L'anniversaire HARDING197

ROBYN HARDING

L'anniversaire


Aux éditions CHERCHE-MIDI


Visitez leur site

265

Lectures depuis
Le mardi 12 Juin 2018

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L'anniversaire

sur
Amazone

fleche
fleche

Robyn HARDING




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

De nos jours, la famille Sanders appartient à la bonne société de San Francisco. Outre son métier, le père Jeff est plutôt sportif, s’entraînant pour un prochain triathlon. Kim Sanders est vaguement rédactrice publicitaire en free-lance, collaborant avec un graphiste. C’est elle qui dirige la famille, avec des règles aussi protectrices que sévères. Parfois, Jeff éprouve le sentiment d’être dominé par son épouse. Leur fille Hannah est une lycéenne de seize ans. Elle a un petit ami, Noah Chambers. Leur fils Aidan est un gros gamin de treize ans. Hannah possède de bonnes copines, telles Marta et Caitlin. Mais aussi Lauren Ross et Ronni (Veronica) Moore, duo d’adolescentes bien plus délurées qu’elle. Pour fêter son seizième anniversaire, Hannah invite ses amies chez elle. Dans la pièce en sous-sol de la belle maison des Sanders, elles pourront tranquillement s’amuser.

En début de soirée, Kim a rappelé les règlements : “Alcool, drogue et pornographie sont strictement interdits.” Tout aurait pu bien se passer, mais il se produit un "accident". Ivre et sous l’effet de drogues, Ronni a fait une mauvaise chute sur la table basse en verre. Ce sont Lauren et la victime qui ont introduit différents alcools à l’insu des Sanders. Jeff a aussi offert une bouteille de champagne, sans en parler à Kim. Quant aux stupéfiants, les deux copines en consomment ponctuellement. À l’hôpital, la situation est stable quant à la santé de Ronni, mais elle a été gravement touchée à un œil, qu’elle risque de perdre. Lisa, la mère de Ronni, entretient une relation fusionnelle avec sa fille, qu’elle a élevée à sa manière, sans homme et dans une certaine marginalité. Illico, Lisa porte la faute sur Kim, rejetant même la compassion d’Hannah.

C’est auprès de Tony Hoyle, le graphiste marié avec lequel elle collabore, que Kim cherche un peu de réconfort. Elle éprouvait déjà une attirance fantasmée envers lui, une sorte de flirt qu’il n’a jamais encouragé. Les conditions ne sont sans doute pas réunies pour que Kim et lui deviennent intimes. Jeff Sanders, qui fut un temps consommateur de LSD, se réfugie dans son entraînement sportif. Il est approché par Lauren Ross, qui se victimise un peu. Jeff aura intérêt à se méfier d’elle, qui reste une adolescente malsaine. Lauren prend aussi le parti d’Hannah, contre Ronni (qui a perdu son œil) et sa mère. Lisa intente une action en justice contre les Sanders pour obtenir de gros dédommagements financiers. La jalousie de Lisa n’est pas pour rien dans cette démarche. La police avait pourtant admis qu’ils n’étaient guère responsables. Les ennuis risquent d’empirer encore pour Kim et sa famille…

(Extrait) “Le cœur de Jeff vrilla dans sa poitrine. Il s’était montré trop rude. Il était tendu, à fleur de peau. Si seulement il n’avait pas acheté ce foutu champagne… Ce matin, avant d’aller courir, il était descendu voir le carnage. C’est là qu’il l’avait repéré, ce morceau de verre transparent emballé de papier d’alu rose, au milieu des détritus, telle une cartouche d’arme à feu. Il l’avait ramassé et glissé délicatement dans la poche de son sweat à capuche. Puis pendant son jogging, il l’avait jeté dans la poubelle d’un parc à près de cinq kilomètres de la maison. Il avait l’impression d’être un criminel, mais mieux valait prévenir que guérir. Cela dit, où était le reste de la bouteille ? Et où étaient les autres bouteilles ?

Il jeta un œil à Hannah, le front toujours pressé contre la vitre.

— Tout va bien se passer, la rassura-t-il en lui tapotant la jambe. Mais la police voudra savoir où vous vous êtes procuré de la drogue.

Hannah se tourna vers lui, et répondit d’une voix atone :

— Je ne me rappelle plus qui a apporté quoi.”

Le simple qualificatif de suspense psychologique serait assurément inexact pour classer ce roman. Avant tout, il s’agit d’un portrait de la société américaine, dans les milieux aisés sans être fortunés, à travers le cas de cette famille. Elle a acquis un bon statut social, elle en respecte tous les codes. En oubliant la part d’hypocrisie, et souvent d’égoïsme, existant dans les relations avec "les amis", qui vous tourneront le dos au premier accroc. Kim, la mère, pense avoir donné la meilleure éducation possible à ses enfants, c’est assez vrai. En omettant les influences extérieures, d’autant plus sensibles pour les ados. Bien qu’Hannah ne soit pas particulièrement rebelle, la transgression fait partie des besoins de son âge. Alcool et drogue à son anniversaire, elle a pu voir ça tel un jeu de cache-cache.

Les questions autour de l’adolescence constituent un sujet universel, valable dans tous les pays occidentaux. Psychologie énigmatique pour beaucoup de parents, connaissant si mal les pensées et les goûts de leurs enfants. Peut-être s’agit-il d’un refus de la protection parentale devenue pesante et d’une vie trop banale ? Le thème principal, ce sont les conséquences de l’accident, pour la famille et à titre individuel. Y compris à travers l’aspect financier, non dénué d’une certaine agressivité. Rien à voir avec un polar ordinaire : l’auteure porte un regard très juste sur les comportements de chacun, sur fond d’ambiance sombre sans tomber dans une pénible noirceur. Très convaincant.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher robyn harding



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar