Tout Doit Disparaître POUY236

JEAN-BERNARD POUY

Tout Doit Disparaître


Aux éditions SERIE NOIRE


Visitez leur site

464

Lectures depuis
Le samedi 21 Mars 2015

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Tout doit disparaître

sur
Amazone

fleche
fleche

Jean-bernard POUY




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Préface de Caryl Ferey. Parution 5 mars 2015. 720 pages. 24,50€.

Bientôt en Pléiade ?

Regroupant cinq romans de Jean-Bernard Pouy parus dans les années 1980, ce fort volume serait-il le premier d'une nouvelle forme éditoriale de la Série Noire, un peu dans la mouvance des éditions Omnibus ou de la collection Bouquins chez Robert Laffont ?

Pourquoi pas, une première tentative de proposer plusieurs titres d'un même auteur sous le nom de Bibliothèque Noire ayant été abordée entre 1988 et 1992. Ces ouvrages étaient consacrés à des auteurs phares de la collection Série Noire, Chester Himes, David Goodis, Raymond Chandler, James Hadley Chase, Dashiell Hammett, Jim Thompson ou encore Jérôme Charyn. Et Pouy représente ce renouveau de roman noir "militant" français tout comme Thierry Jonquet et quelques autres.

Avec ce recueil consacré à Jean-Bernard Pouy - espérons donc qu'il y aura d'autres élus - nous découvrons l'auteur qui dès ses débuts frappait fort et faisait une entrée fracassante à la Série Noire, pour ce qui n'était que les débuts d'un romancier franc-tireur qui n'hésitait pas, et le fait encore, à fournir des romans ou recueils de nouvelles à de jeunes éditeurs afin de les aider à s'imposer, mais ne furent pas toujours des entreprises qui furent suivies d'une véritable consécration.

Cinq romans donc qui ont pour titre :

Nous avons brûlé une sainte (Série Noire N° 1968. Juillet 1984).

La pêche aux anges (Série Noire N° 2042. Février 1986)

L'homme à l'oreille croquée (Série Noire N°2098. Mai 1987)

Le cinéma de papa (Série Noire N°2199. Octobre 1989)

RN 86 (Série Noire N°2377. Mars 1995. Réédition des éditions Clô - 1992)

Afin de ne pas vous infliger cinq résumés j'ai décidé de présenter uniquement celui que je préfère, en toute objectivité cela va de soi : Le cinéma de papa

Alors qu'il travaille pour le compte de l'Alliance Française, au Brésil, Bertrand Bernat apprend que sa mère vient de mourir. Elle est même enterrée.

Tant pis, il bazarde toutes ses affaires et revient en France pour se recueillir sur la tombe encore fraîche et effectuer un pèlerinage dans la maison familiale.

Selon la police sa mère a été assassinée par des voleurs qui se sont contentés d'un service de table en argent. Mise en scène oui !

C'était bien autre chose que les voleurs désiraient. Un négatif de film 16mm, un vieux film au nitrate appartenant à son père, décédé depuis de longues années, a disparu. Son père qui était collectionneur et gardait des archives cinématographiques au grenier. Un film qui a été dérobé pour sa valeur intrinsèque par un amateur peu scrupuleux, ou pour ce qui figurait sur la pellicule ?

D'abord il faudrait savoir à quoi correspondait ce film et s'il peut servir à un chantage ou dissimuler des preuves compromettantes. Bernard se lance tête baissée dans la mêlée avec pour toute arme une malika, canne basque de bois dur qui lorsqu'on la dévisse s'avère être une arme redoutable et acérée.

Un véritable retour aux sources, à la recherches d'indices, en fouillant la passé trouble de son père dans une époque non moins trouble, les années qui ont précédé la deuxième guerre mondiale.

Ce roman est empreint de tendresse bourrue et la conclusion, le final, un peu faible peut-être, est moins important que l'atmosphère de cette histoire. Un tourbillon, un maelström qui emmène le lecteur du Brésil à Belle-Île via Paris et la Corse.

Après s'être fait l'apologue dans ses premiers romans du philosophe Wittgenstein, Jean-Bernard Pouy place son récit sous les doubles parrainages de Biga, poète obscur et obscur poète, ainsi que, plus inattendu, de l'auteur de Voyage dans les Cévennes avec un âne, Robert Louis Stevenson. Et comme tendresse n'exclut pas facétie, Jean-Bernard Pouy conclut en un énorme pied de nez.

Monsieur Gallimard vous incite à faire une cure de Pouy, car cela ne nuit pas grave à la santé ! Il est même conseillé d'en user et en abuser !

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/


Une autre lecture du

Tout Doit Disparaître

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

À l'occasion des 70 ans de la Série Noire, cette collection réédite en un seul volume cinq titres de Jean-Bernard Pouy : Nous avons brûlé une sainte (1984) - La pêche aux anges (1986) - L'homme à l'oreille croquée (1987) - Le cinéma de papa (1989) - RN 86 (1992).

Deux exemples des intrigues de J.B.Pouy :

L'homme à l'oreille croquée : Dans le train qu’il emprunte de Nantes à La Rochelle, Marcel (15 ans et demi) rentre de vacances scolaires. Un grave accident se produit. Marcel reste bloqué plusieurs heures sous des tonnes de tôle. Il n’est pas seul : Marie-Claude, une jolie jeune femme, est bloquée avec lui, tout contre lui. En attendant les secours, il broie du noir. Ils sont finalement sauvés. Retour au collège, puis nouvelles vacances chez son copain Eric. Il est contacté par un type patibulaire, qui lui parle d’Arlette (le vrai prénom de Marie-Claude). Si elle est encore vivante, Marcel doit la retrouver, la prévenir du danger. Et c'est parti pour un pénible périple vers le Centre-Bretagne, ou elle se cache...

RN 86 : Léonard ignore pourquoi son épouse Lucie avait tant changé depuis son retour d’un stage dans le Gard. Il ne comprend pas pourquoi elle s’est suicidée. Il se rend dans la région de Nîmes, s’arrête à Remoulins, sur la R.N.86. Non loin du fameux Pont du Gard, dont Lucie lui avait adressé une carte postale. Il lui semble que cet ouvrage majestueux est lié à la mort de sa femme. La gendarmerie, trop occupée à l’époque, n’a aucun motif de se souvenir de « l’accident » de Lucie. Ses amis de stages non plus ne renseignent guère Léonard. Vague piste, d’un blond nordique, vu avec elle. Le hasard conduit Léonard dans un luxueux hôtel de Castillon. Il y rencontre un écrivain original. Celui-ci se souvient de Lucie et de son amant…

Dans une interview pour L'Express du 5 mars 2015, Jean-Bernard Pouy répond qu'il n'a d'autre ambition que de raconter des histoires. À la question d'Eric Libiot : “Aujourd'hui, les frontières entre littératures "noire" et "blanche" semblent davantage poreuses ?”, J.B.Pouy répond : “[…] Le roman noir, lui, parce qu'il est militant, résiste à cette porosité. C'est la différence entre un auteur et un écrivain. Entre un type qui joue dans l'équipe de Mantes-la-Jolie et celui qui veut signer au PSG. Un écrivain se prend pour un écrivain, un auteur publie des romans. Je suis auteur. Un écrivain a un chat et écoute Mozart. Moi, du punk. Je suis un papier gras collé à la chaussure de James Joyce. Les écrivains peuvent se comparer à lui, je peux juste envisager d'écrire un roman aussi bon qu'un polar de Chandler. Cela ne m'est pas encore arrivé mais c'est possible.”

Voilà plus de trente ans que Jean-Bernard Pouy tutoie le polar. Ainsi que les lecteurs dans les festivals, sans hypocrisie, considérant que les amateurs de polars ne forment qu'une seule et même famille. J.B.Pouy est direct, cash, “à prendre ou à laisser”. Vous ne l'avez pas vu depuis six mois, un an ? Qu'importe, il s'adresse à vous comme si vous vous étiez quittés la veille. Vous débutez une conversation ? Il embraie sur une anecdote piquante, emprunte un jeu de mot à son ami Patrice Delbourg non sans le citer, conseille la lecture d'un auteur, ou évoque un projet qui verra ou non le jour. Si vous le croisez de temps à autre, il y a des chances qu'il vous adopte. C'est ainsi que grandit depuis trois décennies le cercle familial polardeux de Pouy.

Il n'est pas de ceux qui considèrent comme “sacré” ce qu'il écrit, romans ou nouvelles. Il ne vient pas vendre son dernier ouvrage, ni argumenter sur celui parmi ses livres qui surpasseraient les autres. Ça vous plaît, ses bouquins ? C'est tant mieux. Sinon, vous avez le choix dans tout ce qui est publié. Vous préférez lire d'autres polars, soyez certains qu'il ne s'en formalisera pas. Néanmoins, avec “Tout doit disparaître”, les lecteurs pourront redécouvrir quelques-uns des savoureux premiers titres de J.B.Pouy.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
jean-bernard pouy



Blonde(s)

Calibre 16 Mm

Calibre 16mm

Ce Crétin De Stendhal

Cinq Bières, Deux Rhums

Cinq Nazes

Colère Du Présent

En Haut Dumas

Feuque !

Holiday

La Belle De Fontenay

La Clé Des Mensonges

La Récup'

La Vie Payenne

Le Casse-pipe Intérieur

Le Petit Bluff De L'alcootest

Les Compagnons Du Veau D'or

Ma Zad

Revue “temps Noir” N°19

Rosbif Saignant

Samedi 14

Suzanne Et Les Ringards

Une Brève Histoire Du Roman Noir

livrenpoche
Chercher jean-bernard pouy



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar