Le Dernier Homme PIACENTINI352

ELENA PIACENTINI

Le Dernier Homme


Aux éditions IN8


Visitez leur site

133

Lectures depuis
Le mardi 30 Janvier 2018

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le dernier homme

sur
Amazone

fleche
fleche

Elena PIACENTINI




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Ce hameau presque mort, ces quelques maisons vides, ça fait une trentaine d’années que Horace les connaît. Jeune instituteur, il enseigna dans une classe unique qui accueillait une douzaine d’enfants venant des villages environnants. À l’époque, il remarqua deux frères très dissemblables parmi les élèves. Séverin, un gamin taciturne et rêveur, était l’opposé de son cadet de deux ans, Antoine, extraverti et volubile. Les frères Cafani.

L’enseignant s’est voulu lucide : “Certains ont déclaré que la vie les avait séparés. Ils ont tout faux, ils confondent l’effet et la cause. À la naissance, les frères étaient antipodes, la logique voulait qu’ils suivent des trajectoires opposées. Antoine a quitté le hameau à sa majorité et a ouvert un bar sur la côte. Séverin est resté. Ce n’était pas un choix par défaut, mais une vocation et une affinité qu’il portait en lui depuis l’enfance. Il était de ce royaume, fait par lui et pour lui. En osmose avec la plus infimes de ses composantes. Ce qui pousse dans la terre, y marche, s’y cache, s’en nourrit. Ce qui dépend du bon vouloir du ciel et de l’horloge des saisons. La vie de Séverin était là. Le bruit, les espaces confinés, les lumières artificielles, il en aurait crevé.”

À l’heure de la retraite, Horace est venu s’installer dans une des maisons de ce hameau fantomatique. Le cas de Séverin l’intéressait toujours, trois décennies plus tard, pour son caractère anthropologique. Observer cet endroit moribond, prendre des notes, en restant neutre ? C’est évidemment impossible en un lieu où ne vivent que peu de personnes. Il est indéniable que Horace ait éprouvé une sorte d’empathie pour Séverin, même s’il ne se l’avouait pas. “Oui, je croyais maîtriser mon "sujet" sur le bout des doigts et je n’ai pourtant rien vu venir.” Les hameaux isolés et les vieilles rancœurs sont propices aux plus terribles drames. Le diable a ses raisons…

Parmi les auteurs, il y a ceux qui savent très bien raconter une histoire, sur une intrigue sans défaut, offrant aux lecteurs un résultat de belle qualité. Il en est d’autres qui, quel que soit le format du texte, y ajoutent une tonalité particulière. Dans ce cas, une nouvelle ressemble un peu à une confidence en tête-à-tête avec celle ou celui qui va l’écouter. Il se crée une intimité permettant de comprendre la nature profonde des personnages et de leurs actes. Aussi pacifique soit-il, l’être humain est parfois confronté à la violence, et doit y répondre. Ne jugez pas cette affaire avant d’avoir tous les éléments en main, tel semble être le message que nous livre ici Elena Piacentini.

Avec huit romans et un scénario écrits en dix ans, cette romancière fait déjà partie des valeurs sûres de la littérature polar. Elle est aussi l’auteure de quelques nouvelles, où son talent apparaît tout autant. “Le dernier homme” en témoigne, confirmant – s’il en était besoin – qu’Elena Piacentini est une reine de l’écriture et du suspense.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
elena piacentini



Carrières Noires

Comme De Longs échos

Des Forêts Et Des âmes

Double Casquette

Le Cimetière Des Chimères

Un Corse à Lille

Vendetta Chez Les Chtis

livrenpoche
Chercher elena piacentini



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar