la côte.

Le lendemain, après avoir composé quelques petites mélodies alimentaires, Elysée grimpe jusqu'à la basilique et le vélo est toujours là. Un peu plus tard, alors qu'il manque d'être écrasé par un grosse cylindrée, une BMW, il se souvient de quelque chose qu'il avait à peine remarquée mais qui possède son importance. Ce n'est pas un biclou que la jeune fille chevauchait, mais un objet coûteux de même marque que l'automobile qui aurait pu se transformer en hosto mobile. En se renseignant auprès des marchands de vélos susceptibles de vendre une monture de prestige, Elysée apprend que seule madame Escebarria en serait la propriétaire. Or à cette époque de l'année cette gente dame est en voyage.

Elysée décide de prendre contact avec son ami Vauch, trompettiste de jazz installé dans la cité phocéenne et l'invite à venir prendre un pot en sa modeste demeure. Juste au moment où quelqu'un se présentant comme le propriétaire de la bicyclette lui téléphone, mais il s'agit d'un certain Castagnède, le père de la fille qui lui a confié l'engin. Bizarre autant qu'étrange pense Elysée. Ce qui ne l'empêche pas de se rendre au parking improvisé, de détacher le cadenas, non sans avoir repéré auparavant une petite plaque portant comme inscription L.E. et probablement une date, de récupérer le petit carton où il avait inscrit son numéro de téléphone et l'affaire est bouclée. Presque.

Elysée narre son aventure à Vauch, et celui lui annonce que justement il doit jouer le samedi pour fêter l'anniversaire de mariage, le troisième ou quelque chose comme ça, d'Escebarria. Le trompettiste lui propose de faire partie de son petit groupe et en avant, Elysée reprend du service. Escebarria est un magnat du poulet élevé en batterie, ce qui ne correspond pas dans ce cas aux drums d'un musicien de jazz. Elysée fait la connaissance d'Escebarria, de sa jeune épouse, mais pas de la fille qui est en vacances, et en fouinant un peu dans une remise, retrouve le vélo à l'origine de cette affaire.

Après avoir effectué un petit voyage à Paris afin que son toubib vérifie sa tuyauterie et retrouvé son amie Déborah, contorsionniste et intermittente du spectacle, et un petit voyage en Bretagne, c'est le retour à Marseille. Escebarria a été retrouvé mort dans son poulailler au milieu de ses poux laids, poulets.

Tout en jouant avec Vauch en diverses occasions, et en prenant du bon temps avec Déborah qui se révèle précieuse, en continuant à griffonner ses notes sur ses partitions pour le chanteur poète, Elysée mène sa petite enquête sous les auspices de Charlie Parker et de Miles Davis.

Sur un ton badin et facétieux, ponctué d'airs de jazz, à ce propos j'ajouterai aux noms des deux musiciens précités celui de Louis Armstrong pour sa faconde plus communicative que Parker et Davis, Delphine Solère nous entraîne entre humour et gravité sur les notes d'une histoire qui n'est pas vraiment improvisée car travaillée. Mais il ne faut pas que les lecteurs imperméables à cette musique aussi bien enjouée que mélancolique ressentent un phénomène de rejet car il ne s'agit que d'une musique d'ambiance.

Au passage on notera une petite visite dans un élevage breton de gallinacés qui ne manque pas de piquant. Et puis, la grande force de ce roman, ou plutôt de l'auteur, Delphine Solère, c'est de jouer avec les mots et d'enfiler les métaphores comme un joueur de jazz professionnel (et talentueux) enchaîne les standards sans partition. Et je vous propose même quelques perles, histoire de vous appâter:

Le regard de ce mec était aussi franc que la parole d'un militaire français en Angola.

Je suis ressorti de l'hosto plus remonté qu'un patron du CAC40 à qui on retire ses tickets restaurant.

J'ai ouvert la porte, énervé, mais avec la prudence d'un Arabe invité à une fête du Front National.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher delphine solere



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar