Maurice GOUIRAN

MAURICE GOUIRAN

Les Vrais Durs Meurent Aussi


Aux éditions JIGAL


Visitez leur site

107

Lectures depuis
Le jeudi 6 Novembre 2008

Les Vrais Durs Meurent Aussi GOUIRAN48

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
-Les vrais durs meurent aussi-
sur
Amazone
fleche

Une lecture de
L A

L A

Quatre légionnaires à la retraite meurent égorgés dans les environs de Marseille et voilà qu’au Beau Bar Biscottin s’inquiète de la disparition du Polack, ancien de la légion.
A-t-il des motifs de s’inquiéter ? Avant de disparaître celui-ci lui avait confié une boîte à chaussures pleine de vieux papiers en lui précisant qu’il se sentait en danger…
Mais très vite la police arrête le meurtrier… une histoire de vengeance dont les raisons sont à chercher du côté de la guerre d’Algérie.
Oui mais alors, qui a tué le Polack puisque le meurtrier est en prison? Et que viennent faire deux Viets dans cette affaire?
Clo aurait préféré se consacrer entièrement à sa belle parisienne, mais le sort en a décidé autrement et le voilà qui tente de démêler l’imbroglio colonial. 

Comme à son habitude Maurice Gouiran nous offre avec « Les vrais durs meurent aussi » un polar noir au ton vif qui nous entraîne tour à tour au Vietnam, en Algérie, en Autriche… et en France. Mais s’agit-il bien de cela? Et si tout ceci n’était que prétexte pour ressusciter des moments volontairement occultés de notre Histoire récente. Et si l’enquête que conduit son héros récurrent n’était pas celle que l’on croit? Et si Clo était en fait, et depuis toujours, un détective de l’Histoire, de la misère et de l’injustice? Un être dont « l’esprit reste hanté par les vieux fantômes noirs dont personne ne parle jamais »
Des Arméniens aux camps de la mort, de la guerre civile grecque aux guerres coloniales, il ne s’intéresse qu’aux victimes, nous les présente ne serait-ce que pour leur rendre leur dignité.
Avec lui, les oubliés, les dissimulés par l’Histoire, accèdent enfin à la lumière du souvenir. Et plus personne ne pourra ignorer le sort des Vietnamiens et Vietnamiennes venus après la défaite et parqués à Sainte-Livrade, dans un coin de la France profonde, à l’abri des regards, de la honte, de la culpabilité.



Une autre lecture du

Les Vrais Durs Meurent Aussi

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

En cette fin de juillet caniculaire, c’est l’hécatombe chez les légionnaires. Quatre décès sont enregistrés chez les képis blancs en retraite, mais le soleil n’y est pour rien. Ils ont été retrouvés avec le sourire kabyle et les choses de la vie dans la bouche. Biscottin, l’ami de Clovis l’ancien grand reporter, est inquiet. Son voisin, Le Polack, a disparu après lui avoir remis une reproduction de la Madone à l’enfant de Botticelli, ainsi qu’une boîte à chaussures emplie de documents. Rapidement le tueur de légionnaires est mis sous les verrous. Il s’agit d’un Algérien, Mourad Boualem, qui aurait agi par vengeance. La police est discrète sur ses motivations mais Clovis apprend que sa mère aurait été violée dans les années cinquante par des soldats. Parmi les documents du Polack, des lettres. Celles qu’il a reçu durant des années de Lé, sa femme, lui donnant des nouvelles de leur fils Marcel, appelé aussi Trunq, et d’autres missives qu’il a rédigées mais jamais envoyées. Clovis est tout content de retrouver Alexandra qui rentre au bercail. Elle exerce un métier qui touche à la finance à Paris et couche avec un avocat, mais pour l’heure elle revient, ce qui n’empêche pas Clovis entre deux galipettes de s’intéresser à cette affaire. Le Polack le contacte. Il pensait que le tueur étant arrêté, il pourrait réapparaître mais les ennuis continuent. Sa maison a été visitée et deux trois trucs le turlupinent. Rendez-vous est pris le soir près d’un yacht sur les quais. Clovis s’y rend mais il est assommé et il se réveille à l’hôpital. Le bateau a été incendié et une victime a été découverte. Probablement Le Polack, mais Clovis garde l’info pour lui. Même s’il a un contact à l’Evêché il ne désire pas galvauder ses informations. Il décide donc d’aller fouiner du côté de Sainte-Livrade, dans le Lot-et-Garonne. Un camp dans lequel ont été parqués plus de mille ressortissants Vietnamiens, après Diên Biên Phu. Lé est décédée l’année précédente, mais Marcel y réside toujours. Hans, l’ami du Pollack a été assassiné, et Tham, sa veuve, ne sait pas grand chose. Ses deux garçons, Ai Quôc et Quy, bricolent du côté de Toulouse. Roger, natif du Tonkin, leur explique l’origine du camp et comment ont été, et le sont toujours, traités les ressortissants Vietnamiens qui vivent dans ce village, méprisés par la population locale. Il a été compagnon d’armes du Polack, alias Wilhelm, et de Hans. Il avait assisté en 1955 à une algarade entre deux légionnaires qui voulaient faire avouer où Wilhelm avait caché quelque chose. Quoi, il ne sait pas mais il sait que Klaus, le sergent-chef qui avait défendu l’agressé vit au village de Puyloubier, dans une maison de retraite allouée aux légionnaires. Quant à Trunq il montre un chagrin et une affection à retardement envers son père, qu’il n’avait jamais revu depuis sa naissance, soit plus de cinquante ans auparavant. De retour à Marseille, aidé d’Alexandra, Clovis dépiaute plus en profondeur la boîte qui contient outre les lettres des photos, des documents, une brochure sur l’Autriche, et autres babioles.

 Si le fil conducteur réside en la résurgence du mythe d’un trésor de guerre nazi, enfoui quelque part en Autriche ou autre pays accueillant, le propos principal de Maurice Gouiran tourne autour d’un fait méconnu car honteux. L’état a longtemps mis sous silence le camp, le ghetto pourrait-on dire, des déracinés Vietnamiens, des Indochinois à l’époque, des femmes qui mariées avec des militaires, ont été parquées avec leur famille, père mère et enfants. Les oubliés, les délaissés de ce conflit qui était entamé la seconde guerre mondiale à peine terminée et qui sera suivi par la guerre d’Algérie. Ce sont également les tortures, pratiquées par les belligérants des deux côtés, qui sont dénoncées. L’auteur refuse, par l’intermédiaire de ses personnages, d’accepter le principe du œil pour œil, dent pour dent. Et ne se voile pas la face comme le désireraient certains historiens, ou pseudo historiens, qui rejettent toutes les fautes sur un seul camp. Un roman qui au delà de l’histoire donne à réfléchir.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
Maurice GOUIRAN



Et L'été Finira

Et L’été Finira

Franco Est Mort Jeudi

L'arménienne Aux Yeux D'or

La Mort Du Scorpion

Le Sang Des Siciliens

Le Théorème De L’engambi

Les Chèvres Bleues D'arcadie

Marseille La Ville Où Est Mort Kennedy

Putains De Pauvres !

Qui A Peur De Baby Love ?

Sous Les Pavés, La Rage

Sur Nos Cadavres, Ils Dansent Le Tango

Terminus Ararat

Train Bleu, Train Noir

livrenpoche
Chercher Maurice GOUIRAN    sur
Pour réagir
à cette chronique
sur le Forum
Pour réagir sur le forum du RayonPolar

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet


Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel