Le Ventoux Pour Témoin REUMONT198

ROBERT REUMONT

Le Ventoux Pour Témoin


Aux éditions PAVILLON NOIR


Visitez leur site

233

Lectures depuis
Le mercredi 31 Mai 2017

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le ventoux pour témoin

sur
Amazone

fleche
fleche

Robert REUMONT




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Le commissaire Placide Boistôt est un policier de l’OENO, l’Office Nationale des Enquêtes Œnologiques, brigade basée à Chinon. Il a pour adjoint Joseph Marnay, garçon qui a bon cœur mais qui se montre parfois gaffeur, surtout quand il entreprend quelque bricolage. Celle que l’on remarque le plus auprès de Boistôt, c’est Wyvine. Totalement décomplexée, cette collaboratrice du policier s’affiche toujours dans des tenues ultra-légères. Ce qui n’est pas sans provoquer le regard des hommes, et la jalousie de nombreuses femmes. Un trio qui s’accorde parfaitement, car ce sont tous trois des "bons vivants", appréciant les vins et la cuisine de terroir. Il s’agit également d’enquêteurs diplomates et psychologues, donc fort efficaces. Mais si une situation se dégrade, ils peuvent s’avérer percutants.

C’est dans le Vaucluse que les entraîne un curieux meurtre. On a retrouvé le cadavre de Bruno Moustiès, vingt-et-un ans, dans un endroit isolé sur les pentes du mont Ventoux. Ce fils d’un couple de viticulteurs aisés a été massacré par son assassin. On peut s’interroger sur l’endroit où le corps a été déposé, près du Mur de la Peste. Récemment réhabilité, ce mur historique constitua une forme de frontière. Toutefois, les habitants de la région ne semblent guère s’intéresser à ce site. Le commissaire Roustagnou, un pur provençal, est chargé de l’affaire. Avec son adjointe, la froide lieutenante Cessidia Guivrini, ils n’ont pas vraiment avancé depuis le crime. Quant aux parents Moustiès, à l’attitude hautaine, ils évoquent bien des rivalités entre viticulteurs, mais apparaissent plutôt insensibles.

La principale piste se situe-t-elle du côté de Faïqa Khafi, la petite amie de Bruno ? La famille marocaine de la jeune femme vit à Carpentras. Le commissaire Boistôt et Wyvine tentent de modérer les tensions de la part des Khafi. Le plus jeune joue au rebelle ; l’aîné tient un garage automobile qui n’est finalement pas si suspect ; les parents sont méfiants, se sachant en position d’accusés. Faïqa témoigne de sa rencontre avec Bruno, lors d’un match de football à Marseille. Coup de foudre dans un contexte houleux, des supporters néo-nazis semant la violence en marge du match. Les policiers rencontrent aussi Brice Chamas et sa sœur Monique, anciens amis de Bruno. Sa relation avec la jeune marocaine est-elle cause de la rupture de leur relation, ou bien est-ce plus idéologique encore ?

Si ses parents sont avides de fortune, Bruno était un jeune homme assez cultivé. Il le devait à M.Arouet, un professeur de français qui l’initia à la lecture d’ouvrages édifiants sur la tolérance. Installés chez la belle quadragénaire Marina, tendre amie de Boistôt, au caractère aimable mais affirmé, le trio d’enquêteurs persévère pour trouver les clés – en partie littéraires – de cette affaire…

(Extrait) “— Un jour, j’ai demandé à Bruno s’il avait honte de me présenter à ses anciens amis. Ma question l’a embarrassé. Rien qu’à son air triste, j’ai compris pourtant que ce n’était pas cela la raison. Il a réfléchi et a murmuré : "Ce serait plutôt le contraire". Il n’a jamais voulu m’en dire plus. Il a juste répété, très grave : "La dernière phrase…" Bruno, je pense l’avoir déjà dit, cultivait ces petites phrases sibyllines. Il était parfois bizarre, déroutant. Au début, il ne prétendait pas que je monte dans sa chambre, même pour prendre un CD ou un livre. Si j’insistais, il s’énervait, lui qui gardait toujours son calme et était si paisible, si aimable.”

Dans la collection Pavillon Noir, la série "In Vino Veritas" de Robert Reumont se compose d’une demie-douzaine de romans. L’ensemble de ces polars met en scène un singulier trio de policiers. Pour la plupart, il s’agit de rééditions. Par exemple, “Le Ventoux pour témoin” est le titre actuel de “La ligne de malédiction”, paru naguère chez un autre éditeur plus confidentiel. Publiées aujourd’hui sous forme de série, et mieux diffusées, ces intrigues se basent sur un esprit épicurien, et mettent en valeur certains aspects du patrimoine de nos régions françaises, le vin et la gastronomie y étant évidemment présents.

Les investigations de Placide Boistôt, Wyvine et Joseph, les amènent sous le soleil de cette Provence "où il fait bon vivre", selon le slogan habituel. Tel le commissaire Roustagnou, on préfère ici la sieste et l’apéro aux contraintes professionnelles. On laisse les interrogatoires et autres recherches historiques aux collègues venus d’ailleurs. On "s’esse-prime avé l’accent chantant" de la région. Toutefois, il est utile de se souvenir que, pour une partie de la population, "le respect de l’autre" n’est pas leur vertu principale, que ceux-là ne cachent guère leur xénophobie. Même s’il ne faut pas généraliser, bien sûr.

La tonalité est à la comédie policière, comme l’indique cette description: “Wyvine en mini-jupe, mini-top, maxi-charme, moi avec mon air débonnaire et ma bouille de joyeux épicurien, nous ne formons pas un duo conforme à l’image que les gens se font de la police.” Ce qui n’interdit pas, vue la nature pacifique et ouverte des héros, de passer un message humaniste. Un polar très sympathique.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher robert reumont



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar