Épilogue Meurtrier MARKARIS440

PETROS MARKARIS

Épilogue Meurtrier


Aux éditions SEUIL


Visitez leur site

407

Lectures depuis
Le vendredi 6 Novembre 2015

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Épilogue meurtrier

sur
Amazone

fleche
fleche

Petros MARKARIS




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

La Grèce subit toujours la crise. La famille du commissaire Kostas Charitos n'est pas moins touchée que les autres. Le policier économise le carburant de sa Seat. Son épouse Adriani est une ménagère attentive à leur budget. Katérina, leur fille avocate défendant immigrés et populations modestes, partage son cabinet avec son amie psy, Mania, et le compagnon informaticien allemand de celle-ci, Uli. Phanis, le mari de Katérina, est médecin hospitalier. Ses propres parents ont des ennuis d'argent, ruinés par les impôts. Zissis Lambros, le vieil oncle des Charitos, ancien militant communiste, s'occupe vaille que vaille d'un foyer qui héberge leurs compatriotes les plus pauvres. La guerre civile des années 1950, la Grèce des Colonels, l'oncle Lambros reste un des derniers témoins de ces époques troublées.

Katérina est agressée devant le Palais de Justice d'Athènes alors qu'elle s'occupait de deux Sénégalais. Une femme témoigne qu'il s'agissait d'un vrai commando, certainement des fachos de l'Aube dorée. Personne n'est intervenu pour défendre l'avocate. Pas même le flic de garde devant le tribunal. Il a regardé la scène tout en téléphonant. Hospitalisée, la fille de Charitos s'en remettra en quelques jours. Pourtant, la menace persiste, le commissaire recevant un appel virulent sur son téléphone portable. En théorie, ce numéro n'est connu que de rares collègues. Ça indique des fuites dans les services de la police, exploitées par l'extrême-droite grecque. L'équipe de Charitos enquête bientôt sur une mort suspecte, le suicide d'un ingénieur. Élevé en Allemagne, ce Grec était revenu dans son pays natal.

Malchance et projets contrariés peuvent expliquer ce décès. Néanmoins, on trouve une sorte de message revendiquant cette mort, signé “Les Grecs des années 50”. Canular ? Le commissaire n'en est nullement convaincu. Puis c'est le directeur de l'Institut Chronos, une école privée, qui est assassiné d'une balle dans la tête. La douille permet d'identifier une arme ancienne, un Smith & Wesson 38 modèle Victory, datant de 1950. Un nouveau message des mêmes signataires anonymes accompagne ce meurtre. La victime était un combinard ayant des appuis politiques, un avare réservant son fric pour l'éducation de son fils en Angleterre. Charitos dispose d'un vague indice, une vieille photo d'école qui fut sans doute prise autrefois dans la région de l’Épire. Un chirurgien qui y était scolarisé confirme.

Un autre homme est abattu dans sa voiture. Sans boulot officiel, cet ex-employé viré de l'administration de l'urbanisme ne manquait pas d'argent. C'était un expert en corruption de fonctionnaires, monnayant ses services. Deux autres victimes, des agriculteurs, sont à ajouter au compteur des crimes commis par “Les Grecs des années 50”. Le commissaire s'intéresse par ailleurs à un trafic de drogue autour des clients africains de sa fille. Ayant trouvé des preuves accablantes contre le flic de garde au Palais de Justice, Charitos et ses collègues font pression sur lui, essayant d'enrayer la gangrène commençant à pourrir la police, en faveur de l'Aube dorée. Quant à situer “Les Grecs des années 50”, peut-être vengeurs, rien d'évident…

Ce sera une tétralogie, l'auteur ayant choisi de prolonger d'un épisode sa trilogie dédiée à la crise grecque (Liquidations à la grecque, Le justicier d'Athènes, Pain Éducation Liberté). Ce nouvel opus apparaît peut-être encore plus explicatif sur l'état d'esprit de la population en Grèce. À travers la vie de famille des Charitos et de leurs proches, nous observons la réalité quotidienne actuelle de ces membres de la classe moyenne. Privations relatives, en attendant des jours meilleurs. Inquiétude masquée, mais présente dans les têtes. Dans le pays, si des crimes ou des méfaits sont commis, certains nationalistes extrêmes désignent illico les immigrés, d'Afrique ou de l'Est de l'Europe. Le refrain populiste des fachos est le même partout, la violence verbale et parfois physique également.

En complément d'une enquête policière à l'allure (volontairement) éclatée, Petros Markaris nous présente un pan de l'Histoire grecque encore récente. Il nous rappelle que “l'OGRE”, organisation paramilitaire d'officiers nationalistes, fit régner la terreur et la mort autour de la Guerre civile qui déchira longtemps ce pays, avant la dictature des Colonels. Il souligne que rien ne s'efface jamais totalement dans la mémoire du peuple : “Avec la crise, on rouvre les vieux comptes. Les gens vont voir dans les années 80 ce qui a cloché, ils peuvent bien remonter d'encore trente ans, jusqu'aux années d'après la Guerre civile.” Si l'aspect criminel en fait un roman noir, cet excellent livre nous offre un regard lucide sur la situation grecque passée et actuelle, au plus près de la population.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
petros markaris



L'empoisonneuse D'istanbul

Le Che S'est Suicidé

Liquidations à La Grecque

Pain, éducation, Liberté

Publicité Meurtrière

livrenpoche
Chercher petros markaris



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar