Maurice GOUIRAN

MAURICE GOUIRAN

Franco Est Mort Jeudi


Aux éditions JIGAL


Visitez leur site

325

Lectures depuis
Le mardi 12 Octobre 2010

Franco Est Mort Jeudi GOUIRAN119

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
-Franco est mort jeudi-
sur
Amazone
fleche

Une lecture de
L A

L A

La « Retirada » met fin à la guerre civile espagnole qui a vu la victoire des hordes putschistes du général Franco. Mais elle ne met pas un terme au calvaire des Républicains, pour qui il est déjà minuit dans le siècle.
Le flot des réfugiés qui passent la frontière est accueilli par des centaines de gardes mobiles et de tirailleurs sénégalais avant d’être aiguillé vers des camps.
Durant l'hiver 1939, sur la plage d'Argelès jusqu’à 250000 personnes s’entassèrent derrière des barbelés pendant que 90000 furent regroupés sur celle St-Cyprien.

Aujourd’hui, sur la plage d'Argelès, il ne reste plus d’un monument qui commémore cet épisode, monument dont le sens échappe aux plagistes de ce début de siècle.

Et pendant ce temps là, les dignitaires francistes ne spolièrent pas seulement les biens des républicains, ils kidnappèrent leurs enfants, comme le feront les dignitaires argentins…

Tous les vaincus de l’Espagne ne se replièrent pas sur la France, comme pour attendre les armées nazies et reprendre la lutte ; certains embarquèrent vers la patrie du socialisme, convaincus d’y trouver ce pour quoi ils avaient combattu, ce qui constituait leur raison de vivre…
Ils connurent une fin atroce, dans des camps comme celui de Karaganda. Atroce et effroyable car s’il est vrai qu’« on n’a pas besoin d’un parti pour se battre pour des idées », qui a-t-il de plus effroyable que le parti de vos idées qui vous assassine au nom de vos idées ?

C’est à ce moment de l’Histoire que s’intéresse Maurice Gouiran dans ce dernier opus de son œuvre. Tel un sculpteur qui travaille le marbre et retire de la gangue une forme indestructible, Gouiran travaille la mémoire de sa plume trempée dans le sang des victimes.

Et la mémoire ne sera plus jamais biodégradable.



Une autre lecture du

Franco Est Mort Jeudi

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Il est des fantômes difficiles à évacuer de la souvenance historique, et il est bon parfois de les titiller afin justement de ne pas les oublier, les occulter, les effacer, mais surtout ne pas laisser les faits, les événements se trouver déformés et si possible restituer la vérité. Ainsi Maurice Gouiran revient sur la guerre d’Espagne entre 1936 et 1939, en insérant sa reconstitution, puisée dans des documents dont il établit une liste conséquente en fin de volume, dans une intrigue qui se révèle double.

Plus belle la vie à Marseille ? Surement pas pour Manu, petit voyou à la dérive, qui vient de purger une peine de prison dont les séquelles le hantent la nuit. Il vivote seul, sa femme l’ayant quitté. Il reçoit une lettre, qui à l’origine était destinée à sa mère décédée, émanant de Paola, une petite cousine inconnue habitant en Espagne. Elle souhaitait rencontrer Elisa, la mère de Manu mais à défaut elle lui propose d’établir un test ADN afin de prouver sa filiation avec Ramon Espola, un Républicain qui a disparu lors de la guerre civile. Paola est journaliste et participe depuis quelques mois, en compagnie d’un archéologue, à l’ouverture des nombreux charniers qui ont ponctué cette page sombre de l’histoire ibérique. Le fils de Manu, Patrice, n’est pas mieux loti. Un certain King-Kong lui réclame 30.000€ suite à un détournement de drogue mais il ne possède pas le moindre fifrelin. Il n’a que trois jours pour régler sa dette. Sinon… Patrice demande bien à son père de l’aider, mais que peut faire Manu qui lui aussi est dans la mouise. Et sa mère Agnès, caissière dans un super marché, n’est guère mieux lotie. Ce tracas familial rapproche quelque peu Manu et Agnès qui se retrouvent à partager une pizza au Beau Bar où Clovis, ancien journaliste, possède ses habitudes. Léon, le tenancier, demande à Clovis si celui-ci pourrait aider Manu afin de résoudre ses problèmes. Au départ Clovis n’est guère partant pour prêter main forte à ce client qu’il connait vaguement, mais lorsque celui-ci déclare être le fils d’Elisa, il accepte. Lors d’une grève à la manufacture de tabac de la Belle de Mai à Marseille, Clovis avait eu l’occasion de rencontrer Elisa, de l’écouter parler des revendications des ouvrières et un peu de son arrivée à Marseille. Clovis qui subit une abstinence sexuelle à laquelle il n’est pas habitué, se souvient fort à propos qu’il connait à Madrid, Fabiola, une jeune femme qu’il aimerait retrouver. Mais auparavant il se rend chez Paul, le mari malheureux depuis la mort d’Elisa et qu’il a eu le plaisir de rencontrer lors de ses échanges verbaux avec l’Espagnole. Paul lui remet un petit journal intime dans lequel Elisa avait narré ses pérégrinations sur sa jeunesse de réfugiée espagnole ayant connu la Retirada à Argelès-sur-Mer, puis ses convictions communistes avant de déchirer sa carte de militante en 1953 et cela ouvre des horizons à Clovis qui décide de partir pour Madrid en compagnie de Patrice afin que celui-ci échappe à King-Kong et ses séides. Manu qui devait être à l’abri dans une cabane abandonnée nichée dans la garrigue au dessus de Marseille est pris à partie par quatre tueurs.

Au-delà de l’intrigue et des pérégrinations de Manu et de Patrice, c’est d’abord l’Espagne franquiste qui est mise en scène. De 1936 à 1939 avec les combats entre Républicains et Nationalistes, les débordements de tout bord, surtout nationalistes, les conflits à l’intérieur même du camp républicain entre anarchistes, communistes et affiliés au POUM, puis l’exode, la fameuse Retirada, jetant des milliers d’exilés sur la route bloqués ensuite par les autorités françaises derrière des barbelés sur la plage d’Argelès-sur-Mer, les désillusions des uns ou au contraire l’arrogance des autres, les vainqueurs franquistes, des soutiens militaires par Hitler et de Mussolini envers les Nationalistes, celui de Staline aux Républicains, puis les retournements de situation et les changements d’alliance, le camp de Karaganda dans le Kazakhstan, alors situé en Union Soviétique, jusqu’à la mort de Franco en 1975, et les hommages qui lui sont rendus tous les ans le 20 novembre ainsi qu’à José Antonio Primo de Rivera considéré comme l’un des martyrs du mouvement franquiste et passé par les armes le 20 novembre 1936. C’est un état des lieux, un constat implacable de la résurgence de ceux qui, nostalgiques et jeunes qui n’ont pas connu les dérives du nazisme et du franquisme, portent au pinacle et vénèrent des régimes totalitaires, dictatoriaux, racistes. Et l’on ne peut s’empêcher de comparer certains régimes politiques actuels, les rejets d’étrangers par exemple, avec ces pans tragiques de l’histoire.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
Maurice GOUIRAN



Et L'été Finira

Et L’été Finira

L'arménienne Aux Yeux D'or

L'hiver Des Enfants VolÉs

La Mort Du Scorpion

Le Sang Des Siciliens

Le Théorème De L’engambi

Les Chèvres Bleues D'arcadie

Les Vrais Durs Meurent Aussi

Marseille La Ville Où Est Mort Kennedy

Putains De Pauvres !

Qui A Peur De Baby Love ?

Sous Les Pavés, La Rage

Sur Nos Cadavres, Ils Dansent Le Tango

Terminus Ararat

Train Bleu, Train Noir

livrenpoche
Chercher Maurice GOUIRAN    sur
Pour réagir
à cette chronique
sur le Forum
Pour réagir sur le forum du RayonPolar

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet


Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel