Les Héritiers Des Ténèbres LEBAN218

DAMIEN LEBAN

Les Héritiers Des Ténèbres


Aux éditions CITY EDITIONS


Visitez leur site

400

Lectures depuis
Le samedi 7 Juin 2014

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les héritiers des ténèbres

sur
Amazone

fleche
fleche

Damien LEBAN




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Après s'être fait remonter les bretelles par le président de la boîte où il travaille, William Jones, ingénieur informaticien, est en proie à une crise de migraine qui lui serre les tempes comme dans un étau. Alors qu'il fourgonne dans son véhicule, tout en roulant malgré la neige, à la recherche d'une boite d'analgésiques, il croit apercevoir au dernier moment une jeune femme au milieu de la route. Il dérape, emplafonne un arbre, sombre dans l'inconscience, puis il entreprend de dégager les roues de son véhicule. Une inconnue est installée tranquillement sur le siège passager. Comme elle reste obstinément mutique il l'emmène chez lui, lui offrant le gîte et le couvert, malgré le désordre qui règne dans les pièces. Will Jones est veuf, sa femme Helena est décédée quelques mois auparavant, victime d'un grizzli. Son invitée surprise se prénomme Gaby, c'est tout ce qu'il apprend.

Andrew White, le jeune et nouveau shérif de Shortslive, dans le Mount Blue State Park, état du Maine, se prélasse en compagnie de son copain Stephen à regarder des téléfilms, lorsqu'il est appelé au téléphone par son voisin, Foregan. Celui-ci est inquiet car il n'a pas de nouvelles de sa femme, caissière dans un supermarché à Weld. Les deux hommes se rendent sur place pour apprendre par le veilleur de nuit que Katherine ne s'est pas présentée au travail depuis la veille. Sa voiture est recouverte de neige sur le parking.

La police est immédiatement prévenue et en épluchant les vidéos, il apparait que quatre femmes ont été enlevées dans des conditions similaires. L'inspecteur Carver, devenu une célébrité locale depuis la résolution quelques mois plus tôt d'une affaire dite du Canadien, met tout son effectif à contribution. Andrew propose ses services, malgré la présence parmi les policiers d'un de ses condisciples qui n'a eu de cesse de l'importuner et de se moquer de lui lors de leurs études. White est un débutant dont les quatre neurones ont du mal à se connecter mais il est pétri de bonne volonté.

L'adjoint de Carver lui confie comme mission de prendre la déposition et de fouiller le domicile de Foregan, à toutes fins utiles. C'est ainsi qu'il se trouve nez à nez avec Will Jones, le voisin, qui se montre méprisant envers le jeune shérif depuis la disparition de sa femme et le père d'Andrew. Tous deux sont décédés sous les griffes d'un grizzli mais ce qui explique son acrimonie, c'est la suspicion concernant les relations que les deux défunts auraient entretenues. Will Jones se montre insolant envers Andrew, qu'il interpelle sous le nom de Junior, le rabaissant avec férocité et dédain devant tout le monde.

Andrew décide de s'installer en ville dans le bureau de son père, qui jouxte la mairie, ce qu'il n'avait encore jamais oser faire, par respect et par timidité. Il est encouragé par sa mère et son ami Stephen. Il découvre de nombreux livres rangés sur les étagères, et est étonné, car il connaissait pas cette passion paternelle pour la lecture. Ces ouvrages, qui proviennent de la bibliothèque municipale de Weld, ont en commun deux thèmes : la Seconde Guerre mondiale et la génétique. Il met en marche l'ordinateur poussif et découvre des fichiers nommés Helena ou Official Maine de 1984. Il rend immédiatement à la bibliothèque les ouvrages empruntés pour apprendre que son père en avait compulsés bien d'autres, toujours sur les même sujets, et qu'Helena Jones les avaient elle aussi consultés. Les fiches établies à leur nom en faisant foi. La bibliothécaire est jeune et jolie, et toute disposée à lui rendre service.

Petite parenthèse : si la lecture est un plaisir solitaire, il est paradoxal de constater que les livres servent parfois au rapprochement de deux êtres qui de prime abord n'étaient pas faits pour se rencontrer. Fin de la parenthèse.

Cette découverte, livres et articles de journaux, pourraient fournir un lien avec la disparition des jeunes femmes, trois décennies auparavant, et orienter les recherches vers un ou des individus nostalgiques des années et des procédés pseudos scientifiques nazis. D'autant que des cadavres de femmes qui ont été kidnappées sont déposées en tas dans une rue. Ces cadavres portent des nombres sous forme de tatouages sur les bras, et des stigmates sont relevés sur les corps et principalement les crânes.

Andrew prend l'enquête à son compte, mais il dérange et s'attire la foudre d'un individu qui lui en veut, jusqu'à lui tirer dessus alors que le jeune shérif grimpe péniblement à bord de son véhicule en pleine montagne sur les pistes verglacées avec Amy, la bibliothécaire.

Parallèlement, en filigrane, le lecteur assiste à l'enlèvement et à la détention de Julia, l'une des jeunes femmes. Il éprouve en même temps qu'elle les affres qu'elle subit, les frayeurs qu'elle ressent au contact des corps de ses codétenues dont quelques unes sont mortes dans d'atroces souffrances, l'angoisse qui l'étreint lors de son enfermement dans une pièce entièrement bétonnées ou de l'irruption de son bourreau.

Andrew peu à peu sort de sa gangue de gamin attiré par les films d'horreur, prend conscience qu'il n'est plus un adolescent, malgré son style grunge, et qu'il doit aborder enfin la vie en adulte et se conduire en tant que tel. Il devient en quelques jours plus mature, de même que son ami Stephen.

Si l'état du Maine, dans le nord des Etats-Unis, à la limite de la frontière canadienne sert de décor à cette histoire, ce n'est pas par hasard. Cela pourrait se passer en Argentine, au Chili, ou quelque part en Europe notamment en Allemagne, mais la froidure de l'hiver, ceci se déroule peu avant et après la Saint-Valentin, et la résurgence nazie qui se profile peu à peu conjuguée à cette explosion de violence et le nombre exponentiel de meurtriers en série, donnent une crédibilité au déroulement de l'intrigue. Un pays qui concentre les pires excès.

Grand amateur de thrillers, Damien Leban en a compris toutes les ficelles et il les applique avec justesse. A croire qu'il est allé à l'école de Dean R. Koontz. Il dose ses effets, laissant la pression monter, parfois jusqu'à son paroxysme mais passant à une étape suivante en déplaçant l'intrigue dans un autre chapitre pour mieux reprendre l'action précédente afin de l'affiner dans l'angoisse. Un mariage réussi conclu entre Angoisse et Suspense, avec pour demoiselles d'honneur, Frayeur, Horreur et Terreur. Et l'épilogue fort bien venu offre une possibilité de retournement de situation alors que l'on pensait l'histoire terminée.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher damien leban



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar