Brutal Beach QUIVY40

VINCENT QUIVY

Brutal Beach


Aux éditions WARTBERG


Visitez leur site

309

Lectures depuis
Le mercredi 28 Avril 2016

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Brutal beach

sur
Amazone

fleche
fleche

Vincent QUIVY




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Bix éprouve autant d'attirance que de rejet envers Toulon et ses environs. Ça remonte à sa jeunesse, à l'époque où il pratiquait le surf avec son défunt frère aîné Tim. Bix n'ayant pas ménagé ses efforts, il était alors un pianiste virtuose, récompensé par plusieurs prix du Conservatoire. Toutefois, c'est la complexité de son parcours qui explique son rapport ambigu avec cette région. Durant une période, Bix fréquenta trop les bars, le Honkiki et surtout l’Éden. De l'abus d'alcool à la toxicomanie, il sombra vite. Il parvint à rebondir, à reprendre des études, après avoir rencontré Léo Leck. Un curieux flic, à la carrière plutôt sinueuse, un baroudeur ayant appartenu à des services secrets fort peu officiels. C'est lui qui guida Bix sur les dossiers, oubliés du grand public, des anciens de l'OAS. Il les traquait depuis des décennies, malgré l'amnistie qui assurait l'impunité à la plupart d'entre eux.

Bix est conscient d'être devenu "l'héritier" du combat de Leck, aujourd'hui décédé. Celui qu'il visait en particulier, c'était le Chef d'Orchestre. Connu sous diverses identités, cet activiste dirigea un petit groupe de fanatiques, et fut responsable d'attentats à Alger, pour l'OAS. Pendant plus de cinquante ans, cet homme a vécu depuis dans la clandestinité. Non sans l'aide d'anciens amis, dont son comparse Sartori. Ce dernier a longtemps évolué en eaux troubles, sans doute dans une semi-illégalité mercenaire, avant de s'établir à Toulon. Comme un certain nombre d'anciens de l'OAS, le poids militaire pesant sur la ville leur convenant peut-être. Du moins, c'est ce que ressentit Bix lorsqu'il en rencontra quelques-uns, en vue de l'écriture d'un livre à leur sujet. Il n'existe pas tant d'ouvrages consacrés à l'OAS : celui de Bix est ainsi devenu une sorte de référence.

Bix fut pendant un temps le compagnon de Pia, la fille du "vieux facho" Sartori. La jeune femme habitait la Villa Mansfield, en référence à l'écrivaine Katherine Mansfield (1888-1923). Pia refusait de réfléchir au passé nébuleux de son père, même si elle ne doutait pas qu'il eût des choses à cacher. D'ailleurs, elle ne gardait en mémoire que peu d'images de lui au temps de sa propre enfance. L'obsession de Bix sur l'OAS agaçait quelque peu Pia. Récemment encore, quand il fut menacé dans un bus par un vieux type armé, elle pensa que Bix virait parano. Pourtant, les sphères de l'OAS existent toujours. La preuve : un des leurs vient d'être assassiné à Toulon. Qu'il se soit fait appeler Ralf, Vial ou Merrain-Lérac, les policiers n'ont pas tardé à imaginer ses liens avec l'Organisation d'autrefois. Ils font appel à Bix comme consultant, puisqu'il est un expert reconnu sur la question.

Ce retour à Toulon, est-ce l'occasion de renouer avec ses parents, qui y vivent toujours ? Bix leur en veut d'avoir occulté une partie de leur passé d'avant sa naissance. Quant à Pia, pas sûr qu'il soit le bienvenu chez elle. D'autant moins, que le suspect n°1 du meurtre n'est autre que Sartori, son père. Nettoyée de toutes empreintes, l'arme du crime retrouvée sur les lieux lui appartient. Imprécision qui ne correspond guère à un type aussi chevronné. Règlement de comptes entre anciens de l'OAS ? Une version qui conviendrait à la police, sachant que la population ne s'intéresse plus à ces vieilles affaires-là…

Bien qu'il s'agisse d'une fiction, ce roman noir s'inspire de la réalité, et s'inscrit dans une tradition du polar documentaire. Néanmoins, l'auteur ne commet pas l'erreur de remâcher des faits historiques. On peut consulter çà et là assez d'archives, dont le discours du Général de Gaule du 23 avril 1961 évoquant “Un pouvoir insurrectionnel [qui] s'est établi en Algérie par un pronunciamiento militaire […] Ce pouvoir a une apparence : un quarteron de généraux en retraite. Il a une réalité : un groupe d'officiers, partisans, ambitieux et fanatiques…” En abordant ce thème, Vincent Quivy nous rappelle à juste titre que, au cœur de ces évènements en apparence si lointains, se trouvaient des terroristes de l'OAS qui ne sont qu'octogénaires aujourd'hui. Amnistiés, beaucoup ont cultivé au sein d'un parti politique les idéaux fascisants qui étaient déjà les leurs à l'époque.

Ce roman dessine avant tout le trajet personnel de Bix. Par facilité, il est courant de renier le passé, d'ignorer volontairement (c'est le cas de son amie Pia) les traces sales d'hier. Nul n'est issu d'une "génération spontanée", pourtant. Et gommer ce qui nous dérange, c'est une lâcheté. À l'inverse, des réminiscences tourmentent Bix. Est-il investi d'une mission ? Pas exactement : ça, c'était le cas de son mentor Léo Leck. Mais penser que des tueurs de civils aient vécu des décennies dans une paisible clandestinité, narguant les autorités, c'est mal supportable pour Bix. Jouant avec la chronologie, baignant dans une ambiance sombre, voilà une intrigue dense très convaincante.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher vincent quivy



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar