Manuel Pratique De La Haine FERREZ69

FERREZ

Manuel Pratique De La Haine


Aux éditions ANACAONA


Visitez leur site

237

Lectures depuis
Le vendredi 5 Mars 2010

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Manuel pratique de la haine

sur
Amazone

fleche
fleche

 FERREZ




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Le Brésil possède trois vitrines : Brasilia, la capitale, vitrine de la modernité, de l’architecture grâce à Oscar Niemeyer ; Rio de Janeiro, vitrine du plaisir avec son pain de sucre, son Christ qui vous accueille les bras ouverts, ses cariocas, son carnaval ; Sao Paulo, vitrine de la finance et de l’industrie. De la misère aussi avec ses favelas, les bidonvilles qui ne sont pas l’apanage de Rio et où vivent des hommes et des femmes repliés sur eux-mêmes à la recherche de travail générateur d’argent et d’espoir pour certains, d’armes et de boissons pour beaucoup d’autres. Les petits boulots sont très recherchés, mais ne se trouvent pas facilement. Alors il ne reste qu’une échappatoire : trouver les « thunes » là où elles se trouvent. Chez les riches, les banques, les commerçants. Dans ce monde interlope, Régis, Magicien, Celso le Démon, Lucio la foi, Neguinho Tache-à-la main et Aninha, la seule femme de ce petit groupe, forment une bande qui entend bien se faire respecter. D’autres malfrats grouillent autour d’eux, et les armes n’ont pas le temps de rouiller. De toute façon, ils n’ont pas à se cacher car tous sont catalogués : «… un gamin passait avec une moto Titan, aussitôt les ragots commençaient, les cancaniers le jugeaient immédiatement, le gamin devait voler ». Les policiers ne sont pas fiers de leur travail : « il savait que si les gens découvraient qu’il était policier cela le mettrait certainement dans une position désavantageuse, la maison de sa tante n’était pas dans la favela, mais néanmoins suffisamment proche pour s’attirer des ennuis, et cela Aires ne le souhaitait pas, il voulait les liasses de billets mais pas les problèmes ». Alors il se rend à son lieu de travail en civil, c’est moins voyant. Mais tout comme ses collègues, il ferme les yeux lorsque de l’argent lui est proposé. Son patron le commissaire Mendonça n’est pas mieux, il visionne des films pédophiles sur son ordinateur tandis que sa femme et ses gosses dorment. La loi de la rue règne car d’après Beau-Gosse, l’un des protagonistes « a parfaitement compris que la seule façon de gagner de l’argent est d’utiliser la méthode de l’état, répression et dépendance ». Les livreurs et les transporteurs ont compris eux aussi le système, se laissant dévaliser contre une rémunération, et ils empochent le jackpot avec les assurances. Mais outre la haine entre clans, s’érige une autre haine, ancestrale celle-là, ressentie par toute une frange de la population : « Paulo était noir, il savait tout sur l’histoire de ses ancêtres,…, il parlerait aux petits de tous les indigents qui avaient aidés à construire tout ce qu’ils voyaient depuis leur naissance, il parlerait de l’histoire des opprimés qui ne se sont jamais rendus, et devant ses futurs enfants il démonterait les faux mythes des oppresseurs, ces mêmes faux héros qui avaient tué des indiens et des noirs et à qui l’on érigeait ensuite des statues aux quatre coins de la ville ». Une haine alimentée par une révolte sourde.

Ferrez écrit, décrit ce qu’il a vécu et connu. Il a trouvé refuge et espoir dans la littérature, tout comme un de ses héros qui emprunte beaucoup dans les bibliothèques. Son écriture lancinante, ses phrases à rallonge peuvent se comparer à des pensées qui nous trottent dans la tête, vagabondent, sautent d’étapes en étapes pour revenir à chaque fois au point de départ. Un éclairage pas forcément brillant sur une société en mal d’avenir. Un roman écrit en 2003, mais les choses ont-elles véritablement changées depuis, la société a-t-elle évolué ? La présentation du livre est impeccable, agrémentée de photos d’Alexis Peskine et une préface de Paulo Lins, auteur de La cité de Dieu.

Vous pouvez commander directement ce roman sur le site sécurisé des éditions Anacaona.
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher ferrez



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar