Pascal MARMET

PASCAL MARMET

A La Folie


Aux éditions FRANCE EMPIRE


Visitez leur site

88

Lectures depuis
Le mercredi 7 Mars 2012

A La Folie MARMET234

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
-A la folie-
sur
Amazone
fleche

Une lecture de
TATIANA SCHEVRUCK

TATIANA SCHEVRUCK

Critique sur le nouveau tHriller de Pascal marmet

" A la folie"

 Explicite et fouillé à la limite du vertige, A la folie dessine sous nos yeux éblouis un monde de possible. L'excitation de la découverte, nous la partageons avec la jeune héroïne Johanna.Pascal Langle personnage déjà vivant du roman de Pascal Marmet "il y a longtemps" nous revient ici pour notre plus grand bonheur et nous revivons ensemble l'histoire de cette héroïne séquestrée pendant plus de 10 ans dans une tour d'ivoireUn roman enivrant, très violent et très moderne... Le dernier chapitre nous permet, enfin de nommer cette jeune fille enfermée et de comprendre toute l'intrigue.A lire jusqu'au bout sinon on ne comprend rien .

  • Broché: 175 pages
  • Editeur : France-Empire (16 février 2012)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2704811199
  • ISBN-13: 978-2704811199


Une autre lecture du

A La Folie

de
TATIANA SCHEVRUCK

TATIANA SCHEVRUCK

L'écriture de Pascal Marmet (l'auteur) est de qualité, le vocabulaire adapté aux personnages et aux situations. Le contexte n'est pas à l'eau de rose, la violence est présente, parfois, la peur vous colle à la peau et tout cela prouve que vous tenez un excellent thriller entre les mains '.Un polar Violent, Très moderne et actuel. A ne pas mettre entre toutes les mains,La fin me laisse un peu perplexe mais il faut lire l'ouvrage depuis le début si on veut dénouer l'intrigue.

Un très bon thriller!



Une autre lecture du

A La Folie

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

La date du 11 septembre 2001 n’engendre pas le même traumatisme, ne remémore pas les mêmes souvenirs pour tous. Ainsi pour Pascal Langle, ancien assureur aujourd’hui reconvertit comme directeur de théâtre à Nice, le 11 septembre est une date bien personnelle. La journée où sa maîtresse est décédée d’un accident cardiaque en faisant l’amour.

Dix ans plus tard, il est convoqué chez un notaire parisien. La secrétaire grincheuse, et elle a de quoi l’être car son stage se termine dans de mauvaises conditions, lui remet sans explication un carnet noir qui avait été légué par un psychiatre. Ce carnet porte le numéro Onze. Langle connaissait l’existence de ce carnet, il en avait même lu quelques passages en catimini, du temps que Ludmilla, sa compagne, vivait encore. Cela suppose que dix autres cahiers similaires se baladent dans la nature ou chez le notaire attendant la remise à leurs destinataires. Se plonger dedans lui ravive les souvenirs ainsi que la douleur.

Joanna est une jeune fille d’une vingtaine d’années, ambitieuse, qui désire ardemment réussir dans la presse féminine. La fréquentation en nombre de visiteurs sur son blog devient de plus en plus intéressante et les éloges qui sont postés lui requinquent le moral. Elle est au chômage et il ne lui coûte rien de forcer la porte de la rédactrice en chef d’un magazine. Amusée de la façon dont la jeune fille s’y est prise, et étant dans un jour de bonté, celle-ci lui demande de faire ses preuves avec un sujet, n’importe lequel, du moment que cela soit personnel et, bien entendu, bien écrit, enlevé, troussé, humoristique et sortant des sentiers battus. Joanna est convoquée elle aussi chez le notaire et reçoit sans explications superflues le carnet numéro trois.

Langle est interloqué par les premières phrases écrites sur le carnet : Pascal Langle. Il porte le numéro onze, et me libère du numéro dix. Un peu plus loin : J’ai vingt-sept ans demain et je pense à mon enfant… Quel enfant ? Alors Langle décide de retourner voir le notaire et de lui demander les adresses, les coordonnées des différents destinataires des confessions de Ludmilla. Le tabellion refuse mais, compréhensif, prétexte une affaire à expédier pour sortir du bureau, laissant devant Langle la liste comportant noms et adresses. Langle en profite pour relever celui de Joanna, la seule à avoir récupéré son bien et décide de la filer.

Joanna s’en aperçoit et en elle rabroue Langle. Seulement l’appartement de celui-ci est passé au crible, sa voiture esquintée et peu après son théâtre est détruit par le feu. Les policiers pensent tout de suite à une arnaque à l’assurance. L’étude notariale est elle aussi cambriolée.

Le roman commence comme une intrigue mâtinée de suspense, les deux principaux protagonistes s’exprimant, chapitre après chapitre, à la première personne. Tout d’un coup, le récit à la première personne s’interrompt pour devenir un roman écrit à la troisième personne sans crier gare, le suspense s’efface pour basculer dans le thriller, effets garantis à la clé, avec l’apparition d’autres personnages, l’évocation d’un savant fou, et l’épilogue, que le lecteur peut présager, est rondement mené. Un roman agréable, qui se lit d’une traite, et laisse un bon souvenir. Dommage que la quatrième de couverture, que j’ai lue après avoir refermé le livre, soit un peu trop explicite.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/


Une autre lecture du

A La Folie

de
L A

L A
« A la folie »… Tout est contenu dans le titre de ce polar.

Et effectivement, ce thriller met en scène la folie, celle d’un père épris de recherche, capable de sacrifier les siens sur l’autel de la science. Homme équilibré et respecté par ses pairs pour ses connaissances, il s’égare au fils des ans et des résultats dans la démence, une aliénation mentale qui le conduit à s’assoir sur le siège de Dieu, à souhaiter façonner les hommes, à les investir du parfait, et peut-être de l’immortalité.

C’est aussi la démence d’une fille repoussée, ignorée ; d’une fille rattrapée par la maladie et qui espère survivre de la folie grâce aux travaux de son père. La déraison d’un combattant perdu qui se voue corps et âme à une cause qui se résume à la fidélité d’une parole donnée.

A la folie… C’est la polyphonie des voix des bourreaux, mais aussi des victimes.

Autour de Langle le monde s’écroule, plus rien ne se conforme au normal ? Est-ce Joanna la responsable de ses maux ? Joanna qui découvre l’identité de sa mère, pendant que cette jeune croyante militante découvre que ses parents ne sont pas ses parents.

La folie ne serait qu’un dérèglement mental si elle n’avait pas de conséquences sociales, si elle n’entraînait pas dans son tourbillon des êtres qui en ignore tout ; des êtres à qui elle vole dix ans de vie.

 

Avec ce roman, « A la folie », Pascal Marmet s’affirme comme un auteur à l’écriture limpide, mais à l’imagination délirante et offre aux lectures un moment de bonheur que des rebondissements, à la folie, attisent à chaque instant.

Autres titres de
Pascal MARMET



Le Roman Du Café

Le Roman Du Parfum

Le Roman Du Parfum Pascal Marmet

livrenpoche
Chercher Pascal MARMET    sur
Pour réagir
à cette chronique
sur le Forum
Pour réagir sur le forum du RayonPolar

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet


Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel