Jagu FLAGEUL211

DENIS FLAGEUL

Jagu


Aux éditions GOATER

751

Lectures depuis
Le mardi 7 Decembre 2016

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Jagu

sur
Amazone

fleche
fleche

Denis FLAGEUL




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Goater Noir N°16. Parution le 24 novembre 2016. 160 pages. 16,00€.

Oh Marie si tu savaisTout le mal que l'on me faitOh Marie si je pouvaisDans tes bras nus me reposer

Dix ans qu'il n'était pas revenu à Guingamp, cette charmante cité costarmoricaine qui accueilli durant des décennies les futurs appelés pour effectuer leurs trois jours.

Et en débarquant sur les quais de la gare, Guénolé Le Maout plus familièrement surnommé Guéno, se sent un peu perdu, lui qui sort de deux ans de taule, pour des bricoles non avouables mais qu'il a fini par avouer, dans la capitale. En attendant la correspondance pour Paimpol, le train vert avec ses trois voitures, il s'enfile quelques bières dans un troquet. Pas grand monde dans l'établissement, juste une fille un peu plus loin. Son regard est attiré par ses cheveux bruns courts. Comme s'il l'avait déjà vue, voire connue.

Allez, c'est l'heure de monter dans la micheline. Paimpol, ses mythiques falaises, chantées par Théodore Botrel, le bout du voyage. Et sur le quai, un contrôleur qui l'interpelle. Malard, l'ineffable Malard, un ancien condisciple, dont il a du mal à se débarrasser.

Guéno trouve réconfort et soutien auprès de Serge, un ami, un vrai, qui tient un bar à Paimpol. Serge ne lui demande rien, pas même de raconter ses années de galère. Il lui propose, pour s'occuper, de retaper un appartement qu'il vient d'acquérir et lui prête la maison de ses parents à Guingamp afin qu'il ait un pied à terre où se loger. Marché conclu.

Guéno fera donc tous les jours le trajet Guingamp-Paimpol aller-retour. Ce n'est pas le Transsibérien, celui qui va à Moscou, la ville aux mille et trois clochers et aux sept gares d'après Cendrars, un auteur qu'il lit et relit avec plaisir, mais ce train aux trois voitures va l'emmener dans une aventure mouvementée.

D'abord il reconnait sa belle inconnue lorsqu'elle monte en gare de Traou-Nez, une gare à l'abandon. Les voyageurs qui désirent descendre doivent prévenir le contrôleur, tandis que ceux qui veulent monter font du train-stop. Oui, c'est bien elle, celle qu'il appelait Cousine, comme la plupart de ses condisciples. Cousine, de son prénom Marie-Jeanne, mais plus familièrement Marie tout court.

Il revoit Marie, tous les jours. Marie qui est contente de le voir. Bref ils sont contents tous les deux de se voir, de se revoir, de parler ensemble le temps du trajet, de prendre un pot ensemble, de partager le même lit, chez elle, dans un vieux manoir de Traou-Nez.

Seulement, car bien évidement il existe un seulement, Marie n'est pas seule. Elle a perdu son père et son jeune frère dans un accident, sa mère est décédée ensuite, et il ne lui reste plus que son frère Richard. Mais Guéno ne le sent pas Richard, et encore moins Tino, cet homme aux yeux de poisson mort d'amour qui l'accompagne en permanence mais ne dit rien.

Cherchez la femme disait, ou plutôt écrivait, Alexandre Dumas dans Les Mohicans de Paris. Là, Guéno n'a pas eu besoin de la chercher, il l'a trouvée, seulement il a également trouvé son frère et le copain de celui-ci. Et les ennuis qui se profilent à l'horizon, plus rapidement que la micheline qui effectue le trajet Guingamp-Paimpol, vont bientôt s'abattre sur les épaules du pauvre Guéno qui n'en demandait pas tant. Et tous ça à cause d'une histoire de vengeance.

C'est un beau roman, c'est une belle histoire comme chantait Michel Fugain. Le lecteur se trouve transporté dans une histoire courte mais intense. Sous cette histoire d'amour se cache une sombre intrigue ferroviaire qui nous ramène au bon vieux temps des déplacements au cours desquels le voyageur pouvait s'intéresser au paysage, et dont les voitures ne sont pas bondées.

Mais cette nostalgie ne dure guère car outre l'aspect touristique pas trop appuyé mais avec des lieux de passage remarquables, comme le château de La Roche-Jagu ou le viaduc du Trieux, ce sont bien les personnages auxquels il faut s'intéresser. Guéno, dont le passé est juste effleuré, Marie dont le passé recèle bien des drames, Malard le contrôleur qui effectue les navettes en réclamant les billets avec une pointe de facétie, et les deux vilains car il en faut bien dans toute histoire noire qui se respecte.

Nous sommes loin de la Madone des Sleepings, quoi que, mais cette idée du Transsibérien qui trottine dans la tête de Guéno nous y fait penser insidieusement. Ainsi que de lire, ou relire Blaise Cendrars. Mais indépendamment de ces deux réflexions, c'est l'ambiance même du roman qui fascine.

Un court roman aux courts chapitres, légèrement déstructuré, avec un épisode qui s'intercale dans la narration du retour de Guéno au pays et cette rencontre avec Marie et la suite. Si au départ, du train, cela peut sembler perturbant, le rythme prend tranquillement sa cadence, et ces intercalaires sont comme autant de stations dans ce voyage dramatique.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/


Une autre lecture du

Jagu

de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

 

Guénolé Le Maout vient de passer deux ans en prison. Aussitôt sorti, il prend la direction de la Bretagne, tournant le dos à dix années d’expérience parisienne, vaste échec. Par le train, il arrive à Guingamp. Sa destination, c’est Paimpol, son terroir natal à quelques kilomètres, en bord de mer. Pas étonnant que, dans le train régional, il croise Jeannot Malard, employé SNCF. Cet ancien copain d’adolescence, il le surnomme “le Rat” car c’est un fouineur invétéré. Le seul vrai ami de Guéno, c’est Serge, patron de bistrot à Paimpol. Il l’engage pour des travaux de rénovation, le loge chez ses défunts parents à Guingamp. Faire le trajet quotidien en train entre les deux villes ne dérange nullement Guéno.

Ayant remarqué une jeune femme de son âge dans le TER, il finit par reconnaître cette ancienne copine de lycée qu’ils appelaient “Cousine”. Amours platoniques d’alors, car il ne savait même pas son prénom. Elle se prénomme Marie-Jeanne, mais préfère Marie. S’il est de nouveau attiré par elle, rien à voir avec son abstinence en prison. Au fond, Guéno reste un éternel romantique. Ils refont connaissance, même si le jeune homme sent bien qu’elle ne lui livre pas tous ses secrets. Il y a du mystère autour de Marie, à l’évidence. Un soir, il cherche au village de Traou-Nez la maison de son amie, sans succès. Initiative qui fâche Marie, le lendemain. Mais, idylle naissante oblige, le couple se réconcilie bientôt.

Finalement, Marie invite Guéno au manoir où elle habite. Il y rencontre Richard, le frère de la jeune femme, d’une froideur rebutante, d’un caractère probablement brutal. Il y a aussi Tino, le sbire au service de Richard : son allure menaçante n’est pas qu’une impression, Guéno le devine dangereux. Si Marie et Guéno deviennent intimes, l’ombre inquiétante de Richard plane sur eux. La relation entre la jeune femme et son frère apparaît trouble. Ils ont tout un parcours en commun, depuis qu’ils sont orphelins. Que Guéno soit un repris de justice semble intéresser Richard, bien que le jeune homme lui confirme qu’il n’a aucune intention de replonger, de risquer à nouveau la prison.

Éloigner Marie de l’aura oppressante de son frère dominant, s’enfuir ensemble afin de débuter une nouvelle vie ? L’amoureux Guéno y pense fortement. Mais avant, il faudra sans doute en passer par le projet concocté par Richard. Une vengeance, un plan qu’il a minuté à la perfection. Tout se passera autour du train régional Guingamp-Paimpol, que Guéno connaît si bien. Ce qui lui permet de suspecter Richard, de penser qu’il n’expose pas toutes les facettes de son idée destructrice. Quand arrive le jour J, la nervosité monte. Ce n’est pas ce rat de Malard qui pourra s’interposer, face à la détermination de Guéno…

(Extrait) “La suite s’est déroulée comme une évidence, Marie sanglotant sur mon épaule. Je l’ai serrée dans mes bras. Et voilà… Je crois qu’on est restés comme ça jusqu’à Paimpol. Quand on est descendus, elle m’a pris la main. Même si elle a fini par me lâcher avant de pénétrer dans le bâtiment de la gare j’ai été, durant ce court instant, le plus heureux des hommes. À tel point que je n’ai même pas réagi au clin d’œil de Malard, lancé avec son sourire plein de sous-entendus. Sur le parking devant la gare, elle s’est enfin tournée vers moi. Le visage ravagé, elle m’a souri à travers ses larmes.”

Depuis toujours, le train et le roman sont partenaires en littérature policière. D’Agatha Christie, avec l’Orient-Express ou le Train Bleu, jusqu’à J.B.Pouy et le TER de Fécamp dans “La petite écuyère à cafté” (mais aussi “L’homme à l’oreille coupée” du même auteur), en passant par “La maldonne des sleepings” de Tonino Benacquista, “Compartiment tueurs” de Sébastien Japrisot ou “Tokyo Express” de Seicho Matsumoto, on en trouve quantité d’exemples. Si elle n’a pas le prestige du Transsibérien cher à Blaise Cendrars, la modeste ligne ferroviaire de la vallée du Trieux, est très utile pour relier Paimpol à Guingamp. Pour le tourisme, mais aussi pour la population locale. Tel est le décor choisi par Denis Flageul, qui connaît bien sa région. Le pittoresque n’est pas forcément dans de lointaines contrées.

Est-ce que “les histoires d’amour finissent mal, en général”, comme le chanta Catherine Ringer ? Ce n’est pas une fatalité, non. Les contes d’antan ne se concluent-ils pas sur la formule “Ils se marièrent et ils eurent beaucoup d’enfants” ? Encore que, à bien lire ces histoires édifiantes, il en émane souvent une sacrée cruauté. Au fil du récit, Denis Flageul nous laisse d’ailleurs entrevoir les conséquences des retrouvailles entre Guénolé et Marie. La tonalité limpide du récit est chargée d’une tension progressive, cadencée par le tempo des trains suivant inexorablement les rails…

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
denis flageul



Fantôme De Mer

Mal Mené

Pêche Interdite

Un Fils à Papa Chez Les Zonards

livrenpoche
Chercher denis flageul



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar