L'œuvre De Sang LECOMTE257

DAVID LECOMTE

L'œuvre De Sang


Aux éditions FLEUR SAUVAGE


Visitez leur site

550

Lectures depuis
Le lundi 27 Avril 2015

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L'œuvre de sang

sur
Amazone

fleche
fleche

David LECOMTE




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Première parution 24 novembre 2012. 240 pages. 17,00€.

Photos à l'appui...

Un soir d'été finissant, une vieille ferme isolée dans la campagne, un couple qui se dispute, deux coups de feu, l'homme qui tombe à terre, un inconnu égaré qui a tout vu.

Paul Cardon a assisté à toute la scène. Justine, la compagne de l'homme étendu au sol, se défend auprès du visiteur. Il ne la battait pas, il la manipulait. C'est du moins ce qu'elle avance au témoin involontaire. Mais Paul Cardon la tue, et sort son appareil photo qu'il porte en permanence dans sa sacoche. Il photographie le couple étendu, puis des fleurs sauvages qui poussent entre les jointures du carrelage dans un coin de la pièce. Des fleurs aux pétales vertes bordées de rouge semblables à des clochettes. Paul ressent comme une présence, puis il met le feu à la ferme abandonnée.

Deux ans plus tard, environ, le jeune Jérémie Bauchelard quitte sa Bourgogne natale pour rejoindre le Nord en compagnie de sa grand-mère Odette. Son père est décédé dans des circonstances mal définies deux ans auparavant et l'aïeule a décidé de revenir à Lille, auprès de ses amis, et de continuer à élever Jérémie. Il entrera au collège, se fera des copains, des amis, et suivra le cours de sa vie comme si de rien n'était ou presque. Il est accueilli par un couple de circassiens et un autre homme à l'aspect nettement plus réservé.

Dans le même temps, Paul Cardon et sa compagne Chloé annoncent deux grandes nouvelles à leurs amis Saïd et Julie. Paul est professeur dans le même collège que Chloé, tandis que Saïd est journaliste émargeant au journal local et Julie coiffeuse. Ils s'entendent bien : Saïd coupe les cheveux en quatre dans ses articles et Julie répare les dégâts dans son salon. Paul et Chloé attendent un heureux événement, surtout Chloé d'ailleurs. C'est pour dans quelques mois. L'autre nouvelle réside dans le fait que Paul, photographe amateur dont les clichés sont particulièrement réussis, va exposer à la galerie Fernbach. La reconnaissance de son talent particulier et l'exposition se nommera Printemps.

La rentrée se passe relativement bien pour Jérémie, mais toutefois des incidents plus ou moins graves se produisent dans son entourage. Ainsi Kiki, le singe Magot, un vrai trésor, des circassiens, est un animal hargneux et vindicatif. Pourtant au contact de Jérémie, le sauvageon s'apprivoise et il se blottit même dans les bras du garçon, ce qui est presqu'un exploit. L'autre fait, beaucoup plus grave, s'est déroulé en salle de classe alors que Paul, le professeur de maths, commence l'appel des élèves. Jérémie reconnait l'individu qui s'est introduit dans la ferme deux ans auparavant et qui a tué la marâtre, la compagne de son père.

Jérémie est un être sensible et la moindre contrariété peut déclencher des effets imprévisibles. Les fenêtres de la salle explosent, et les dégâts sont nombreux et pour certains tragiques. Une gamine est borgne et un autre est emmené à l'hôpital. Ses neurones depuis jouent au chamboule-tout dans son cerveau.

Odette et ses amis ne peuvent que conclure que Jérémie possède le pouvoir, ce qu'ils redoutaient depuis des années.

Paul Cardon, lui continue sa quête nocturne pour ses photos. Un soir il emprunte un taxi, et se fait conduire là où il pense réaliser des clichés qui viendront s'ajouter à ceux qu'il a déjà réalisé. Le lendemain le chauffeur de taxi est retrouvé mort, égorgé. Mais surtout il fort étonné de découvrir sur son réseau social, Face au Book, un message de Jérémie, qu'il avait reconnu dès le premier jour dans la cour de l'école, un message l'invitant à rejoindre son groupe d'amis. Les bonnes manières n'étant pas encore perdues, chacun d'eux se félicitent de cette initiative, et pour clore la conversation virtuelle, Jérémie le remercie d'avoir vengé son père.

Les quatrièmes de couvertures sont souvent trompeuses et donc je m'en méfie. Par exemple cette simple ligne :

Un mini Stephen King à la française. Critique Libre.

Alors là, je ne suis pas du tout d'accord ! Mini, oui par le nombre de pages, mais maxi par l'intensité qui se dégage du roman. J'oserai même plus : Alors qu'il faut au moins deux cents pages à Stephen King pour entrer dans son sujet, le lecteur attendant impatiemment que l'intrigue se décante (voir par exemple Misery), ici le lecteur est dès les premières pages happé par le récit qui continue sur sa lancée, sans temps mort.

Et ce qui aurait pu au début n'être qu'une bluette pour adolescent, sauf le prologue, s'intensifie au fur et à mesure que l'on suit les nombreuses péripéties de cette intrigue haletante. De nombreuses scènes, parfois humoristiques, parfois assez violentes, voire poétiques, émaillent le récit.

Juste un petit exemple, lorsque Grandjean, le proviseur du collège entre dans la salle condamnée où s'est déroulé le bris violent de vitres, il se retrouve comme dans un paysage enchanté peuplé de fleurs. Et il faut souligner les relations entre Grandjean, étouffé psychiquement par sa mère autoritaire, et Agnès sa secrétaire, qui évoluent progressivement. Le quinquagénaire devenant Fleur bleue au contact de sa secrétaire et celle-ci belle jeune femme qui ne pensait pas au loup, heureuse de faire sa connaissance avec avidité. Quant à Jérémie, il canalise parfois ses émotions grâce à Nadia, sa condisciple qui devient peu à peu son amie. Et Saïd se contente d'exercer sa mission de journaliste. Ce qui lui occasionnera bien des désillusions.

Le final est à la hauteur, et ne déçoit pas. Tout au plus quelques éléments laissent à penser que les aventures de Jérémie ne s'arrêteront pas là.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher david lecomte



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar