Le Silence Des Canaux MONFILS501

NADINE MONFILS

Le Silence Des Canaux


Aux éditions POCKET


Visitez leur site

723

Lectures depuis
Le mercredi 17 Novembre 2016

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le silence des canaux

sur
Amazone

fleche
fleche

Nadine MONFILS




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

C’est à Montmartre que se situe l’univers du commissaire Léon. C’est là qu’il habite, avec sa envahissante mère Ginette. Plus Belge qu’elle, ça n’existe pas. Plus intrusive dans la vie de son fiston Léon, c’est pas imaginable. Il y a aussi le chien du commissaire, Babelutte. À peu près inutile, car sans le moindre flair. Toujours prêt à fuguer, dès que ses instincts sexuels se réveillent. Le QG de Léon, c’est Le Colibri, le bistrot de Jeannot (pas loin du Lux Bar, cher au regretté Bernard Dimey). La fine fleur de la faune montmartroise y est ancrée quasiment du matin au soir. Il paraît même qu’on y croise parfois des auteurs de polars, Thierry C. ou Mouloud A. Et puis, il y a le commissariat où Léon tricote en cachette de ses adjoints, pour s’empêcher de fumer. Nina Tchitchi, Pinchon et Bornéo, voilà une équipe de policiers hors norme qui s’active, même si leurs résultats peuvent laisser sceptique.

Le commissaire Léon part enfin en vacances, et même en croisière. Pas aux antipodes, sur un paquebot luxueux. Tout en restant aux portes de Paris, Léon et Babelutte vont naviguer sur le Canal de l’Ourcq. Un voyage bucolique et solitaire pour le commissaire, qui n’a pas embarqué sa mère Ginette et qui évitera de trop répondre au téléphone, si possible. Sauf que Léon découvre du côté de Sevran le cadavre d’une jeune rousse de dix-huit ans, complètement défigurée, attachée à une échelle sous l’eau, près de la rive. Si elle n’a pas été violée, elle a le lobe d’une oreille arraché. Léon appelle Nina, Bornéo et Pinchon à la rescousse, pour mener l’enquête tandis qu’il poursuit sa croisière sur l’Ourcq. Dans un coin de forêt, il découvre une maison lugubre, habitée par la petite Aurélie, qui ne parle pas, et par sa grand-mère impotente, à l’allure de vieille sorcière digne des contes d’antan.

Bien que Léon l’ignore, la fillette Aurélie est sacrément perturbée par l’image fantôme de sa mère disparue, qui s’adresse à elle dans sa tête. S’il est vrai que rôde un être pervers, la gamine pourrait être séquestrée dans la cale d’un bateau à l’abandon. Encore qu’elle soit capable de se sortir, momentanément, de ce mauvais pas. Un peu plus loin, dans les bois de Claye, c’est le cadavre d’un jeune pendu qui est à son tour retrouvé, le visage arraché comme pour la rousse. Rebelote pour l’équipe du commissariat. Léon rencontre alors Minouche et surtout son frère Bilou, drôle de bonhomme. Suspect, ce cantonnier de Villeparisis obsédé par les nains de jardin est longuement interrogé par les limiers-adjoints de Léon. Plus sûrement le profil d’un chtarbé que d’un criminel, le Bilou : en le cuisinant à point, peut-être livrera-t-il malgré tout un ou deux détails intéressants ?

Dans le même secteur géographique, une infirmière assez moche a été agressée par un type tout juste évadé de prison. En soupçonnant ce nommé Bullit, les enquêteurs sont-ils enfin sur la piste du tueur ? Rien n’est moins certain, mais en voilà un autre capable de fournir des indices. Tout en poursuivant son périple pas si paisible sur le canal, Léon va s’occuper de la petite Aurélie, tout en n’oubliant pas qu’un tueur reste dans l’ombre…

(Extrait) “…Et s’il était entré dans la police, les histoires de sa grand-mère y étaient pour quelque chose. Elle lui avait donné le goût de l’intrigue et une fascination pour l’inexplicable. Pour lui, un criminel était une énigme.

La nature lui faisait du bien. Elle lui redonnait la force dont il avait besoin. Toutes ces nuits, il les avait passées à reconstituer les crimes. Il s’était mis tour à tour dans la peau des victimes et dans celle de l’assassin. Être flic, c’est comme être comédien ou écrivain. C’est se mettre dans la peau des autres pour ressentir et chercher à comprendre. Et le grand danger, c’est la compassion. Tant pour les bourreaux que pour les victimes. C’est là qu’on risque de basculer. De se prendre pour Dieu.”

Inutile de préciser que “Le silence des canaux” est un jeu de mot en référence au roman de Thomas Harris “Le silence des agneaux”, mettant en vedette le célèbre Hannibal Lecter. Toutefois, ce sont plutôt des allusions à Georges Simenon et à son œuvre qu’il faut voir dans le présent roman. À bord de la péniche l’Ostrogoth, le créateur de Maigret navigua sur les canaux à travers la France vers 1930. De “La maison du canal” au “L’Écluse n°1”, en passant par “Le charretier de la Providence”, “Chez les Flamands” ou “Le baron de l’écluse”, canaux et cours d’eau lui servirent bien des fois de décors. Ici, le commissaire Léon embarque sur une péniche nommée “Le bateau d’Émile”, une nouvelle de Simenon. Il sera encore question d’un château de Saint-Fiacre, bien que celui de Maigret se situe dans l’Allier, alors que nous restons sur le Canal de l’Ourcq à quelques encablures de Paris.

Dans ses romans pleins d’inventivité, Nadine Monfils nous offre un feu d’artifice coloré de fantaisie, d’humour débridé, de caricatures réussies. Néanmoins, jamais elle n’omet que la "comédie policière" se base obligatoirement sur une intrigue criminelle, si possible forte. La noirceur qu’elle décrit est héritée des contes d’autrefois qui, s’ils sont édulcorés pour les enfants, étaient d’une férocité cruelle. Le crime n’épargne pas les petites filles, c’est un des thèmes souvent exploités par cette auteure. Le surnaturel ou l’ésotérisme ne suffisent pas toujours à les sauver des griffes d’obsédés martyrisant leurs victimes (et les ours en peluche), quel que soit le rôle joué par une sorcière dans l’histoire. Une drôle d’alchimie entre noirs mystères et francs sourires, voilà ce qui rend vraiment agréable la lecture des suspenses originaux de Nadine Monfils.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Le Silence Des Canaux

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Les enquêtes du commissaire Léon tome 4. Editions Pocket N°16245. Parution octobre 2016. 256 pages.

ISBN : 9782266256483

Première édition : Editions Vauvenargue. Parution 11 mai 2000. 246 pages.

Réédition : Editions Belfond. Couplé avec Il neige en enfer. Parution 8 novembre 2012. 504 pages.

Quand on s'promène au bord de l'eauComme tout est beauQuel renouveau…

Pour une fois qu’il peut prendre des vacances, le commissaire Léon ne va pas se priver. Et tant pis si sa mère, la possessive et encombrante Ginette, n’est pas satisfaite. Elle n’est pas invitée au voyage en péniche sur le canal de l’Ourcq tandis que Babelutte, son chien, va lui tenir compagnie.

Mais même les promenades sur un canal calme en apparence peuvent réserver des surprises. Et cette balade aquatique ne sera pas de tout repos pour le commissaire Léon qui sera forcé de travailler malgré lui et d’embaucher ses adjoints. Toutefois cela ne l’empêchera pas de continuer ses tribulations.

Au départ, tout va bien. Le commissaire Léon se repose les oreilles, n’entend plus les récriminations et les jérémiades maternelles. Parti de Paris à bord du Bateau d’Emile, le commissaire Léon bifurque à Sevran, muni des papiers nécessaires et de la clé adéquate qui permet d’ouvrir les écluses sans pour autant écluser.

Ne voilà-t-il pas que ce ballot de Babelutte balance sa bottine en caoutchouc, son jouet préféré, à la baille, et le commissaire n’écoutant que son bon cœur et son courage se dépêche d’essayer de la récupérer. Il remonte à l’aide d’une gaffe par la même occasion une touffe d’algue de couleur rougeâtre. Ce sont des cheveux appartenant à une jeune fille rousse qui ne pourra plus se plaindre de son indéfrisable fichu car elle est morte. Et si son visage n’exprime aucun mécontentement, c’est parce que justement elle n’a plus de visage.

Le néo-batelier en informe sa mère et ses adjoints, Bornéo et Pinchon qui se dépêchent de se rendre sur place. C’est l’émoi au café chez Jeannot, le bar attitré du commissaire, les consommateurs habituels lisant les informations, dans leur canard préféré, concernant ce repêchage exceptionnel. Les langues parlent, déjà déliées par les boissons ingurgitées. Et ils auront d’autres trouvailles à se mettre sous les yeux et à commenter car d’autres sans visages mais pas sans dents seront découverts comme s’il s’agissait d’une course aux trésors pour le commissaire qui commence à se dire qu’il fait le plein de cadavres.

Le commissaire Léon va trouver également une gamine, un ancien condisciple de bahut, et sa femme, et faire la connaissance d’autres personnages de plus ou moins bonne fréquentation.

Alors sans m’esclaffer, ni hoqueter, comme déclare l’avoir fait Gérard Collard le libraire à la coiffure pseudo tintinesque, j’ai souvent souri en lisant ces tribulations nautiques.

De très nombreux personnages atypiques évoluent dans cette intrigue rose et noire, mais le plus émouvant est bien cette petite Aurélie. La gamine qui vit chez sa grand-mère dans une cabane, pas au fond du jardin mais du bois, est mutique. Elle implore souvent sa mère décédée et quand elle parle, c’est celle-ci qui s’exprime par la bouche de la petite fille.

Entre délire et émotion, Nadine Monfils joue avec le lecteur, dans une intrigue débridée. Je suppose qu’elle s’est autant amusée à écrire cette nouvelle aventure du commissaire Léon, que le lecteur prend plaisir à la lire. D’ailleurs, outre quelques références cinématographiques, elle invite quelques-uns de ses confrères à participer, les intégrant avec subtilité. Notamment un certain Thierry et un certain Mouloud, que les lecteurs avertis ne manqueront pas de reconnaître.

L’imagination est une carte postale que l’on s’envoie à soi-même.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
nadine monfils



Coco Givrée

Elvis Cadillac King From Charleroi

Ice Cream Et Châtiments

Il Neige En Enfer

La Nuit Des Coquelicots

La Petite Fêlée Aux Allumettes

La Velue

La Vieille Qui Voulait Tuer Le Bon Dieu

Le Bal Du Diable

Le Bar Crade De Kaskouille

Le Rocker En Pantoufles

Les Souliers De Satan

Les Vacances D’un Serial Killer

Maboul Kitchen

Mémé Goes To Hollywood

Monsieur Émile

Nickel Blues

Tequila Frappée

livrenpoche
Chercher nadine monfils



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar