Les Cas$es Du Siècle PATRICK205

CAUJOLLE PATRICK

Les Cas$es Du Siècle


Aux éditions LE PAPILLON ROUGE EDITEUR

274

Lectures depuis
Le samedi 7 Juin 2014

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les cas$es du siècle

sur
Amazone

fleche
fleche

Caujolle PATRICK




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Sur la palette des crimes, certains attirent plus l'attention des romanciers, des cinéastes et des journalistes que d'autres. Il s'agit de ces fameux casses réalisés en souplesse, sans effusion de sang, sans victimes collatérales. Presque comme auraient pu en perpétrer des personnages de légendes ou de fictions, Robin des Bois ou Arsène Lupin par exemple.

L'homme de la rue prend plaisir à lire les exploits de ces truands qui opèrent au grand jour ou presque, à découvrir leur imagination pour s'approprier le bien d'une administration, d'une société, d'une banque, d'un riche particulier sans que cela influe sur sa vie quotidienne. Il applaudirait presque à ce défi réalisé avec virtuosité et audace car cela ne l'atteint pas dans sa vie privée et se pose même parfois comme une revanche inconsciente envers des établissements publics ou privés qu'il déteste cordialement.

D'ailleurs, Luciano Di Maria, du gang dit des Salopettes bleues, déclarera trente ans après le braquage d'une camionnette blindée à Milan en 1958 : J'ai commencé à voler parce que j'avais faim, et je volais n'importe quoi. Quand on braquait, on avait fait une question d'honneur de ne pas tirer sur les gens. Mais ce braquage a fait grand bruit parce qu'il a été commis comme une action de guerre. Et le peuple était content car dans sa grande majorité, il n'a jamais éprouvé de sympathie pour les banques.

C'est bien ce principe, éviter les effusions de sang, qui a prédominé dans la plupart de ces casses du siècle. Que ce soit pour des motivations personnelles, l'enrichissement rapide de quelques individus, ou plus rarement dans le but d'aider des compatriotes.

Ainsi le 26 juillet 1944, en la gare de Neuvic, petite cité périgourdine, un tortillard transportant des milliards de francs encombrant les caves de la Banque de France de Périgueux et qui doit rejoindre Bordeaux est attaqué par des Résistants. L'information a été communiquée au préfet du maquis par un préfet... vichyssois. L'opération est menée rondement sans qu'une goutte de sang soit versée. Une partie de cet argent a été attribuée à des organisations de Résistance, servant aussi à la libération de Résistants emprisonnés dont André Malraux, un petit reliquat de ce butin reversé au Trésor Public, le reste s'est dissout dans la nature. Des hypothèses ont été avancées mais aucune preuve ne viendra les étayer.

Pour réaliser ces braquages, il faut du temps afin de les préparer soigneusement, reconnaître le terrain, attirer quelques complices fiables, soudoyer des ouvriers de l'entreprise visée, et une fois que le forfait est réalisé, il faut encore plus de patience afin de pouvoir jouir de l'argent dérobé.

Par exemple dans Mardi Gras à Boston : le 17 janvier 1950 exactement, c'est un entrepôt de la Brinks qui attire la convoitise. Sept silhouettes de Carnaval attifées de masques blancs, de casquettes de marins et de vareuses s'introduisent dans les locaux et les employés sont rapidement réduits dans l'impossibilité de réagir. Si tout se déroule sans encombre, des soupçons pèsent toutefois sur quelques individus mais leurs alibis sont en béton. Les membres du groupe ont passé un pacte, ne pas toucher à l'argent avant que le délai d'action pénal soit achevé. Six ans d'attente. Les années passent, les hommes du FBI enquêtent sans relâche, et il faudra que deux des cambrioleurs soient dans la dèche, sans qu'une aide financière leur soit prodiguée de la part de leurs compagnons qui va accélérer le processus. Et quelques semaines avant la date fatidique de prescription, l'un des malfrats craque et le 12 janvier 1956, soit cinq jours avant cette date limite, le FBI lance un vaste coup de filet. 2.700.000 $ avaient été dérobés, 58.000 $ seront récupérés, mais les frais d'enquête et de procédure s'élèvent pour l'Etat à 29.000.000 $. 29 millions de dollars !

Certaines affaires malheureusement se déroulent dans le drame, comme celle de Teikoku Bank, dans laquelle un Japonais déguisé en médecin n'hésite pas à administrer dans des tasses de thé un poison fatal à une vingtaine d'employés de banque afin de rafler le magot. Ceci se passait en 1948. De même dans l'affaire dite des Sept mercenaires de la Lufthansa, l'un des membres préfère prendre du bon temps avant de conduire la camionnette qui a servi au braquage dans une casse pour y être compactée. Erreur funeste car le responsable du vol va décider de se débarrasser de ses comparses.

Vingt six casses sont ainsi recensés, de la forteresse de Fortaleza au Brésil jusqu'au Japon en passant par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Belgique et ses diamantaires, et naturellement en France. Certaines de ces histoires qui ont défrayé la chronique sont encore présentes dans toutes les mémoires, enfin je le suppose, comme celle de Toni Musulin, le convoyeur de fonds à Lyon qui a dérobé le contenu de sa fourgon en 2009, celle de la Poste centrale de Strasbourg en 1971, celle du vol des Picasso en 1975 lors d'une exposition au Palais des Papes à Avignon, celle du braquage du Carlton en 2013, celle de l'attaque du train postal Glasgow-Londres le 8 août 1963 avec comme vedettes principales Ronald Biggs et Bruce Reynolds. Bien d'autres sont tombées dans les oubliettes de nos souvenirs, soit parce que nous étions trop jeunes pour en avoir entendu parler soit parce qu'elles n'ont pas eu un retentissement médiatique.

Patrick Caujolle relate avec verve certaines de ces affaires, en seulement quelques pages, et certaines d'entre elles demanderaient un développement plus conséquent. Pour d'autres il s'attarde plus volontiers sur le devenir des braqueurs que sur le déroulement mais cela demandait bien un petit coup de projecteur. Il aurait peut-être mieux valu choisir moins d'exemples pour mieux les mettre en valeur et les présenter en deux volumes. Toutefois, malgré son statut de policier, il relate avec une certaine neutralité toutes ces histoires, en ne forçant pas le trait sur le comportement des criminels, ni sur l'action des enquêteurs.

A cela il faut ajouter une copieuse iconographie, ce qui est toujours le petit plus pour mettre en valeur un texte.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher caujolle patrick



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar